Sombre Tilly

Toute sa vie, Matilda n’a entendu qu’une chose à propos de ses pouvoirs : de ne les utiliser qu’un cas de nécessité. Mais Matilda se fiche d’être une gentille sorcière. Elle veut être populaire, se venger de ceux qui l’embêtent et vivre sa vie libre de toutes conséquences, sans les cicatrices que la magie noire laisse sur son visage à chaque fois qu’elle en use, rappel de tous ses méfaits.
Quand un sort dérape et que le nouveau du lycée la prend sur le fait, Matilda craint que son secret ne soit révélé au grand jour. Mais au lieu de se montrer effrayé, Oliver lui demande de lui enseigner la sorcellerie. Et tandis qu’Oliver et Matilda se rapprochent, des choses étranges commencent à arriver : des animaux morts sont retrouvés avec des signes gravés sur le corps, une jeune fille décède mystérieusement et tout semble la pointer du doigt. Cependant, Matilda est innocente – du moins, si elle en croit ses souvenirs confus…

La magie laisse toujours des marques

#Comment ce livre m’est-il tombé entre les mains ?

Je suis tombée sur Sombre Tilly proposé par les éditions du Chat Noir lors du festival Les Halliennales de cette année. J’ai été d’abord attirée par la couverture, mais surtout par le titre. Il faut dire que, m’appelant Mathilde, ce surnom est aussi le mien. Le nom et la thématique, j’ai vite craqué.

~

#Sorcières et manipulations

Je pense que c’est parce qu’il s’agit de la période du mois d’octobre, mais Sombre Tilly était l’histoire que j’avais envie de lire. Je suis, depuis quelques mois, passionnée par la figure de la sorcière. Et j’apprécie les romans qui mettent en scène ce type de protagoniste dans sa vie quotidienne, dans un cottage avec l’imagerie que j’attends de sa décoration, entre autres. Avec ce roman, je n’ai pas été déçue et l’immersion a été aussi plaisante que totale.

Côté personnage, on suit Matilda, une adolescente un peu revêche et pas franchement agréable à suivre. Mais c’est surtout un personnage un peu blessé et pas sûr d’elle que l’on suit. Malgré mon agacement à son égard, j’ai fini par m’attacher à elle et apprécier son évolution. De la même manière, tous les protagonistes de l’histoire se révèlent humains, dans toute l’ampleur que cela peut revêtir. Mais la plupart, en particulier les personnages féminins (parti pris de l’autrice que j’ai franchement apprécié), s’avèrent touchantes et vraiment complexes, fruit du travail de Georgia Bowers.

Loin d’être tranquille, la vie de Matilda s’avère plutôt mouvementée lors des quinze jours précédant Halloween. Sans longueurs inutiles, l’autrice nous entraîne dans ces péripéties et nous confronte, aux côtés de la protagoniste, à des mystères et des dangers. Je l’avoue, je me suis laissé surprendre par le dénouement et j’ai savouré avec plaisir un certain retour à la normale.

À travers la fiction, l’autrice aborde de nombreux sujets importants, en particulier pour un public plus jeune. Le harcèlement, les difficultés de la relation parent-enfant et les relations toxiques. Et surtout, Sombre Tilly est à mes yeux un roman féministe qui laisse la part belle aux relations féminines, quelles qu’elles soient. Les véritables héroïnes y sont pour la plupart des femmes… et il faut dire que c’est plaisant à lire.

~

#En bref

Le roman de Georgia Bowers a été pour moi un très beau moment de lecture. Les thématiques abordées, les protagonistes et l’intrigue qui a réussi à me surprendre n’y sont certainement pas pour rien… En période d’Halloween ou pas, lisez-le !

Sombre Tilly.- Georgia Bowers.- Ed. Le Chat Noir.- Disponible.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.