Kintsugi, l’art de la résilience

Couverture Kintsugi, l'art de la résilience

Réparer ses blessures – apprendre la résilience – la métaphore de l’art japonais de la réparation des céramique grâce à la soudure d’or.

Vous êtes prêts à devenir plus fort en transformant vos lignes de faille en lignes de force ?

#Comment ce livre m’est-il tombé entre les mains ?

En furetant dans les rayons des librairies, je suis tombée plusieurs fois sur ce livre, mais j’ai longtemps hésité à le tester. Puis je me dis : « Et pourquoi pas, après tout ? »

~

#On redore son blason… et les cicatrices de sa vie !

Vous le savez maintenant, je me découvre un goût pour les ouvrages de développement personnel. Et je vous avoue que trouver des titres dont la méthode et le style me conviennent, ce n’est pas facile. Kintsugi, l’art de la résilience a fait très largement écho en moi.

D’abord, parce que j’ai adoré le parallèle entre cette pratique artistique de remise en beauté d’un objet cassé et celle de notre bien-être mental. On valorise les épreuves qui nous ont égratignées et qui nous ont causé des fêlures. On en prend conscience, on les soigne petit à petit en prenant soin de son esprit, puis on les intègre à sa vie.

L’auteur a réussi à pousser très loin le parallèle pour l’appliquer au domaine du développement personnel. Les thématiques abordées sont traitées à mes yeux en toute connaissance de cause, ce qui donne un vernis (sans mauvais jeu de mot) de crédibilité à ce texte. On a vraiment l’impression que l’auteur a elle-même adapté la méthode de valorisation des failles d’un objet cassé par l’or pour les fêlures de sa propre vie.

Si j’aime bien lire ce type de livres, j’ai en revanche plus de mal avec les textes proposant des mises en pratiques qui s’incrustent un peu trop dans l’emploi du temps. Dans ce livre, Céline Santini nous propose de petits exercices (souvent des prises de conscience, d’ailleurs) à effectuer en quelques minutes, sur un coin de table. Et ça, c’est précisément le type d’exercice que j’apprécie.

Et surtout, elle ne nous impose pas une méthode précise. C’est pour moi ce qui fait la force de ce livre. Kintsugi, l’art de la résilience met en lumière un parallèle et laisse son lecteur libre d’appliquer ses préceptes selon la méthode de développement personnel qui lui convient le mieux.

Kintsugi, l’art de la résilience.- Céline Santini.- Ed. First.- Disponible

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *