Belle Époque

Lorsque Maude Pichon s’enfuit de sa Bretagne natale pour échapper à un mariage dont elle ne veut pas, elle monte à Paris, ville-lumière en ébullition à la veille de l’exposition universelle de 1889. Hélas, ses illusions romantiques s’y évanouissent aussi rapidement que ses maigres économies. Elle est désespérément à la recherche d’un emploi quand elle tombe sur une petite annonce inhabituelle : « On demande de jeunes filles laides pour faire un ouvrage facile. » L’Agence Durandeau propose en effet à ses clients un service unique en son genre : le repoussoir. Son slogan ? « Louez un faire-valoir, vous en deviendrez d’emblée plus attirante. »

Étranglée par la misère, Maude postule…

#Comment ce livre m’est-il tombé entre les mains ?

Je suis tombée sur ce roman alors que j’effectuais des recherches de livres sur un site de vente de vêtements d’occasion bien connu. Le titre et la couverture m’ont interpellée. Alors je n’ai pas hésité bien longtemps avant de le découvrir.

#À Paris, tout se vend…

On se calme, n’y voyez aucune allusion graveleuse sous cette affirmation. L’autrice de ce texte reprend et développe une nouvelle d’Émile Zola à propos de femmes servant de faire-valoir d’un genre particulier auprès de riches jeunes filles. Le tout avec une plume et un ton adaptés à un public plus jeune… et plus moderne.

L’histoire en elle-même m’a fait passer un bon moment de lecture. Il est facile de s’y plonger, de s’attacher à la protagoniste et à ses amies. Si, pour un adulte grand lecteur, l’intrigue est cousue de fil blanc, j’ai aimé assister aux différentes scènes.

À travers les yeux de Maude Pinchon, l’auteur a réussi à créer un équilibre fragile dans le point de vue qu’occupe le lecteur : il est à la fois à distance et plongé au cœur de l’action.

L’histoire du « repoussoir » m’a vraiment intéressée. Déjà parce que tous ces petits métiers du XIXe siècle m’intriguent au plus haut point, mais aussi parce que je ne peux m’empêcher de trouver, toutes proportions gardées, à ce que l’on peut voir aujourd’hui..

La grande force de ce récit, c’est la construction du personnage principal tout au long de cette histoire et de ses péripéties : elle grandit. Elle apprend les faux-semblants, mais aussi à s’aménager des oasis d’amitié dans une vie pas très facile. La jeune femme se retrouve en effet plongée bien malgré elle dans le grand monde avec des codes qu’elle ne connaît pas. La vie quoi !

Concernant l’écriture de l’autrice, je ne peux rien en dire, sinon qu’elle est passe-partout. Elle n’est pas désagréable et permet de se focaliser sur le cœur de l’action et sur le développement du personnage tout au long du texte.

#En bref

Belle Époque n’est pas un roman inoubliable que je garderai à jamais dans ma bibliothèque. Mais j’ai quand même passé un bon moment entre ses pages et je vous conseille de le découvrir ! Peut-être serez-vous davantage dans le cœur de cible de ce type de littérature. Qui sait… peut-être aurez-vous un coup de cœur !

Belle Époque.- Elizabeth Ross.- Ed. Robert Laffont.- Coll. R.- Disponible

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *