Les Ombres d’Esver

Couverture Les ombres d'Esver

Tous les espoirs d’avenir comme botaniste d’Amaryllis, 16 ans, s’effondrent quand parvient au manoir, où elle vit seule avec sa mère, la lettre de son père annonçant la vente du domaine d’Esver et le mariage qu’il a engagé entre sa fille et un de ses associés.

Devra-t-elle se réfugier dans son monde imaginaire pour fuir la réalité ?

#Comment ce livre m’est-il tombé entre les mains ?

Les éditions Actusf m’ont gentiment proposé ce titre dont la première et la quatrième de couverture ont attiré mon attention. Regardez-moi cette illustration !

Et je dois dire que je suis plutôt ravie d’avoir fait ce choix ! Merci ActuSf ! =)

#Bien plus poussé qu’on ne le croit…

C’est qu’il y en a, du contenu, dans ces 261 pages. Je suis sûre d’une chose, c’est que ce roman est bien plus grand à l’intérieur.

Quand j’ai ouvert Les Ombres d’Esver, je m’attendais au récit d’une jeune fille de bonne famille qui cherche à échapper à un destin inéluctable de mariage arrangé.

Alors qu’en fait…

Quand on commence ce récit, on plonge dans un monde où les univers se chevauchent. J’ai été surprise de bout en bout en mettant mon nez dans cette histoire. L’auteur nous emporte dans le tourbillon d’actions de son intrigue dont elle possède la maîtrise totale. Croyez-moi, c’est irrésistible.

La réelle originalité de cette histoire est justement la surprise ressentie devant la découverte du mélange des genres. Réel et imaginaire se confondent, les frontières sont floues entre folie, raison et fantasy.

Et c’est sans compter la frontière – très mince – entre rêve et réalité que l’on franchit allègrement. C’est là que l’auteur montre tout son talent : il est très difficile de savoir où on se trouve, entre fantasy et réalisme.

Je vous l’avoue, j’ai adoré me perdre dans les méandres de ce récit.

Si le rythme est trépidant et nous ballotte de mystères en rebondissements, l’ensemble et les révélations sont fluides et nous mènent tranquillement à la fin du récit. Il faut dire à quel point ce récit est structuré.

Le seul petit bémol, car il en faut un, est la difficulté à m’attacher aux personnages. L’histoire offre au lecteur peu de prise pour cela durant la majeure partie du récit. Excepté à la fin, je dois avouer que je me suis davantage concentrée sur l’intrigue que sur les protagonistes qui y interagissent.

#En bref

Les Ombres d’Esver est une véritable surprise pour moi ! Et je crois que je ne suis pas loin du coup de coeur. En tout cas, il y a de quoi être surpris par le mélange des genres et par l’intrigue dans laquelle l’auteur nous emporte.

Lisez-le !

Les Ombres d’Esver.- Katia Lanero Zamora.-Ed. Actusf.- Coll. Naos

2 réflexions sur « Les Ombres d’Esver »

  1. Ping : Point lecture -

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *