Du Domaine des Murmures

« Le monde de mon temps était poreux, pénétrable au merveilleux. Vous avez coupé les voies, réduit les fables à rien, niant ce qui vous échappait, oubliant la force des vieux récits. Vous avez étouffé la magie, le spirituel et la contemplation dans le vacarme de vos ville, et rares sont ceux qui, prenant le temps de tendre l’oreille, peuvent encore entendre le murmure des temps anciens ou le bruit du vent dans les branches. Mais n’imaginez pas que ce massacre des contes a chassé la peur ! Non, vous tremblez toujours sans même savoir pourquoi. »
 Une jeune fille qui choisit de s’emmurer au lieu d’être donnée en mariage et devient une sainte écoutée par tout le monde chrétien du 12ème siècle. Tel est le destin d’Esclarmonde, fille du domaine des Murmures.
Ce roman écrit par Carole Martinez est publié aux éditions Gallimard. Le thème de la religion est traité avec clarté sans accentuer les croyances du peuple de l’époque. Le lecteur peut donc retrouver l’ambiguïté des croyances de ces gens, balançant entre les vieilles légendes racontées par leurs ancêtres et la religion catholique leur imposant une vision du monde nouvelle.
Esclarmonde nous fait voyager du réduit où elle s’est volontairement enfermée afin de racheter les péchés de son père. Elle nous offre ainsi un récit de voyage, celui de son père parti aux croisades. Celle qui possède un lien privilégié avec son Seigneur se retrouve condamnée à vivre la vie des hommes qui combattent en son nom aux portes des « infidèles ».
Les émotions d’Esclarmonde, celles de son père et de tout ceux qui composent la « société des murmures » sont retranscrites avec autant d’intensité que le style de l’auteur est simple et clair. Les dialogues sont brefs et les descriptions précises.
Un roman se lisant malheureusement bien trop vite tant on se retrouve transporté par le voyage immobile d’Esclarmonde.

Du besoin de la lecture.



Plus qu’un simple vecteur de transmission de connaissances, le livre est le meilleur et le plus sûr moyen de voyager, où que l’on se trouve. Plus que les récits oraux, le livre est l’instrument apportant le plus sûrement la liberté, car l’acte de lecture est d’abord solitaire.



Il est aisé de voir ce fait à travers les nombreux exemples d’autodafés qui illuminaient les nuits d’oppression. En effet, les régimes totalitaires commençaient d’abord à interdire les livres avant tout.
Le livre comme vecteur des idéaux, des opinions, des connaissances et du simple plaisir, voilà de nombreux noms que l’on peut associer à ce simple mot porteur de promesses.

Si l’auteur est talentueux, il nous emmène dans un autre monde, à une autre époque en seulement quelques lignes. Combien de moments n’avons-nous pas passés en compagnie d’un héros, à mettre ses pas dans les siens aussi fidèlement que son ombre ?

Quel lecteur n’a jamais frissonné, rit ou même pleuré en lisant ? Nous connaissons bientôt intimement les héros de nos livres favoris aussi bien que nous pouvons connaître nos plus proches amis.

La lecture est une catharsis, une purge de notre esprit. L’évasion de l’esprit par les mots fait oublier tous les malheurs du monde pour un temps, au moins. Là réside le vrai pouvoir des livres.
Si l’on dit “lire délivre”, je ne trouve rien de plus vrai.


“On aime toujours un peu à sortir de soi, à voyager, quand on lit.” 
Marcel Proust.

Pourquoi du blog.

Sans doute cela vous paraîtra-t-il absurde, mais j’éprouve le besoin d’écrire, de lire le plus souvent possible. Cela m’est aussi nécessaire que de respirer.
Je n’aspire à aucune prétention subversive ou polémique, juste à poster ce qui me paraît important, dans le domaine des livres en particulier.

Bonne visite.