Les Chats des neiges ne sont plus blancs en hiver

Morz est la terre la plus au Nord du monde. Des siècles plus tôt, la neige a cessé de tomber et la glace a fondu, devenue une boue informe et immonde.
Il y a une ombre dans l’Est de Morz ; celle de Noir, un esprit maléfique prêt à tout pour provoquer la ruine du royaume. Sur ses talons court le Second, un guerrier prodigieux, plus cruel et féroce que tous les séides gravitant autour d’eux.
Il y a un enfant sur le trône de Morz : on attend de lui la ferveur de ses ancêtres pour maintenir le royaume dans la Lumière. Mais le prince Jaroslav doute de sa place, de son pouvoir et ne souhaite qu’une seule chose :

Vivre en paix.

#Comment ce livre m’est-il tombé entre les mains ?

Les Chats des neiges ne sont plus blancs en hiver (que j’appellerai maintenant Les Chats des neiges pour des raisons de raccourcissement) m’a été proposé, comme Carne, en service de presse par les éditions de l’Homme Sans Nom. De la bonne fantasy me manquait, c’était donc l’occasion parfaite pour me lancer dans ce genre de récit. Merci pour votre confiance !

~

#Chats, lions et autres bêtes à deux ou quatre pattes

Quand j’entre dans un monde fantasy, qui sort souvent tout droit de l’esprit de l’auteur.ice, je suis vraiment excitée par les promesse qu’il recèle, j’ai hâte d’en parcourir les routes, les champs et les forêts. Ici, c’est en quelque sorte un monde en suspens que nous propose l’autrice. Un univers entre ce qui n’est plus et ce qui reviendra, peut-être. Et je dois dire que c’est l’un des points forts du roman.

Cet univers pourtant si prometteur… j’ai eu du mal à m’y plonger. L’autrice nous plonge dans un combat dont j’ai eu du mal à comprendre la portée et ne nous laisse au final que peu d’indices pour nous aiguiller. Et même en me laissant porter, j’ai eu du mal à tout saisir, donc à m’attacher.

L’histoire nous propose des personnages manquant trop de background pour qu’on puisse réellement s’attacher à eux. Et c’est dommage, car on les suit de près. Mais on les suit comme on suivrait de parfaits inconnus sans rien pour que l’on puisse s’y attacher émotionnellement, positivement comme négativement.

Il existe bien une trame dans cette histoire. Celle-ci offre une fresque épique, quasi-mythologique. Mais l’autrice ne nous offre pas les clés pour en comprendre tous les détails. L’histoire est parfois ponctuée de scènes diplomatiques ou de dialogue dont on devine l’importance, mais sans disposer vraiment de contexte assez fort. Le tout donne une impression de scène intercalée de manière un peu trop artificielle pour moi.

Pourtant, il y avait du potentiel. Et l’écriture de l’autrice est de bonne qualité et le ton général du roman est plutôt poétique. Dommage que le potentiel évocateur du roman soit placé au second plan derrière un récit dans lequel il est difficile d’entrer.

~

#En bref

Ma lecture du roman Les Chats des neiges ne sont plus blancs en hiver m’a laissée sur ma faim. J’ai pu sentir le potentiel de cette histoire sans trouver de porte pour y entrer complètement. C’est vraiment dommage, mais je n’ai donc pas pu être totalement touchée par ce livre. Lisez-le, peut-être que vous réussirez à y entrer plus facilement que moi !

Les Chats des neiges ne sont plus blancs en hiver.– Noémie Wiorek.- Éditions de l’Homme sans nom.- Disponible.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *