Dans l’ombre de Paris

Depuis des siècles, les Humains traitent les fées, créatures magiques dont ils redoutent les pouvoirs, comme des animaux dangereux. Lorsque la princesse Yuri reçoit une lettre de son père lui enjoignant de quitter le Japon pour le rejoindre, elle s’empresse d’obéir. Mais à son arrivée, elle découvre avec stupeur qu’elle a été promise à l’héritier du trône de France ! Dès lors, sa vie semble toute tracée… jusqu’à ce qu’une femme lui propose un choix : rester et devenir ce que la société attend d’elle ou partir avec cette seule promesse : « on vous trouvera et on vous aidera. »

Et si ce « on » était la dernière personne que Yuri pouvait imaginer ?

#Comment ce livre m’est-il tombé entre les mains ?

Quand les éditions Actusf m’ont proposé Dans l’ombre de Paris, je n’ai pas hésité une seule seconde. Avec cette quatrième de couverture et cette intrigue, ce roman a su attirer ma curiosité. Merci pour votre confiance !

~

#Féerie et dure réalité

C’est ce qui résume le mieux ce « premier chant ». L’auteure nous présente un univers résolument inédit, à la fois familier et totalement inédit. Familier, car la société proposée – éminemment patriarcale – ressemble fortement à celle que l’on a connu au XIXe siècle et que les êtres et créatures autres qu’humaines étaient bien peu considérés. Totalement inédit avec l’existence de ces créatures fantastiques, que l’auteure met en relief avec des caractères bien définis et propre à chaque espèce.

Ce roman est d’abord à mes yeux une réflexion sur les injustices d’une société inégalitaire à travers la place – vraiment secondaire – des femmes et des créatures féeriques, reléguées à un rang encore plus subalterne. On suit les péripéties de Yuri, troisième dame du Japon, qui prend son avenir en main et accompli ce qu’elle désire, pas ce que l’on attend d’elle. Malgré son côté trop peu aventureux (elle a quand même décidé de briser toutes les règles et après est pleine d’hésitation), elle s’ouvre à un monde qu’elle ne connaît pas et son cheminement est vraiment intéressant, voire inspirant.

J’ai adoré les personnages. Bien construits, dotés d’une personnalité et de réactions qui leurs sont propres, on a plaisir à les suivre et il est facile de les apprécier ou les détester. Au fil du récit, on en apprend davantage, ce qui peut nous faire changer d’avis à leur sujet du tout au tout.

L’intrigue est plaisante à suivre, bien qu’un peu téléphonée. J’ai vite su où l’auteure voulait nous emmener. Mais on s’y laisse facilement emporter et la lecture est très agréable. La plume de Morgan of Glencoe est sans fioritures, mais précise et dessine personnages, description et narration avec une grande simplicité et beaucoup d’efficacité.

~

#En bref

Ce premier tome de la saga La Dernière geste est vraiment intéressant et ouvre une série qui semble prometteuse. Si vous aimez les créatures fantastiques et les textes qui prêtent à réflexion, je ne peux que vous inviter à tenter cette lecture !

La Dernière geste T1, Dans l’ombre de Paris.- Morgan of Glencoe.- Ed. Actusf.- coll. Naos.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *