Nouvelles peaux



Et si tout devait recommencer ? Un meurtrier reçoit des sms d’outre-tombe, la mort s’invite en combinaison vinyle à une soirée lubrique, des momies philosophent sur les tombes, une fille muette hante une école abandonnée… Alors que le monde moderne pensait être débarrassé des hantises du XIXe siècle, d’étranges phénomènes perturbent à nouveau les quotidiens. Un homme prétend invoquer la peste, des étudiants en médecine mènent des expériences sur le magnétisme, un téléphone ne veut plus s’arrêter de sonner, …
Du Chat noir au Corbeau, dix auteurs réinterprètent à leur façon les Histoires extraordinaires et autres nouvelles tirées de l’œuvre du maître du fantastique, Edgar Allan Poe. Il faudra affronter le surnaturel, l’invraisemblable et la folie, perdre tous ses repères, pour arriver au bout de l’horreur.


Nouvelles peaux est un recueil collectif d’une petite dizaine d’auteurs publié aux éditions Luciférine. Petit point intéressant sur le nom de cette maison d’édition : rien à voir avec le diable ! La luciférine est (d’après ce que l’on m’a dit) un composant chimique qui permet aux lucioles de luire dans la nuit. 


Ce petit recueil de 140 pages m’a été présenté par l’un des auteurs, et c’est avec beaucoup de curiosité que j’ai commencé cette lecture. Il faut dire que j’aime beaucoup Edgar Allan Poe, et lire des réécritures modernes est pour moi un autre moyen de prolonger l’oeuvre de l’auteur américain du XIXe siècle. Beaucoup de curiosité donc, et je dois dire qu’elle a été satisfaite ! Nouvelle Peaux a été une vraiment très bonne surprise avec une bonne qualité globale des nouvelles qui composent ce recueil et rendent un bel hommage au recueil (Nouvelles) histoires extraordinaires. 

Les auteurs nous proposent une véritable plongée dans l’horreur. On ne sort en effet de nouvelle que pour plonger dans une autre parfois pire. C’est effectivement une véritable descente aux enfers que connaissent les personnages. 
Mais c’est aussi un voyage dans les méandres de l’âme humaine, dans ses réactions physiques que psychologiques. Croyez-moi, on se remet en question quant à ce que l’on ressent en s’imaginant confronté à cette question. Et franchement, y réfléchir peut bousculer l’ordre des pensées tout au long de la lecture. 

L’ambiance occupe une place capitale dans ce recueil, au même titre que celle dans l’oeuvre de Poe. On passe du cauchemar à l’évocation d’un rêve (qui ne finit pas bien, malheureusement. Néanmoins, cette lecture a été un plaisir. 

Néanmoins, je n’ai pas apprécié toutes les nouvelles présentées. Si elles sont toutes horrifiantes, certaines sont pour moi de meilleures qualité que d’autres. Parlons tout de suite des choses qui fâchent, je n’ai pas aimé la nouvelle “Le Masque de la mort lente”. L’ambiance y est, certes, mais amenée avec grands renforts de glauque, de vulgaire pour le vulgaire sans vraiment d’autre but que de choquer. Bien entendu, cela reste mon avis. 
D’autres m’ont plu, à cause de leur histoire bien entendu, mais également à cause de la manière dont elles ont été écrites. Certaines réussissent à amener le sujet avec rapidité et efficacité sans perdre de leur force, comme “La Valise” par exemple. D’autres au contraire, ont eu besoin de plus de développement mais pour un résultat tout aussi réussi. 


#En Bref

Nouvelles peaux est un recueil plaisant à lire dont la qualité est indéniable. Toutes les nouvelles, qu’elles m’aient plu ou non méritent d’être lues, et je ne regrette pas ces moments, certes guères rassurants, mais captivants !

Je vous le conseille!

Nouvelles Peaux.- Collectif.- Ed. Luciférine

L’Enfant du cimetière

Yoann n’est pas à proprement parler un « enfant trouvé». Il a, certes, été abandonné par sa mère dans un cimetière, mais a été recueilli par ses occupants nocturnes, les Esprits. Tout va bien dans le meilleur des mondes : Yoann tombe même amoureux d’Ora, le spectre d’une petite fille de douze ans aux épais cheveux et aux grands yeux noirs de jais. Mais une menace plane sur la vie paisible du cimetière : un agrandissement est prévu, ce qui inclut le déplacement des tombes de ses plus anciens occupants.
Yoann est découvert et emmené de force dans un orphelinat. Aidé d’Ora, parviendra-t-il à s’échapper et à sauver le cimetière où il a toujours vécu ?

L’Enfant du cimetière est un conte gothique. Ici pas de macabre mais le récit fantastique d’un jeune garçon vivant parmi les Esprits au beau milieu d’un cimetière ! Toutes les caractéristiques du conte sont reprises dans cette histoire : un héros, une histoire d’amour, un complot et même une malédiction menaçant les esprits rebelles ! De quoi promettre une lecture palpitante.
Si la trame du conte est connue, l’histoire est en revanche originale. Durant la lecture, je n’ai pas cessé de penser que l’univers dessiné par l’écrivain est semblable à celui de Tim Burton.
L’intemporalité de l’Enfant du cimetière est une autre caractéristique du conte. L’époque non définie donne au lecteur tout le loisir d’imaginer celle qui l’attire le plus. Pour moi, cela a été le XIXème siècle, période durant laquelle nombre d’écrits à propos d’orphelins ont vu le jour.
Il s’agit d’une histoire courte, trop peut-être. Chaque chapitre est clos par un dessin représentant un élément mis en exergue. J’aurais trouvé approprié la présence d’une carte représentant le cimetière, ce qui aurait été un plus pour l’histoire. Cela aurait permis aux jeunes lecteurs de se représenter les lieux avec peut-être plus de facilité.
Mais c’est, je pense, le seul « reproche » que l’on puisse faire à ce livre.
Amateurs de contes, procurez-vous l’Enfant du cimetière au plus vite.

L’enfant du cimetière.- Pierre Brulhet.- 2010.- Ed Juste pour lire.- 12€