Engrenages et sortilèges

Grise et Cyrus sont élèves à la prestigieuse Académie des Sciences Occultes et Mécaniques de Celumbre. Une nuit, l’apprentie mécanicienne et le jeune mage échappent de justesse à un enlèvement. Alors qu’ils se détestent, ils doivent fuir ensemble et chercher refuge dans les Rets, sinistre quartier aux mains des voleurs et des assassins. S’ils veulent survivre, les deux adolescents n’ont d’autre choix que de faire alliance…

Et faire face ensemble, jusqu’au bout

#Comment ce livre m’est-il tombé entre les mains ?

Engrenages et sortilèges est arrivé dans ma pile à lire numérique un peu par hasard. La quatrième de couverture m’a intéressée, je n’ai pas hésité trop longtemps. Il faut dire qu’Adrien Tomas compte pour moi parmi les valeurs sûres. Je ne pensais donc pas prendre trop de risques. Vous savez quoi ?

#Le récit dans lequel tu ne vois pas le temps passer

J’avais raison. Il est extrêmement facile d’entrer dans cette histoire. L’auteur nous attache aux pas des protagonistes et nous place dans leurs pensées et on se familiarise très vite avec ces deux adolescents et leur vie quotidienne. Dans un roman destiné principalement aux adolescents, c’est une très bonne idée.

J’ai aimé l’univers que dessine Adrien Tomas. Il nous est totalement inconnu car issu de l’imagination de l’auteur. Néanmoins, j’ai ressenti une légère impression de familiarité dans les villes mentionnées : un peu comme si je les avais déjà visitées. Pas de déjà-vu, comme s’il s’agissait d’un copier-coller. Comme si l’auteur avait un talent pour décrire une cité et son fonctionnement de manière extrêmement réaliste en cela qu’elle présente ses deux visages, le plus reluisant comme celui – le côté pauvre – que l’on veut absolument cacher.

Pour être totalement franche, je m’attendais un peu à l’évolution de Grise et Cyrus. D’abord la haine, ensuite une solide amitié. La nature de leur opposition, fondée sur des idées reçues ancrées dans leur éducation, s’efface bien vite lorsqu’ils se retrouvent confrontés à la réalité et au danger. Ils s’apprivoisent petit à petit et cette évolution est finement amenée.

C’est d’ailleurs l’une des thématiques principales de ce récit : le dépassement des préjugés et des idées reçues pour se rendre compte de ce qu’est la vie réelle avec tout ce qu’elle comporte de dureté et d’inégalités. Et dans l’histoire, on met le nez dans l’envers du décor, le quartier des voleurs. On y découvre la misère, ce que les gens sont obligés de faire pour survivre. Et à travers le filtre formé par le roman, j’ai pu y voir une vision romanesque de notre société.

L’intrigue d’Engrenages et sortilèges ne laisse aucun répit à son lecteur. De risques en dangers en infiltrations, difficile de s’ennuyer tant il se passe de choses. L’auteur ménage son suspens et nous fait avancer dans l’histoire point après point. Néanmoins, il n’y a pas de longueurs et mon intérêt a été constant du début à la fin du roman. J’ai toujours eu beaucoup de facilités à y retourner après l’avoir posé.

Sans que je m’y sois attendue, l’histoire a pris de l’ampleur pour aboutir à de nombreuses révélations. Je me suis tout de même demandé s’il était bien cohérent que deux adolescents puissent changer à ce point le cours des choses… Mais Adrien Tomas a largement su me convaincre avec son histoire pleine de rebondissements.

Dans cet univers, magie et mécanique se mélangent pour former un tout complexe et savamment équilibré. Cela permet également de créer du background, de rivalité entre les deux pratiques. L’un ne voit pas vraiment l’intérêt ni l’importance accordée à l’autre. C’est divertissant et ça participe à rendre l’histoire vraisemblable.

#En bref

Engrenages et sortilèges est un vrai coup de coeur. J’ai passé de bons moments dans cette lecture et en compagnie de ces personnages. Bien entendu, je vous le conseille !

Engrenages et sortilèges.- Adrien Tomas.- Ed. Rageot.- Disponible

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *