Le Pas de Merlin

Au cœur de l’Écosse du VIème siècle, le roi Ryderc réunit tous les chefs Bretons pour résister aux envahisseurs Saxons, Pinces et Gaëls. Parmi eux, Merlin, un jeune barde déjà célèbre, tant pour son art que pour le mystère de ses origines. Ni tout à fait homme ni tout à fait elfe, il n’est pas encore aguerri aux ruses des hommes et aux blessures du cœur. Pourtant, c’est à lui qu’échoit la lourde charge de ramener la paix au pays. Mais Merlin est seul contre tous ceux qui veulent sa perte. Le mythe du magicien prend vie.

Déjà connu pour sa Trilogie des elfes, Jean-Louis Fetjaine est une figure de la littérature imaginaire française. Le pas de Merlinn’est cependant pas un roman fantasy, ou presque.
Partez sur les traces de Merlin en lisant ces lignes où la réalité frôle souvent le pays merveilleux des fées. Vous découvrirez, en plus d’une chronologie précise à propos de l’histoire de Bretagne, les origines de l’enchanteur le plus célèbre de toute la littérature (talonné de près par Gandalf, certes).
L’auteur nous conte un pays froid et rude, ravagé par les guerres sans fin entre les clans. Si Merlin n’est pas présenté comme l’enchanteur que nous connaissons, ses origines ne sont pas moins étranges pour autant. Rejeté et dénigré depuis sa plus tendre enfance, Emrys Myrddin serait le fils du Diable. Ou des fées. Ce n’est qu’à la toute fin de ce volume que vous aurez la réponse…
Le roman alterne entre deux aventures : celles du roi chrétien Ryderc et des siens d’un côté, et de la fuite éperdue de Merlin avec le torque du roi Ambrosius de l’autre. Cette alternance met en lumière les dissensions existant entre les anciennes croyances toujours vivaces et menées par les druides et les bardes, et l’avancée de la chrétienté, que l’on sait inexorable.
Dans les royaumes de Bretagne instables, les fiers Bretons réussiront-ils à surmonter leurs vieilles rancœurs et à s’unir sous la férule du porteur du torque ? Myrddin survivra-t-il à la trahison du roi Ryderc ?
A l’instar de la Trilogie des Elfes, Jeal-Louis Fetjaine a su dessiner un monde fantastique, dans lequel la magie n’est jamais trop présente mais semble malgré tout faire partie du quotidien des personnages, même si ceux-ci la craignent.
Le pas de Merlin est le premier tome d’un dytique narrant la saga de Merlin.
Le pas de Merlin.- Jean-Louis Fetjaine.- 2002.- Ed Belfond (Pocket)

Le livre des choses perdues

David est un garçon sage. Mais sa maman est mourante. Alors, pour l’empêcher de mourir, le petit garçon de douze ans respecte scrupuleusement les rites qu’il a mis en place, parmi lesquels les livres tiennent une place prépondérante. Mais sa mère meurt, et la vie de David va changer du tout au tout. Les livres lui parlent, et il rencontre un homme étrange et biscornu. Pour couronner le tout, le voilà passé dans un monde où plus grandes peurs des enfants prennent vie…

Beaucoup de choses à dire à propos de ce livre. Lorsque je l’ai terminé, j’ai eu du mal à retourner dans le monde actuel. Le livre des choses perdues est un savant mélange de nombreux contes : le Petit chaperon rouge, la Belle au bois dormant, Hansel et Gretel, mais aussi Alice au Pays des merveilles. L’auteur a su prendre le meilleur de chacun d’eux et le mélanger aux autres pour créer ce roman.
Si l’on s’attend au happy end comme dans la plupart des contes, tout ne paraît pas gagné lorsque l’on tourne les pages de ce surprenant roman. Chaque chapitre apporte son lot de péripéties, et l’auteur nous mène du bout de sa plume aux quatre coins de son royaume imaginaire fantastique que l’on visite avec un respect mêlé de crainte.
Les descriptions de ce texte dressent un monde sombre, inquiétant et grouillant de dangers. Il n’en est pas moins fantastique et inexplicablement attirant. John Connolly sait révéler nos peurs enfantines et s’amuse à les égrener au fil du texte. Attendez-vous à revivre les contes comme vous ne les avez jamais vus !
Des chapitres un peu longs peut-être, et des titres qui en révèlent trop sur le contenu. Je préfère généralement un mot bien choisi qui épaissit le mystère autour de son contenu. Malgré tout, ces titres donnent au livre le côté «19ème siècle » des romans d’aventure de l’époque.
Le titre de ce roman, Le livre des choses perdues, est bien choisi : à la fois un élément incontournable de l’histoire, il possède l’extraordinaire pouvoir d’extraire de la mémoire du lecteur toutes ces petites choses d’une enfance plus ou moins lointaine.
Avis aux amateurs de contes pour grands.

Le livre des choses perdues.- John Connolly.- Editions J’ai Lu.- 2010.- 7€60

C’est la rentrée ! (littéraire)

Tous les ans, en septembre, les tables des librairies croulent sous les nouveautés. Difficile de faire un choix, quel que soit le genre. C’est pourquoi votre humble chroniqueuse vous propose un panel des nouveautés des mois d’août et de septembre pour vous permettre d’organiser vos achats et vos lectures !





Dans le domaine de la fantasy, genre qui me tient particulièrement à cœur, de nombreuses nouveautés sont à prévoir. Des intégrales, des suites mais aussi des premiers tomes traduits par Bragelonne, comme Odalisque, le premier tome de la saga intitulée Percheron écrite par Fiona McIntosh.
Le troisième tome de Sîn publié aux éditions Atria, dont vous pouvez trouver un avis sur ce blog, était LE livre que j’attendais avec le plus d’impatience. Si vous avez suivi les aventures d’Imrou et ses amis, assistez à l’apothéose de cette trilogie palpitante.
Dans la même veine (mais dans un monde différent) le second tome de la trilogie du Puits des mémoires, intitulé Le fils de la Lune, de Gabriel Katz aux éditions Scrinéo. Il s’agit d’un roman d’heroic-fantasy où chaque page recèle une nouvelle péripétie pour notre trio à la recherche de leurs souvenirs.





Les éditions Mnémos ne sont pas en reste pour cette rentrée littéraire : j’ai choisi de retenir en particulier deux de leurs livres, à savoir Ki&Vandien de Megan Lindholm et Nephilim de Fabien Clavel.


Ki&Vandien, presque un classique de la littérature fantasy. Un lecteur amateur du genre retrouvera tous les ingrédients indispensables au genre : une quête, des créatures féeriques (ou cauchemardesques) et des péripéties à la pelle, les quatre tomes réunis en un unique volume.





Tiré du jeu de rôle éponyme, Nephilim est le premier tome d’une série fantastique palpitante ouvrant sur d’autres aspects d’un monde qui est le nôtre. Ce livre, certes déjà sorti, n’en reste pas moins un très bon recueil.
Les éditions Pygmalion ne seront pas en reste dans le domaine de la fantasy avec la sortie de différentes intégrales de la série à succès du « trône de fer ».

Il me semble important de noter la sortie du tome 14 de la saga intitulé Les Dragons de Meereen, mais aussi le premier tome de l’intégrale existant déjà aux éditions J’ai lu.

Mais le Trône de Fer n’est pas la seule saga à être rééditée en version « intégrales ». Ainsi, le troisième tome de la série du Soldat Chamane sera publié sous cette version. De quoi ravir les « accros » de ces deux séries !
Comme vous pouvez le voir, la rentrée littéraire de l’imaginaire s’annonce chargée. Il y en aura pour tous les goûts et toutes les « fantasies ».

Auteur : Noureddine Séoudi


Né à Alger, Noureddine Séoudi est un grand passionné d’Histoire et d’histoires. Il a accepté de se livrer pour vous à un jeu de questions-réponses… Merci à lui !




Ton entourage t’inspire-t-il lorsque tu écris ?
Oui. Beaucoup. Surtout quand on a des enfants.
Quels sont tes auteurs favoris ?
Pierre Loti pour son écriture poétique, les auteurs russes, les grands « historiens » ou « conteurs » de leur époque : épopée de Gilgamesh, Homère, Mas’udi …
Combien de temps consacres-tu à l’écriture quotidiennement ?
Je n’écris pas tous les jours mais l’écriture m’habite en permanence. .J’écris par période et d’une manière intense.
Qu’est-ce qui t’aide à développer ton imagination ?
Je ne sais pas. Mais je lis beaucoup, je regarde de nombreux films, je fais beaucoup de rencontres. Voilà quelques pistes…
Pourrais-tu résumer ton style littéraire en un mot ?
Je préfère laisser le soin aux lecteurs de définir mon style littéraire.
Comment est née ta passion pour l’imaginaire ?
Elle me vient de mon enfance et de l’idée que je me faisais du monde. Finalement elle n’a pas beaucoup changé car je crois toujours en la magie !
As-tu trouvé ton propre style ou est-il inspiré de plusieurs auteurs que tu aimes ?
J’écris pour moi avant tout et j’espère que ma plume est reconnaissable. Toutefois, nous sommes tous le fruit de nos lectures…
Quel est ton personnage préféré tous genres littéraires confondus ?
Le mage candide et espiègle…
Un rêve littéraire ?
Ecrire une œuvre majeure de « Poetic-fantasy »
Quels sont tes projets pour la suite ?
Un roman de fantasy dans lequel se rencontreront l’orient et l’occident. En somme, la rencontre de Felden et de Merlin !

Sîn le poème de lumière (tome 3)


Le monde de Sîn a basculé dans une guerre sans merci. Quelle sera l’issue de cet ultime affrontement entre le verbe maléfique et le poème de lumière ? L’arbre de la poésie, garant de l’équilibre de Darna et de toutes les poésies qui y vivent, renaîtra-t-il du cœur des batailles? Les destinées de Ransâ, la Banat Nawfal et d’Imrou, le jeune Kindéri sont-elles déjà écrites ?

Le Poème de lumière clos la trilogie de Sîn, de la plus belle des manières. La plume de Noureddine Séoudi n’a rien perdu de sa verve ni de sa poésie. Combats et poésie s’alternent, et parfois se mêlent de la plus belle des façons dans cette histoire qui s’annonce épique dès le premier paragraphe.

Sans aucune fausse note, le lecteur sera confronté à la dernière phase de la guerre de l’arbre. Mais tout ne tient qu’à un fil. Comme dans le second tome, Imrou est séparé de ses amis et des Ningizidis. C’est le fil rouge de l’histoire. L’auteur sait manier le suspense qui tient le lecteur en haleine à chaque chapitre.
Si les personnages sont les mêmes, le lecteur les découvrira sous un autre jour : de fiers guerriers n’hésitant pas à mettre leur vie en péril pour sauvegarder l’équilibre du monde face à la Poésie Noire.
Ceux-ci transmettent par leurs actes et leurs paroles d’importantes valeurs : l’amitié, le courage, la volonté de suivre ses croyances malgré tout, la ténacité, et bien d’autres encore. Cet aspect didactique de la trilogie de Sîn me semble aussi présente qu’elle n’est qu’en filigrane.
Les descriptions sont délicates et de chaque personnage émane une poésie particulière qui crée une harmonie et une facilité de lecture. Le tout pour une lecture (trop) rapide de cet épique et palpitant dernier tome de cette trilogie.
Sîn le poème de lumière (T3).- Noureddine Séoudi.- Editions Atria.- 2012 (septembre).- 20€

Maintenant qu’il fait tout le temps nuit sur toi

Mathias est un jeune homme triste. Sa mère vient de décéder à l’hôpital. Quand il rentre chez lui avec sa famille, les ombres ont tout envahi, et essaient même de rentrer dans leurs cœurs.

Mais sur le parking de l’hôpital, Mathias fait une découverte qui va changer sa vie : un mystérieux géant qui va l’aider à supporter les ombres, et surtout l’absence de sa mère. Mais cet espoir de retrouver sa mère dans le monde du géant est-il vraiment sans danger ?
Maintenant qu’il fait tout le temps nuit sur toi est le premier roman de Mathias Malzieu, surtout connu pour être le chanteur du groupe français Dionysos. Les amateurs de ce groupe retrouverons d’ailleurs dans ce roman le style décalé propre à l’auteur.
A travers la tristesse de son histoire, l’auteur réussit à nous emmener dans son univers irréel et presque absurde, digne des films de Tim Burton. Des personnages ordinaires se mêlent à d’improbables alliés, comme le fameux Giant Jack (que l’on retrouve dans l’un de ses albums).
Plusieurs thèmes présents dans ce roman comme la mort, le deuil mais aussi l’amitié, sont traités avec sérieux mais dans une tonalité éminemment fantastique. Cela permet sans aucun doute d’apporter une vision moins abrupte de la réalité et d’aborder ces graves sujets avec un recul donné par la présence de ces petites touches décalées.
Si l’histoire est prenante, le style d’écriture est quant à lui court et incisif, et parfois absurde. Chaque mot écrit est comme un coup asséné par l’auteur dans l’esprit du lecteur. C’est comme un cri de désespoir sorti de la plume de Mathias Malzieu.
Le lecteur attentif pourra également ressentir une peur enfantine cachée derrière ces phrases courtes : celle de la disparition d’un parent proche et de l’inconnu qui arrive forcément après elle. Cette peur se retrouve tout au long du texte, par des tournures de phrases plus longues que les autres, ce qui pour moi accentue l’effet poignant de la lecture de ce roman.
La lecture de ce roman apporte beaucoup plus au lecteur qu’un long discours sur la mort de ceux que l’on aime et les meilleurs conseils pour l’appréhender.
Maintenant qu’il fait tout le temps nuit sur toi est un roman qui s’inscrit dans la digne lignée d’un Alice au pays des merveilles ou d’un film de Tim Burton. Mathias Malzieu mérite à être connu aussi pour son travail d’auteur.
Extrait :
« J’ai encore du mal à convoquer les beaux souvenirs, les autres me tombe dessus sans crier gare. (…) Les ombres continuent leur travail de sape. Elles me piquent les yeux et déversent des litres et des livres de souvenirs bien récents – les pires. »

Maintenant qu’il fait tout le temps nuit sur toi.- Mathias Malzieu.- Flammarion.- 2005.- 15€

Le bouclier obscur


Uther est un homme des plus ordinaires : informaticien, enseignant et agnostique convaincu. Il partage sa vie entre ses cours, la lecture de romans fantastiques et les jeux vidéos. Jusqu’au jour où il se retrouve confronté à un étrange virus informatique qui diffuse des images de plus en plus atroces.

Uther alors se retrouve embarqué dans des aventures plongeant de plus en plus profond dans un univers digne des romans fantastiques les plus sombres.


Qui ne connaît pas John Lang, le créateur du fameux univers de Naheulbeuk ? L’auteur nous dévoile dans Le Bouclier obscurune autre facette du chaos dont il a tiré son nom de plume.
Si vous vous attendiez à de l’humour, ce roman n’est pas pour vous. Sauf si vous l’appréciez noir et piquant, peut-être.
L’histoire s’enchaîne rapidement, et comporte quelques « interludes » coupant les actions les plus palpitantes. Deux avantages à cela selon moi : garder le suspens à la manière d’une page de publicité (en bien plus passionnant je vous rassure) et éclairer le lecteur petit à petit sur la suite de l’histoire.
La trame de fond semble si cohérente qu’on aurait presque envie de croire que cela pourrait arriver. Tout est mis en scène dans ce sens : le virus informatique, les confréries secrètes, des meurtres que les autorités font passer pour des actes terroristes… John Lang a vraiment pensé à tout.
Ce rôliste invétéré a su dans son roman dresser des descriptions précises de scènes variées, mais aussi de rituels. De la même manière, les dialogues sont naturels sans superflu, ce qui facilite la lecture et l’immersion du lecteur dans l’histoire.
Celui-ci aura d’ailleurs l’impression de sentir l’odeur des cadavres et d’entendre les gémissements de douleur des suppliciés.
Le Bouclier obscur est un roman à mettre entre les mains de lecteurs éclairés – et avertis. 

Le bouclier obscur.- John Lang.- 244 pages.- Editions Physalis.- 2012

T’as pas le niveau !

« Cher roadbook,
Voilà des années que j’essaie d’être un bon ménestrel. Ce n’est pas facile, y’a de la concurrence en terre de Fangh. Entre les guildes saltimbanques installées à Glargh, les elfes sylvains qui trichent à cause de leur charisme, les faux chanteurs qui se font trafiquer la voix magiquement… Bref, la vie n’est pas facile pour un ménestrel honnête. J’ai besoin d’un public, moi. »


Quel étrange petit objet que ce Roadbook de ménestrel… En feuilletant ses pages, vous pourrez suivre les tribulations de Lunoval, demi-elfe de son état, dans son enquête sur un groupe apparemment très connu en terre de Fangh : le Naheulband.
Durant son périple, il aura l’occasion de rencontrer ces nouvelles stars du pays. Gagnera-t-il des XP ? Aura-t-il à combattre des orcs, des dragons ou même pire : des poulets ?
Enfin un nouvel opus du Naheulband après beaucoup d’attente ! Bon d’accord, il y a eu moult morceaux publiés sur le site mais quand même ! T’as pas le niveau ! est un bel objet mêlant un périple à la sauce POC et de la musique rôlistico-chaotique.
Se présentant sous la forme d’un carnet de route de plus de quarante pages, on peut y retrouver, en plus des paroles de chansons, les membres du groupe, et plusieurs informations (à caractère commercial ou non) des produits de la belle terre de Fangh.
Des nains, des elfes, des barbares et des trolls ! Lunoval a rencontré toutes ces créatures, parfois au péril de sa vie, pour votre plus grand plaisir ! T’as pas le niveau ! est un bon moyen pour découvrir ou redécouvrir, et même faire découvrir l’univers de POC dans son ensemble !

A conseiller d’urgence aux fans, apprentis ménestrels, rôlistes ou simples amateurs de musique qui ne se prend pas au sérieux.

T’as pas le niveau.- POC & co.- 43 pages (+ le CD et une carte poulet)

Des livres pour l’été !

C’est l’été ! Enfin pas dans toute la France… Dans tous les cas, voici venir le temps des valises à faire pour partir en vacances. Et comme tous les amateurs de lecture… un des sacs contiendra bien entendu au minimum une dizaine de livres ! Vous êtes amateurs des littératures de l’imaginaire, et vous ne savez pas comment remplir votre sac ? Cet article est là pour vous aider ! Voici une sélection de quelques livres à emmener avec soi cet été.



Druide, Olivier Péru
Une enquête, de l’heroïc-fantasy dans toute sa beauté. Le Pacte Ancien régissant les rapports des royaumes ont été bafouées : la forêt a été violée ! Suivez les pérégrinations d’Obrigan et des druides pour traquer les fils du Rôdeur à travers tous les bois sacrés… De l’aventure à chaque chapitre dans lesquels l’auteur sait renouveler le suspens !

Bilbo le Hobbit, Tolkien
Sûrement LE classique de la fantasy ! Bien plus facile à lire que Le Seigneur des Anneaux, ce roman raconte les aventures de l’oncle de Frodon Sacquet… Vous apprendrez ainsi comment il est entré en possession du fameux anneau !
Avec humour, Tolkien mêle aventure et poésie dans ce roman court et prenant.
Maintenant qu’il fait tout le temps nuit sur toi, Mathias Malzieu
Je n’ai encore jamais parlé de Mathias Malzieu sur mon blog. C’est pourtant l’un de mes auteurs favoris, et la faute sera réparée sous peu, c’est promis ! Maintenant qu’il fait tout le temps nuit sur toi est un roman que l’on pourrait presque qualifier d’autobiographique. Je dis « presque », car le personnage principal se retrouve confronté à un monde qu’il était bien loin de soupçonner !

DreamworldSire Cédric
Un recueil de nouvelles fantastiques où l’horreur côtoie le Beau. Un savant mélange à savourer pour les amateurs de nouvelles dans lesquelles la poésie n’est jamais bien loin, et où les créatures de l’ombre vous surveillent…
Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire, Jonas Jonasson
Le jour de ses cent ans, Allan décide de fuguer pour vivre de nouvelles aventures. Le voilà embarqué dans une aventure qui dépasse l’entendement. L’homme qui a côtoyé les plus grands hommes du Xxème siècle se retrouve poursuivi pour meurtre…
Un bon roman de voyage à la sauce Paasilinna ! Ce n’est certes pas du fantastique mais, ayant apprécié cette lecture, je pense que ce roman mérite qu’on y prête attention !



L’Enfant du cimetièrePierre Brulhet
Que dites-vous d’un petit conte fantastique dans lequel un jeune garçon vit parmi les fantômes ? Si l’histoire est rapide à lire, elle n’en est pas moins prenante. S’il est destiné à la jeunesse, il ravira également les adultes amateurs de contes.






Le lièvre de Vatanen, Arto Paasilinna
Aussi connu que Petits suicides entre amis, ce roman est bien plus poétique. Il s’agit des aventures d’un homme qui manque de percuter un jeune lièvre avec sa voiture. Bouleversé, il décide de quitter son quotidien monotone pour retourner à la nature. Le lièvre de Vatanen est vraiment un livre touchant qui fera fondre les cœurs les plus endurcis. Un hymne au respect de la nature et d’autrui.
Baroque’n’RollAnthelme Hauchecorne
Un recueil de nouvelles drôles et acides. Vous pourrez y trouver une quinzaine de nouvelles traitant de sujets d’actualité avec une note – souvent forte – de fantastique. Baroque’n’Roll est un recueil parfait pour ceux qui ont tout de même envie réfléchir tout avec humour.
Le puits des mémoires, Gabriel Katz
Trois hommes se réveillent en pleine montagne. Ils ne savent pas pourquoi et ne se rappellent de rien. S’en suivent nombre de péripéties desquelles nos trois héros devront sortir vivants et échapper au Fils de la Lune et à ses sbires qui les poursuivent sans qu’ils en sachent la raison.
De la bonne fantasy classique comme on aime !



J’espère que ce petit article vous aura été profitable, lisez bien !

Fissures

Étrange, morcelée, craquelée, notre réalité se délite et nous entraîne dans son sillage. Les certitudes vacillent, les idéaux s’estompent et l’on contemple les fissures de ce monde que l’on croyait inébranlable. Il est plus tard que vous ne pensez, votre quotidien a déjà basculé.
Hiroshima : des rêves devenus réalité.
New-York : la dramatique attente d’un père confronté au coma de son fils unique. 
Londres : devenir trader, une revanche sociale ?
Londres again : une enquête qui ouvre de nouvelles perspectives.
Dunkerque : et si le carnaval révélait l’âme véritable d’une ville ?
Sauver ce monde… Ou l’accepter ?
Au fil de quinze récits, Jess Kaan vous convie à partager son univers, ses peurs, ses espoirs aussi… 
Venez.

Le recueil commence fort avec une nouvelle assez courte sortie tout droit d’un imaginaire digne de Lewis Carroll. La manière dont le fantastique s’intègre dans la réalité (parfois dure) du quotidien des personnages est tellement fluide qu’elle en paraît presque naturelle.
L’auteur, originaire du Nord, rend un bel hommage aux traditions de sa région à travers plusieurs coutumes : les carnavals des Flandres, les maisons d’auteurs… Tout est véridique et témoigne à la fois d’un vécu et de recherches approfondies sur le sujet.
Les protagonistes sont variés et permettent au lecteur de parfois s’identifier à leur caractère. Tous semblent incarner une humeur particulière : la colère, l’avarice, l’ambition, la luxure… C’est un véritable panel de la psychologie humaine que l’auteur nous dévoile à travers ces quinze nouvelles.
Dans Fissures, Jess Kaan revisite nombre de mythes et légendes de tous horizons : de Midas aux contes du petit peuple en passant par Lovecraft.
C’est sur ce point que le titre prend tout son sens : le réel s’altère et ouvre des portes menant à d’autres réalités dans lesquelles l’imaginaire est tangible.
Amis lecteurs, retrouvez donc dans ce recueil nombres de fantômes, animaux maléfiques, mages et autres zombies pour votre plus grand plaisir !
Ces quinze nouvelles sont en définitive -trop- rapides à lire ! Le style de l’auteur, direct et parfois incisif, a tout pour plaire et colle parfaitement à l’exercice parfois complexe de la nouvelle.
Jess Kaan accomplit avec Fissures l’exercice fastidieux de renouer avec la tradition du fantastique « classique » tout en y ajoutant une touche de modernité totalement personnelle.
Un très bon travail d’auteur en somme.

Fissures.- Jess Kaan.- Mai 2012.- 7€30.- Ed Lokomodo