Lecture du mois : janvier 2016

Premier mois de l’année écoulé ! Honnêtement, je ne l’ai pas vu passer. Il faut dire que mes semaines sont très (trop) remplies. Mais je n’ai pas arrêté de lire, malgré la reprise du travail ! Le temps de retrouver un rythme équilibré et je repars à l’aventure ! En tout cas, hors de question que je mette mon blog en sommeil durant les six mois de mon contrat… 
BREF ! 

Nous sommes début février, il est largement temps de désigner la lecture du mois précédent !



Six livres au compteur durant ce mois écoulé. Un essai, un roman épistolaire, de la fantasy, du fantastique… Plein d’époques différentes ! Et une déception… il en faut bien de temps à autre.

#Lecture du mois


De quoi ça parle ?

La correspondance entre une auteure londonienne et les habitants d’une petite ville sur l’île de Guernesey. Le monde sort tout juste de la guerre et l’île a été occupée par l’armée allemande. À travers les lettres, on en apprend plus sur la vie durant cette occupation… Et sur ce fameux cercle littéraire. 

Pourquoi ce livre ?

Parce que ç’a été une ÉNORME surprise. Je ne m’attendais pas à apprécier autant cette lecture. J’ai souvent entendu parler de ce livre, mais je n’ai jamais eu l’occasion de l’acheter. Puis je suis tombée dessus dans une bouquinerie et j’ai craqué. Je l’ai dévoré.

D’abord parce que j’adore ce genre littéraire épistolaire et que ça fait bien longtemps que je n’ai pas lu un bon roman de ce genre. Ensuite, ça parle de livres. Via le personnage principal bien entendu, mais pas seulement. L’histoire raconte comment un petit groupe de personnes a été obligé de se mettre à la lecture pour éviter les représailles des soldats allemands. Et ils ont tous aimé ça ! 

Bref, je vous conseille cette lecture !

#J’ai aussi aimé…

#Et sinon, durant ce mois…

  • Je travaille comme rédactrice web et je m’éclate vraiment dans ce que je fais,
  • J’ai fêté mes 26 ans fin janvier, j’ai reçu plein de livres, une théière en verre et un Tardis,
  • J’ai formé mon futur projet professionnel,
  • Ma santé va plutôt bien et j’ai plein de belles lectures en attente…

Et vous, qu’avez-vous lu en janvier ?

Le Cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates

Janvier 1946. Londres se relève douloureusement des drames de la Seconde Guerre mondiale et Juliet, jeune écrivaine anglaise, est à la recherche du sujet de son prochain roman. Comment pourrait-elle imaginer que la lettre d’un inconnu, un natif de l’île de Guernesey, va le lui fournir ? 

Au fil de ses échanges avec son nouveau correspondant, Juliet pénètre son monde et celui de ses amis – un monde insoupçonné, délicieusement excentrique. Celui d’un club de lecture créé pendant la guerre pour échapper aux foudres d’une patrouille allemande un soir où, bravant le couvre-feu, ses membres venaient de déguster un cochon grillé (et une tourte aux épluchures de patates…) délices bien évidemment strictement prohibés par l’occupant. Jamais à court d’imagination, le Cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates déborde de charme, de drôlerie, de tendresse, d’humanité Juliet est conquise. Peu à peu, elle élargit sa correspondance avec plusieurs membres du Cercle et même d’autres habitants de Guernesey , découvrant l’histoire de l’île, les goûts (littéraires et autres) de chacun, l’impact de l’Occupation allemande sur leurs vies… 

Jusqu’au jour où elle comprend qu’elle tient avec le Cercle le sujet de son prochain roman. Alors elle répond à l’invitation chaleureuse de ses nouveaux amis et se rend à Guernesey. 

Ce qu’elle va trouver là-bas changera sa vie à jamais.


#Comment je me suis retrouvée avec ce livre

C’est un peu par hasard que j’ai acheté ce titre dans une bouquinerie. J’en avais bien entendu parler de nombreuses fois et ce roman a plutôt bonne presse. Cette rencontre trouvaille m’a donc décidé. Et je suis vraiment ravie d’avoir fait cet achat !

#Un genre très particulier : l’épistolaire

Première chose qui (m’a) fait plaisir, le format de cette histoire : l’épistolaire. Je n’avais pas rencontré ce genre romanesque depuis longtemps et lire cette succession de lettres m’a fait vraiment plaisir. Tout est dévoilé par petites touches, tantôt discrètes, tantôt par le biais d’une révélation fracassante. Et on ne peut pas vraiment s’attendre à ce qui sera raconté, contrairement à la forme classique du roman.

Le background de l’histoire, ainsi que celui qui occupe l’intrigue est très intéressant. On retrouvera en effet la vie quotidienne des habitants de l’île de Guernesey, en particulier durant la Seconde Guerre mondiale. Pas de fascination morbide, mais cette période m’intéresse particulièrement, surtout sur l’aspect social. La cohabitation forcée entre les autochtones et les soldats allemands et leurs relations est un point qui m’intéresse beaucoup ! Et là, je suis servie. Les habitants s’en donnent à cœur joie et dévoilent cette petite Histoire à travers des moments du quotidiens ô combien plus révélateurs que ce que peuvent nous apprendre les manuels.

L’amour de la lecture. Vous vous doutez que j’ai beaucoup apprécié cette thématique. Les personnages ont formé un cercle littéraire certes, mais c’était surtout pour éviter la prison pour cause de non-respect du couvre-feu. Alors, ils ont lu, un peu forcés. Mais ils y ont pris goût et leur fameux cercle littéraire des amateurs de tourte aux épluchures de pommes de terre a continué et pris de l’ampleur. Au risque de paraître niaise, je trouve ça beau. Et chaque protagoniste y va de sa petite lettre dans laquelle il décrit quelle lecture il a faite et ce qu’il en a retiré. C’est beau, non ?
Autre point fort de ce genre épistolaire, on découvre les personnages petit à petit à travers leurs lettres et/ou ce que l’on dit d’eux. Et ce biais des lettres me paraît vraiment enrichissant. L’intrigue se monte ainsi toute seule et tout en douceur. J’ai enchaîné les lettres sans pouvoir m’arrêter. 

Et s’il fallait relever un élément un peu moins bon que le reste : le niveau de langue et d’écriture des personnages qui reste toujours le même. On pourrait s’attendre à une bien meilleure qualité de la part de l’auteur et de ses éditeurs tandis que les habitants de Guernesey, peu instruits, aurait dû être un peu plus incertain. Mais ici non. Et ce qui pourrait être (et est) un point fort, la qualité de l’écriture de l’auteur, devient un petit bémol pour moi. 
On reste quand même sur un récit de qualité hein. 

#En Bref

Le Cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates est un petit coup de cœur pour moi. D’autant que je ne m’attendais pas du tout à autant apprécier cette histoire ! Alors si vous aimez les lettres, ou que vous voulez découvrir ce genre à travers une écriture moderne, n’hésitez pas !

Point lecture

Bonjour tout le monde ! J’espère que les quinze premiers jours de 2016 se sont bien déroulés et ont été remplis de lectures ! Pour ma part, je n’ai pas entièrement respecté mon point lecture de la semaine dernière… Si j’ai relu The Hobbit, je n’ai pas beaucoup avancé dans Sigiryia… Je n’accroche pas beaucoup. Peut-être faudra-t-il attendre un peu comme pour Chronique du soupir.

Alors, qu’en est-il niveau lectures ?



#Lectures terminées


Comme je vous l’avais déjà annoncé sur Twitter :
Pendant ma lecture, j’avais beaucoup de mal à m’en sortir pour passer à d’autres activités. L’histoire, la thématique et même le format de narration m’ont plu. Chronique bientôt !

#C’est en cours…



Couverture L'Ordre Terne, tome 1 : La Prophétie des Sables

Ce titre m’a gentiment été proposé par son auteur par mail. En premier lieu, je la remercie de sa confiance. Et j’ai hâte de me plonger dans cette lecture qui me tente beaucoup avec cette très jolie couverture !

Couverture Une aventure d'Alexia Tarabotti, Le Protectorat de l'ombrelle, tome 1 : Sans âme

Je réessaie cette lecture que j’avais laissé tomber il y a déjà plusieurs mois… J’espère que cette fois-ci elle me plaira davantage ! Pour la petite histoire, j’ai énormément eu de retours plutôt bons sur cette histoire. Et quand on me l’a proposé en “cadeau” pour deux livres achetés, je n’ai pas hésité. Peut-être que cette fois ça sera la bonne !


#Abandon temporaire


Couverture Sigiriya, le Rocher du Lion
Je ne relègue pas ce titre aux oubliettes. Je pense simplement qu’il faut que j’attende le bon moment. Ce n’est donc qu’un au revoir et non un adieu pour Sigiriya !