La Passe-miroir

Ophélie, jeune lectrice de l’arche d’Anima, doit épouser Thorn, intendant de l’arche du Pôle. Mais la vie à laquelle elle s’attend ne se passe pas vraiment comme prévu.

Pourquoi j’ai adoré la saga de La Passe-miroir

J’ai commencé la lecture du premier tome de cette tétralogie durant mes vacances d’été 2019 (le monde d’avant, tu connais). J’avais terminé tous les livres que j’avais emportés et j’ai pris ce tome un peu sur un coup de tête à la librairie. J’en avais entendu vaguement parler et les retours étaient bons, dans mes souvenirs.

Je l’ai dévoré. Et si je n’ai pas enchaîné les autres tout de suite, je les ai dévorés aussi en quelques heures.

Je pense qu’il n’y a pas grand-chose que je n’apprécie pas dans cette série. Peut-être l’intrigue qui prend parfois quelques longueurs. Mais c’est si peu à côté de tout ce que j’ai adoré dans cette histoire

À la première lecture, le monde que propose Christelle Dabos est extrêmement original, recherché et bien construit. Mais s’il n’y avait que ça. Plus on avance dans la lecture de la saga, plus on se rend compte de l’épaisseur, de la complexité et de la qualité de l’univers que l’autrice nous propose. Les arches, c’était déjà une idée excellente (hyper subjectif, mais j’assume). Mais ce qui se révèle ensuite a réussi à me scotcher, dans le bon sens du terme. Je pense qu’il s’agit de l’un des univers qui me restera le plus longtemps en mémoire.

J’ai aimé les protagonistes. La plume de l’autrice les a dotés d’un grand réalisme et, pour la plupart, d’une grande humanité. Malgré leurs défauts, je n’ai eu aucun mal à m’attacher à Ophélie, Thorn et tous les autres personnages récurrents de l’histoire. C’était même un peu triste de les quitter à la fin du quatrième tome. Les bougres·ses ont réussi à me faire rire, verser quelques larmes, avoir la gorge serrée…

Parce que Christelle Dabos a su donner une personnalité propre à chaque personnage. Du plus extraverti au champion de l’introversion, chacun a réussi à me toucher à sa manière.

Mais surtout à enchaîner les chapitres. J’ai eu du mal à arrêter mes séances de lecture tant l’intrigue est maîtrisée et les pics de suspens semés dans l’histoire. Honnêtement, les séries où j’ai eu du mal à poser le livre sur tous les tomes sont rares et La Passe-miroir en fait partie !

~

#En bref

Si tu n’as pas encore commencé le premier tome de cette formidable saga et que celle-ci t’intéresse, sache que je t’envie énormément.

La Passe-miroir.- Christelle Dabos.- Ed. Gallimard.- Disponible.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.