Le jour où l’humanité a niqué la Fantasy

Au départ, il y a un lutin qui hurle « Vous avez niqué la fantasy ! » alors qu’il retient en otage plusieurs personnes dans une bibliothèque. Et puis il y a le coup d’un soir d’Olga qui se met à déconner et à foutre le feu à son appartement, avant d’aller brouter les pissenlits par la racine. Et il y a aussi les trois punks Jex, Skrook et Pils qui doivent jouer au Festival du Gouffre tandis qu’il se passe de drôles de trucs dans la forêt d’à côté.

Reste à savoir qui a foiré en premier…

Continuer la lecture de « Le jour où l’humanité a niqué la Fantasy »

Un reflet de Lune

Paris, un siècle après l’apocalypse. La capitale est plongée dans les pluies de printemps et Chet, dans une affaire qui le dépasse. Des sosies apparaissent pour lui faire porter le chapeau de crimes dont il est innocent. Du lagon du Trocadéro au repaire lacustre des pirates de la Villette,

Chet arpente les bords de la Seine en crue à la recherche de ces mystérieux doubles, autant que de lui-même.

Continuer la lecture de « Un reflet de Lune »

La Princesse au visage de nuit

Hugo, enfant violenté par ses parents, s’est enfui avec ses amis dans la forêt, à la recherche de la princesse au visage de nuit, qui exaucerait les vœux des enfants malheureux… Il est ressorti du bois seul et sans souvenirs, et a été placé dans une famille d’accueil.

Vingt ans plus tard, alors qu’il a tout fait pour oublier son enfance, Hugo apprend la mort de ses parents. Mais, de retour dans le village de son enfance, il découvre que ses parents auraient été assassinés, et d’étranges événements se produisent. La petite voiture de son enfance réapparaît comme par magie. De mystérieuses lueurs brillent dans les bois.

Les orages soufflent des prénoms dans le vent.

Continuer la lecture de « La Princesse au visage de nuit »

Shining in the dark

Mon nom à moi est Stephen King, bien sûr, et vous voudrez bien excuser mon intrusion dans votre esprit – du moins je l’espère. Je pourrais arguer que la rupture du pacte de lecture entre le lecteur et l’auteur est admissible puisque c’est moi l’écrivain : étant donné que c’est mon histoire, j’ai le droit d’en faire ce que je veux.

Continuer la lecture de « Shining in the dark »

Je suis ta nuit

Été 1980, dans un village de Bretagne… Ils sont six copains, inséparables, rêvant à Star Wars, Goldorak et aux filles. Lors d’une partie de casse-bouteilles, ils découvrent le cadavre mutilé d’un vagabond.
C’est le début d’une cascade d’évènements terrifiants, mystérieux, dont les enfants sont l’épicentre. La peur s’installe dans le village et peu à peu, la bande comprend qu’une force maléfique rôde et qu’elle cherche à les détruire.

Le Mal est-il de retour ?

Continuer la lecture de « Je suis ta nuit »

Écarlate

Providence, 1931. Une troupe de théâtre est sauvagement assassinée alors qu’elle travaillait à l’adaptation du roman La Lettre écarlate. Si la piste d’un ancien anarchiste italien semble évidente pour la police locale, l’équipe fédérale de Thomas Jefferson flaire des raisons bien plus obscures. Une ombre plane sur ce meurtre…

Et sur ceux qui mènent l’enquête.

Continuer la lecture de « Écarlate »

La Fille qui tressait les nuages

Entre les longs doigts blancs de Haru, les pelotes du temps s’enroulent comme des chats endormis. Elle tresse les nuages en forme de drame, d’amour passionnel, de secrets.

Sous le nébuleux spectacle, Julian pleure encore la sœur de Souichiro Sakai, son meilleur ami. Son esprit et son cœur encore amoureux nient cette mort mystérieuse. Influencée par son amie Haru, Julian part en quête des souvenirs que sa mémoire a occultés.

Il est alors loin de se douter du terrible passé que cache la famille Sakai…

~

Comment ce livre m’est-il tombé entre les mains ?

À l’ancienne, littéralement. J’ai rencontré Céline Chevet à la Foire du livre de Bruxelles et j’ai été sincèrement attirée par la beauté de la couverture de son roman. Ce dégradé de rose et d’orangé est un camaïeu que j’apprécie particulièrement et laissait présager un récit particulièrement poétique…

Donc, j’ai craqué bien comme il faut.

~

Plongée en apnée et décalage avec la réalité

Très sincèrement, j’avais peur d’une romance trop présente qui viendrait alourdir l’histoire. Mais ce n’est pas le cas. J’ai dû m’y reprendre à deux fois pour démarrer la lecture de ce roman, que je pensais pourtant léger et sans prétention.

Léger, il ne l’est qu’en apparence. On démarre in medias res en s’attachant aux pas d’un jeune homme mi-japonais, mi-européen et de ses amis. La vie suit son court dans son lycée. Les personnages sont originaux et trouvent leur profondeur avec l’avancée de l’intrigue. On apprend à les connaître à mesure que le récit avance.

Mais très vite, on se rend compte que la réalité du récit n’est pas vraiment la nôtre : il y a de la magie dans l’air. J’aime cette magie proche de l’onirisme : les personnages développent en quelque sorte des capacités spéciales à partir de traits exacerbés de leur caractère : une jeune fille tellement discrète qu’elle disparaît parfois, par exemple.

Après, la majeure partie est là comme support de l’intrigue principale, bien plus noire que le côté « rêve coloré » de l’univers de Céline Chevet. C’est là qu’on plonge dans le coeur du récit. S’il était assez facile à deviner, en découvrir les détails n’en est pas moins intéressant. Mais tout change.

Deux salles, deux ambiances.

Cette partie du récit devient poisseuse et glauque. La plume de l’auteure devient plus agressive et possède la capacité de changer l’ambiance en l’espace de quelques pages. On se prend les émotions, la douleur et les souvenirs du protagoniste en pleine face et si je m’attendais à cette fin, je n’ai pas moins été secouée par le récit de ce qui s’est réellement passé.

J’ai globalement apprécié l’écriture de Céline Chevet, malgré quelques descriptions un peu « plaquées » entre la narration et les dialogues. Elle invite à se laisser porter par le récit pour voir où elle va nous emmener à la fin.

~

En bref

J’ai passé un bon moment de lecture avec La Fille qui tressait les nuages. L’intrigue est plutôt plaisante et si je devais retenir une chose, c’est l’atmosphère globale du récit que j’ai le plus apprécié. Lisez-le, je pense que vous pourrez vous aussi vous laissez charmer.

La Fille qui tressait les nuages.- Céline Chevet.- Ed. du chat noir.- Coll. Neko.- Disponible

Cuits à point

Gauthier Guillet et Anna Cargali parcourent la France pour résoudre des mystères qui relèvent plus souvent d’arnaques que de véritables phénomènes surnaturels. Mais leur nouvelle affaire est d’un tout autre calibre : pourquoi la ville de Londres subit-elle une véritable canicule alors qu’on est en plein hiver et que le reste de l’Angleterre ploie sous la neige ?

Se pourrait-il que cette fois des forces inexpliquées soient vraiment en jeu ?

Continuer la lecture de « Cuits à point »

Lorsque nous étions morts

Lassé de l’existence et de la société, Lord Josiah Scarcewillow se complaît dans un quotidien vampirique où les meurtres sont devenus banals. Pourtant, sa rencontre inattendue avec Abigale va le pousser à reconsidérer sa condition de non-mort et ravive sa curiosité envers le vivant. Son âme réanimée, sa nature monstrueuse n’en est pas pour autant altérée ; il est prêt à tout pour retrouver cette jeune fille que l’éternité ne saurait effacer.

À tout, même à une pluie de cadavres.

Continuer la lecture de « Lorsque nous étions morts »