Dans la forêt

Couverture Dans la forêt

Rien n’est plus comme avant : le monde tel qu’on le connaît semble avoir vacillé, plus d’électricité ni d’essence, les trains et les avions ne circulent plus. Des rumeurs courent, les gens fuient. Nell et Eva, dix-sept et dix-huit ans, vivent depuis toujours dans leur maison familiale, au cœur de la forêt. Quand la civilisation s’effondre et que leurs parents disparaissent, elles demeurent seules, bien décidées à survivre. Il leur reste, toujours vivantes, leurs passions de la danse et de la lecture, mais face à l’inconnu…

Il va falloir apprendre à grandir autrement, à se battre et à faire confiance à la forêt qui les entoure, emplie d’inépuisables richesses.

#Comment ce livre m’est-il tombé entre les mains ?

C’est par hasard, au cours de mes pérégrinations en librairie que je suis tombée sur Dans la forêt. Je n’avais aucune connaissance du film sorti à l’époque. Mais le pitch m’avait fortement intéressée. Alors je me suis laissée tenter ! En plus, j’adore cette maison d’édition.

#Retour (forcé) à la nature

Dans la forêt est un récit très aytpique. D’abord, parce qu’il mélange les genres : le nature writing côtoie le post-apocalyptique et le suspens dans un ensemble homogène. Jean Hegland a réussi à se créer un style bien à elle dans lequel elle fait grandir son histoire. Et j’ai adoré ce style.

Ce récit prend place dans un univers à la fois très familier et terriblement mystérieux, qui laisse beaucoup de place à l’imaginaire du lecteur. Quelque chose s’est produit, qui a coupé l’électricité et plongé les deux jeunes filles fdans l’ignorance et les ont forcé à changer leur vie.

J’ai beaucoup apprécié tout le processus de retour à la nature un peu forcé des deux protagonistes. Moi qui suis engagée dans une démarche zéro déchet, je dois vous avouer que cette évolution du mode de vie, bien que poussé à l’extrême il est vrai, a fait écho en moi. Habituées à consommer sans vraiment réfléchir ni se soucier des quantités, les voilà obligées de réfléchir à une consommation raisonnée et à trouver de nouveaux moyens de subsistance.

Bon. Je vous avoue que j’espère ne jamais arriver à de telles extrémités. Mais, quelque part, j’ai apprécié ce retour à la nature.

Ce que j’ai apprécié aussi, ce sont les portraits de femmes fortes qui se dessinent dans ce roman. En particulier « Sa vie lui appartient », cette petite phrase qui revient comme un mantra m’a particulièrement touchée et fait réfléchir. C’est aussi pour ça que j’aime ce texte : l’auteur – et son traducteur bien entendu – sait concentrer toute sa pensée dans des phrases courtes pour un effet maximal.

Au-delà de l’aspect évolutif de ce texte, l’auteur a réussi à inclure du suspens qui nous laisse encore plus suspendus au texte. Une tension habite l’histoire et va en croissant jusqu’aux dernières pages, nous laissant scotchés à notre lecture.

#En bref

Dans la forêt est une très belle lecture. Du retour à la nature au message véhiculé en passant par la force des protagonistes, c’est un texte que j’ai vraiment apprécié.

Dans la forêt.- Jean Hegland.- Ed. Gallmeister.- Coll. Totem.- Disponible

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *