Je te promets la liberté

Couverture Je te promets la liberté

Imaginez : votre employeur vous laisse dix jours pour sauver votre poste et, le soir même, votre conjoint vous laisse entendre que votre couple n’en a plus pour longtemps… Dans les deux cas, on vous reproche votre personnalité, mais qu’y pouvez-vous ?
Lorsqu’un ami vous parle d’un homme mystérieux, membre d’une confrérie très secrète détentrice d’un savoir ancestral, qui a le pouvoir d’installer en vous une toute nouvelle personnalité, la perspective est peut-être tentante… C’est ce qui arrive à Sybille Shirdoon, l’héroïne de cette histoire.

Elle va devoir traverser toutes ces épreuves pour parvenir à l’épanouissement.

#Comment ce livre m’est-il tombé entre les mains ?

J’ai découvert Je te promets la liberté lors d’une conférence donnée par l’auteur au Théâtre du Nord de Lille, fin janvier. Un stand librairie était présent. Et comme la thématique de ce roman m’a tout de suite intriguée : la réflexion sur la personnalité et la manière dont elle nous emprisonne ou nous porte.

~

#Quand le fond et la forme ne sont pas au même niveau…

Je vous le dis, c’est bel et bien la thématique qui tend l’ensemble du récit qui m’a poussée à continuer cette lecture. Je te promets la liberté est émaillé par des réflexions inspirantes sur la personnalité que chacun porte en soi et la manière dont il faut adapter celle-ci au monde qui nous entoure pour vivre dans la sérénité.

Il s’agit du second livre de Laurent Gounelle que je découvre, après l’Homme qui voulait être heureux. Je dois dire que cet auteur possède un certain talent pour délayer la vraie teneur de son propos dans sa fiction, pour qu’elle soit beaucoup plus facilement assimilable.

Dans ce roman, il est aussi question de la figure de l’ennéagramme, cette théorie selon laquelle toute personne vivant sur Terre possèderait une personnalité correspondant à l’un des neuf archétypes existant. Qu’on y croit ou non, c’est l’affaire de chacun. 🙂

Toujours est-il que cette figure sert de trame à la réflexion sur l’importance de connaître et d’accepter pleinement sa personnalité pour pouvoir réussir à vivre en harmonie avec elle en la modelant subtilement à soi.

Après… je n’ai pas vraiment accroché à l’histoire du récit. Les protagonistes, Sybille en tête, sont totalement clichés, sans relief ni profondeur. En plus, j’ai trouvé l’enchaînement des personnalités très superficiel, peu crédible, au point que cela pourrait desservir le récit, à mon humble avis.

Je ne peux pas m’empêcher de faire le parallèle avec L’Homme qui voulait être heureux. J’ai largement préféré ce titre. La réflexion était au cœur du roman et l’histoire la sert parfaitement, chose que je n’ai pas retrouvée dans Je te promets la liberté.

#En bref

Je suis réellement partagée concernant cette lecture. Non parce que je ne sais pas trop quoi en penser, mais plutôt car j’ai été sensible au message véhiculé par l’histoire, mais pas par l’histoire en elle-même.
Mais, comme d’habitude, il ne s’agit que de mon avis. On passe tout de même un bon moment, avec la lecture de Je te promets la liberté

Je te promets la liberté.- Laurent Gounelle.- Ed. Calman Lévy.- Disponible.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *