Nanofictions

Couverture Nanofictions

Avec les Nanofictions, Patrick Baud s’est lancé dans un étonnant défi littéraire : raconter des histoires complètes en quelques phrases. Teintées de fantastique, d’onirisme, de poésie et d’humour, ces micronouvelles invitent les lecteurs à plonger dans un imaginaire riche et foisonnant.

L’art d’être dépaysé en quelques caractères !

Continuer la lecture de « Nanofictions »

Les Veilleurs

Alors que Paris est victime d’un virus qui transforme ses habitants en monstres, et notamment les adultes, quelques groupes de jeunes « immunisés » tentent de survivre dans ce qui est devenu un enfer. À l’extérieur, l’armée a entouré la ville d’une immense muraille pour éviter la propagation de l’épidémie. Aucune fuite n’est possible… Et dans ce cauchemar, Marie se découvre enceinte.

Attend-elle un bébé ou un monstre prêt à la dévorer de l’intérieur ?

Continuer la lecture de « Les Veilleurs »

Entre troll et ogre

Couverture Entre troll et ogre

“Entre troll et ogre” est une métaphore sociale tout autant qu’une quête d’humanité. Les ogres – disciplinés, rationnels, cruels- dirigent la société dont les trolls – incultes, bagarreurs, hypersensibles – sont la plèbe docile. L’histoire est celle d’Arsouille un vieux troll désabusé, faible et perclus d’arthrite, qui s’inquiète pour son petit-fils bientôt obligé d’entrer au collège et d’y affronter les ogres et sa Grande Poussée Dentaire. Un soir, Arsouille reçoit une lettre pleine d’amour signée de son jumeau qu’il n’a pas vu depuis 50 ans.

Sauf que ce frère est un ogre et que les ogres n’écrivent pas aux trolls…

Continuer la lecture de « Entre troll et ogre »

Interview d’auteur – Christophe Thill

https://i2.wp.com/laplume-ou-lavie.fr/wp-content/uploads/2018/03/visuel-interview-plumevie.jpg

Il n’est pas seulement auteur : il édite des « textes de qualité (romans, recueils de nouvelles, anthologies) dans le domaine du fantastique classique et moderne. » Et par dessus tout, il aime et connaît bien l’oeuvre d’Howard Phillips Lovecraft. Il a même écrit un guide sur le sujet !

Quelques questions à Christophe Thill, celui qui connaissait Lovecraft

Continuer la lecture de « Interview d’auteur – Christophe Thill »

Le Guide Lovecraft

Couverture Le guide Lovecraft

On le connaît surtout comme le créateur d’un « Mythe de Cthulhu » devenu aussi, si ce n’est plus, célèbre que lui. Lui, c’est bien sûr Howard Phillips Lovecraft, grand maître du fantastique moderne qui, en une poignée de nouvelles, poèmes et essais, a laissé derrière lui une matière ayant inspiré des générations d’auteurs. Longtemps entouré d’un aura de mystère, on a beaucoup affabulé sur son sujet, avant qu’un travail méticuleux de réhabilitation ne soit engagé ces dernières années.

Alors, qui était vraiment Lovecraft ?

Continuer la lecture de « Le Guide Lovecraft »

L’échiquier de jade

Couverture Sorcières associées, tome 2 : L'échiquier de jade

Tandis que les opposants à la visite de l’ambassadrice d’un empire agressif manifestent dans Jarta, tous les sorciers sont réquisitionnés pour combattre un démon qui a fait deux victimes. Un peu dépassées, les forces de l’ordre confient deux enquêtes aux sorcières Tanit et Padmé. Elles doivent notamment élucider le vol d’un antique échiquier de jade que la ville compte offrir à son hôte.

Entre démons et merveilles, nous voilà parti pour une enquête dans les hautes sphères

Continuer la lecture de « L’échiquier de jade »

Point lecture

Hellooo ! Ça y est la rentrée ! J’espère que vous avez passé un mois d’août aux petits oignons. Le mien a été plutôt mouvementé, mais riche en lectures !

C’est l’heure de faire le point (et le bilan) !

Continuer la lecture de « Point lecture »

Pourquoi lire « Au bonheur des dames » ?

Couverture Au bonheur des dames

#De quoi ça parle ?

On y suit Denise, une petite provinciale fraîchement débarquée de province sur le pavé de Paris, une malle et deux frères sous le bras, pour une vie nouvelle à Paris. Faut dire que ses deux parents sont morts. Alors, elle chercher de quoi subsister.

Elle trouve un emploi au Bonheur des dames, le nouveau grand magasin qui révolutionne le commerce. Contre vents et marées (et un peu contre toute attente), elle réussit à se faire une place dans ce petit monde… Y compris dans le coeur de Mouret, le grand patron.

Ce livre raconte son histoire.

~

Pourquoi lire Au bonheur des dames ?

D’abord, pour la fresque sociale que montre cette histoire. Il s’agit d’un aperçu plutôt fidèle du fonctionnement d’une partie de la société de la fin du dix-neuvième siècle. J’aime beaucoup ces petites lucarnes littéraires nous permettant de z’yeuter la vie quotidienne de l’époque.

Pourquoi je n’ai pas dévoré l’intégralité des romans de Zola dans ce cas ? Parce que c’est la thématique de celui-ci qui m’a intéressée. Assister à la naissance du commerce moderne et voir les bouleversements qu’il provoque est réellement captivant.

Si je n’ai franchement pas lu Au bonheur des dames pour ses personnages, je dois dire que j’ai été bluffée par la capacité de l’auteur à développer des personnages saisissants de réalisme. Après, le côté larmoyant de la protagoniste m’a agacée plus d’une fois. Néanmoins, le travail psychologique sur Octave Mouret, le patron du Bonheur des dames est totalement bluffant : on assiste à ses tourments psychologiques dans ses relations avec les femmes qui l’entourent, son affaire et la pression qu’elle engendre. Pas vraiment un point de vue à la première personne, un peu trop distant pour qu’on sache vraiment tout, je n’ai pas pu m’empêcher de concevoir des doutes sur la réelle personnalité de Mouret. Mais qui peut se vanter de vraiment connaître quelqu’un ?

Le gros avantage aujourd’hui quand on attaque un classique, c’est tout l’appareil analytique et critique qu’il y a derrière. J’y ai ainsi appris que Zola avait fréquenté les grands magasins de son époque pour construire son histoire. Il appelle ça, le dossier préliminaire.

Lors de cette lecture, j’ai plusieurs fois été surprise par le style propre à Zola, mais également à son époque. Maintenant, les textes sont beaucoup plus aérés, remplis de dialogues et de petits paragraphes. À l’époque cependant, la part belle était faite à la narration avec quelques petits espaces aménagés pour les dialogues. Et les chapitres étaient longs. C’était une autre époque et je dois avouer que ça a son petit charme !

Dans ce roman, chaque petit détail du décor, de l’ambiance, des protagonistes sont décrits avec un extrême minutie, comme si Zola avait voulu donner l’aperçu le plus photographique possible de chaque situation. J’apprécie cette précision qui donne un réel corps au texte.

#En bref

Si tu aimes les romans qui décortiquent une société dans laquelle tu n’as pas vécu, mais qui jette les bases de la tienne, je te conseille Au bonheur des dames. Sinon… bah lis-le tout de même, c’est un chouette livre. 🙂

Et n’oubliez pas, les classiques ne sentent pas la poussière !

Au Bonheur des dames.- Émile Zola.- Ed. Le Livre de poche.- Disponible

L’Homme qui voulait être heureux

Couverture L'homme qui voulait être heureux

Imaginez…
Vous êtes en vacances à Bali et, peu de temps avant votre retour, vous consultez un vieux guérisseur. Sans raison particulière, juste parce que sa grande réputation vous a donné envie de le rencontrer, au cas où…
Son diagnostic est formel : vous êtes en bonne santé, mais vous n’êtes pas heureux.
Porteur d’une sagesse infinie, ce vieil homme semble vous connaître mieux que vous-même. L’éclairage très particulier qu’il apporte à votre vécu va vous entraîner dans l’aventure la plus captivante qui soit : celle de la découverte de soi. Les expériences dans lesquelles il vous conduit vont bouleverser votre vie, en vous donnant les clés d’une existence à la hauteur de vos rêves.

Alors, vous réussissez à visualiser ?

Continuer la lecture de « L’Homme qui voulait être heureux »