Auteur : Fabien Clavel

Fabien Clavel est un auteur Français de fantasy urbaine et fantastique. Il écrit aussi bien pour la jeunesse que pour les adultes, et collabore également à plusieurs jeux de rôles. Il a répondu avec gentillesse aux questions suivantes.




1 – Ton entourage t’inspire-t-il lorsque tu écris ?
J’évite de m’en inspirer parce que j’estime que les personnes qui m’entourent ne sont pas de la chair à fiction. Malgré tout, je ne peux pas m’empêcher de prendre des éléments dans mon environnement immédiat. Néanmoins, ce sont plus les lieux qui m’inspirent que les êtres.
2 – Quels sont tes auteurs favoris ?
Je suis un grand admirateur de Victor Hugo qui a réussi à la fois à être populaire et littéraire. Mes goûts me portent vers les romans du XIXe siècle et la littérature de l’antiquité. Concernant les auteurs de genre, cela change souvent mais je reste un grand appréciateur de Philip K. Dick.
3 – Combien de temps consacres-tu à l’écriture quotidiennement ?
C’est difficile à dire. Dès que j’ai du temps, j’écris un chapitre mais cela peut prendre aussi bien deux que quatre heures. Comme j’ai un métier d’enseignant à côté, je jongle avec les deux. Mais j’ai toujours la tête dans mes histoires.
4 – Qu’est-ce qui t’aide à développer ton imagination ?
Cela dépend des périodes. Cela a été les romans, puis les bd et mangas. Ces dernières années, ce sont surtout les séries et les films dont je suis un très gros consommateur. J’ai un appétit de fiction difficilement rassasié. Mais l’imaginaire se nourrit et se structure aussi d’essais et de biographies.
5 – Pourrais-tu résumer ton style littéraire en un mot ?
Si l’on parle de l’écriture, je dirais « sensuel », dans le sens où je m’efforce de faire ressentir au lecteur ce qu’éprouvent les personnages, notamment dans leur rapport au monde matériel. J’aime préciser les surfaces, les couleurs, les odeurs des choses dans mes livres.
6 – Comment est née ta passion pour l’imaginaire ?
Comme je le disais plus haut, j’ai toujours eu un goût pour tout ce qui histoire. Je me suis intéressé à la mythologie pour cette raison. Et quand j’ai eu envie d’écrire, je me suis rendu compte que je faisais de la fantasy sans le savoir. Encore aujourd’hui, j’ai du mal à m’intéresser à une histoire qui ne me propose pas autre chose que le monde réel.
7 – As-tu trouvé ton propre style ou est-il inspiré de plusieurs auteurs que tu aimes ?
Mon style change à chaque livre, notamment parce que je m’inspire des auteurs que je lis. Par exemple, pour L’Antilégende, j’ai pastiché des auteurs classiques comme Molière. Pour Les Légions dangereuses, il y a l’influence notable de San-Antonio. Pour Le Châtiment des Flèches, c’est plutôt Hugo. En fait, j’essaie de trouver le style le plus efficace pour le roman que j’écris. Mes obsessions doivent revenir malgré tout mais je ne suis pas capable de les repérer.
8 – Quel est ton personnage préféré tous genres littéraires confondus ?
Celui qui me fascine le plus, c’est Don Juan, auquel est consacré justement L’Antilégende.
9 – Un rêve littéraire ?
En gros, j’aimerais construire peu à peu une sorte de Comédie humaine de l’imaginaire en faisant revenir les personnages d’un roman à l’autre, même dans des univers très différents. Mais au lieu d’explorer les milieux sociaux, on explore les genres et créatures de l’imaginaire. J’ai déjà posé les bases de ce projet dans mes derniers romans qui se renvoient peu à peu les uns aux autres, quoique restant tout à fait lisibles séparément.
10 – Quels sont tes projets pour la suite ?
Je travaille sur une nouvelle aventure de Lana Blum, l’héroïne de mon thriller jeunesse Décollage immédiat. J’ai aussi une histoire de voyage dans le temps sur le feu. Et peut-être un roman-feuilleton. Il me faudra également terminer ma tétralogie de L’Apprentie de Merlinpour l’an prochain. Et encore d’autres idées en attente de finalisation. Bref, il y a du boulot.

Nephilim, Intégrale 1, les déchus

Ils sont sept immortels parcourant la terre depuis la Création. Ce sont les Nephilim, membres de la fraternité de l’Hepta et sont liés aux éléments : eau, terre, feu, air et lune. A présent chacun de leur côté mais liés par leurs pentacles, tous recherchent le but ultime : l’Agartha.

A Paris, la vie de Jennifer, une jeune étudiante, va changer. Aidée par Wag, un homme étrange, elle va devoir survivre aux attaques d’une mystérieuse organisation ayant pour but de détruire les êtres magiques. Pourquoi la visent-ils ?
Budapest, en plein hiver. Ezechiel, la froide chef de la police, doit faire face à une série de meurtres. Elle croise la route d’Azarian, un jeune chanteur de métal. Le jeune homme est-il coupable ? En sait-il plus qu’il ne veut en dire, ou est-il réellement impliqué ?

Je n’avais que de bons pressentiments en commençant ce livre. Rôliste, j’avais bien sûr entendu parler du jeu de rôle éponyme, que je savais de qualité. Le premier tome de Nephilim regroupe les deux premiers volumes publié auparavant de manière séparée.
La chose qui interpelle le plus à la lecture de ce roman est justement la double lecture que l’on peut en faire. Chaque chapitre démarre par des fragments des œuvres (ne serait-ce pas plutôt des mémoires) des différents Nephilim. Cela additionné aux information parsemées dans l’histoire permettra au lecteur de se familiariser avec l’univers complexe dessiné par l’auteur.
Un lecteur attentif notera les multiples références habilement utilisées par l’auteur : les contes bien sûr avec une adaptation surprenante mais brillante de Barbe-Bleue, version démoniaque. La Bible est aussi omniprésente dans l’histoire. Mais quoi de plus logique, lorsqu’on sait que les Nephilim apparaissent dès la Genèse de ce texte !
L’immersion dans l’histoire est vraiment facile, et les personnages, immortels ou non, sont vraiment attachants. C’est du au talent de l’artiste pour la création de caractères vraiment recherchés et approfondis. Vous aurez vite l’impression de faire partie de leur quotidien et de vivre les nombreuses péripéties à leurs côtés.
Peut-être que mes amis rôlistes auraient aimé une petite note à propos du jeu de rôle, mais une petite recherche Internet suffira à régler le souci.
En résumé : Nephilimest un très bon roman (ou le début d’une bonne série) à lire absolument, qu’on soit fan du jeu de rôle ou simplement de fantastique ! Nul besoin d’être connaisseur pour apprécier cette histoire vraiment facile d’abord et très immersive !
Mention spéciale pour la couverture.
Nephilim, intégrale 1, les déchus.- Fabiel Clavel.- Ed Mnémos.- 2012.- 23,5 €

Article amoureux des bouquineries


Des bouquinistes.



Présents dans toutes les villes, dans les grandes rues ou au fond de petites ruelles pavées, les bouquinistes sont encore là, et chez eux le livre que vous cherchez peut-être depuis des années !

Imaginez. Une fois la porte poussée, vous entrez dans un autre monde. Alors que les bruits de l’extérieur s’estompent, et rien d’autre ne se fait entendre que les quelques clients déjà plongés dans la recherche de leur Graal livresque personnel. Des yeux, vous cherchez le maître des lieux. Bien souvent, il sera caché derrière un bureau encombré de livres, prospectus, et autres affiches des siècles passés.

Votre regard erre sur un horizon de papier. Des étagères allant jusqu’au plafond, des tables recouvertes de livres et de minuscules allées pour permettre aux lecteurs avides de découvertes de circuler. Des années d’édition et de lectures s’offrent à vous, et ce dans tous les domaines.
Quel amateur de lecture n’a pas passé des moments merveilleux dans ces endroits à chercher un livre en particulier, fouiller la bouquinerie de fond en comble, ou juste flâner dans les rayonnages et à effleurer du doigt la tranche de livres renfermant peut-être une histoire fabuleuse !
J’aime ces moments passés dans les bouquineries, et les personnes tenant ces échoppes sorties d’un autre temps méritent tout le respect possible. Dans un climat peu favorable au commerce du livre, ils réussissent à survivre envers et contre tout.

Si vous avez aimé cet article, je vous conseille la lecture de celui-ci.

Le puits des mémoires T1


Quelque part, dans le royaume d’Hélion. Trois hommes sont rescapés d’un accident en montagne : le chariot qui convoyait leurs cachots a été renversé, leurs gardes tués. Leur mémoire a été effacée. Une question : pourquoi ? C’est la question qui les taraudera durant toute leur fuite pour échapper aux terribles chevaliers de cristal et à leur chef, le Fils de la Lune.

Ils se sont renommés : Olen, le talentueux guerrier, Karib le mage en quête de sorts et Nils, le lanceur de couteaux taciturne. Leur fuite les mènent dans la capitale du royaume, Sayrs sous les couleurs de laquelle ils s’enrôlent. Mais la donne change et ils décident de s’embarquer pour le mystérieux royaume de Woltan où tout à commencé…




Le Puits des mémoires est le premier roman de Gabriel Katz. Il ouvre une trilogie s’annonçant épique et très inspiré de jeux de rôles. Les descriptions sont nombreuses et précises, ce qui n’est pas sans rappeler celles qu’un Maître du jeu peut faire…
Les personnages quant à eux sont bien campés et possèdent un passé (même si eux ne s’en rappellent plus). Là encore on peut déceler la « compétence » jeux de rôle de l’auteur : les héros appartiennent tous à des classes bien particulières : un mage, un guerrier et un assassin. Leurs caractères disparates en font une équipe à la fois drôle et complémentaire.
Les personnages secondaires ne sont pas en reste. On peut là encore retrouver de précises descriptions, tant physiques que psychologiques : les armures froides des cavaliers de cristal, le visage de mort de leur mystérieux chef, la terreur qu’ils inspirent à la population…
La fuite continuelle des personnages donne son rythme au livre et assure au lecteur des péripéties inédites et dans des décors très différents. Les pérégrinations de nos héros pour fuir leurs ennemis se transforment en une véritable réflexion sur son identité mêlée à une quête de la vérité. L’auteur nous invite également à voir au-delà des apparences… Et si le fugitif assoiffé de sang que décrit le roi était en fait votre compagnon d’armes, ou même votre amant ?

Gabriel Katz nous offre ici de l’héroïc fantasy pure comme on aime. 

Le puits des mémoires.- Gabriel Katz.- Editions Scrinéo.- 2012.- 16€90

Lecture du mois n°1 : Septembre

Premier article du genre consacré intitulé « La lecture du mois » ! Toutes les fin de mois, un livre fera l’objet d’un article dans lequel je donnerai mon avis dessus.



Cette première édition de La lecture du mois sera consacré au livre La Couleur tombée du ciel, d’Howard Philips Lovecraft.. J’ai trouvé ce livre lors d’une bourse aux livres. Je connaissais bien sûr cet auteur ô combien célèbre pour les légendes qu’il a créées : celle des Grands Anciens et du Chtulu.


A travers quatre nouvelles, Lovecraft nous montre que rien ne correspond aux apparences et que la réalité du monde qui nous entoure n’est pas aussi banale qu’on pourrait le croire. Dans chaque maison peut se cacher des individus versés dans la dévotion aux Grands Anciens et agissant en faveur de l’avènement du Chtulu sur le monde.

L’écriture de Lovecraft est hésitante et floue : ses personnages ne savent jamais ce à quoi ils ont affaire. Toutes leurs perceptions sont mal assurées, et cette hésitation plonge le lecteur dans une fébrilité.
Les quatre nouvelles qui composent ce recueil sont vraiment prenantes. Les amateurs du jeu de rôle L’appel de Chtulu retrouveront avec plaisir l’une des villes chères à l’auteur : Arkham. 
Une météorite qui s’écrase près d’une ferme isolée. d’étranges créatures sortant de l’eau ressemblant à des grenouilles qui ont établi un nouveau culte, celui de Dagon. Des êtres venues d’au-delà de l’univers errant dans les montagnes. Un messager des Anciens s’introduisant dans la bibliothèque pour récupérer le Necronomicon… 
Tous les éléments sont présents pour faire vivre au lecteur un moment terrifiant ou pas, mais toujours passionnant. 
Un conseil : évitez de lire cet auteur avant de dormir… Ou le Chtulu tentera de prendre possession de votre esprit ! Même si cet auteur est à lire de toute urgence pour tout amateur de classiques du fantastique.

Auteur : Pierre Pevel

Pierre Pevel est un auteur français de fantasy et de science fiction. Il se fait connaître au début des années 2000 par Le cycle de la Wielstadt et les Enchantements d’Ambremer (dont vous trouverez une chronique par là). Il a eu la gentillesse de répondre à quelques questions pour votre plus grand plaisir.
 


1 – Votre entourage vous inspire-t-il lorsque vous écrivez ?
Très peu. Si ce n’est lorsqu’il s’agit de saisir, de croquer des attitudes, une démarche, une façon de se tenir.
2 – Quels sont vos auteurs favoris ?
Dans le désordre : Flaubert, Donald Westlake, Dumas, Maupassant, Goscinny, James Lee Burke.
3 – Combien de temps consacrez-vous à l’écriture quotidiennement ?
Six à huit heures quand je suis en phase d’écriture. Aucune ou presque quand le je suis en phase de réflexion.
4 – Qu’est-ce qui vous aide à développer votre imagination ?
Les œuvres des autres, sans doute. Mais surtout, la rêverie.
5 – Vos livres ont un fort ancrage dans l’histoire. Est-ce une passion ?
J’ai moins une passion pour l’Histoire que pour le début du XVIIe siècle. J’adore cette période historique et je la connais assez bien. Mais ne me demandez rien sur le Haut Moyen Age ou sur la Troisième République.
6 – Comment est né votre penchant pour l’imaginaire ?
Ma génération a été gâtée. J’ai pu découvrir au cinéma Star Wars, la série Indiana Jones, Conan, Dark Crystal, Excalibur. Et dans le même temps, certains grands auteurs de fantasy étaient traduits en France. Bref, je suis tombé ado dans la marmite de potion magique.
7 – Vos lectures favorites ?
Les œuvres de mes auteurs favoris, bien sûr. J’ai une nette préférence pour le polar. Et je lis volontiers des comics.
8 – Quel est votre type de personnage préféré tous genres littéraires confondus ?
C’est une colle. Je ne suis pas sûr d’en avoir un, en fait.
9 – Un rêve littéraire ?
En ce moment, c’est achever le roman sur lequel je travaille depuis maintenant près de deux ans. Et qu’il soit à la hauteur de mes ambitions.
10 – Quels sont vos projets pour la suite ?
Je travaille sur le premier volume d’une longue saga de fantasy. Le livre paraîtra au printemps prochain. Son titre : Haut-Royaume. Je ne peux pas en dire encore grand-chose, si ce n’est que c’est l’histoire d’un homme et d’un royaume.
11 – La traduction en polonais : une belle surprise ?
Ce n’est pas une surprise puisque je savais qu’un contrat avait été signé. Mais un plaisir, oui. Une traduction supplémentaire fait toujours plaisir : elle représente des lecteurs en plus.

Un livre…

Bonjour à tous ! Je vous propose aujourd’hui un article totalement différent de ce que je publie. Peut-être que ce sera le seul, qui sait… En tout cas, j’ai piqué l’idée (merci à elle !)
S’il y a un livre… 

– Que j’ai particulièrement apprécié :
Parce que c’est le premier livre fantasy que j’ai lu 🙂
  •  Qui ne m’a pas plu :
Parce que j’ai deviné la fin au bout de deux chapitres…
  • Qui est dans ma PAL
Il y est depuis plusieurs années, malheureusement…
  • Qui est dans ma wish-list :

Je viens de terminer le tome 11…

  • Auquel je tiens :
    Ce monde me plaît tellement !
  • Que je voudrais vendre ou troquer :

Bon, il calme un meuble pour le moment ! 😀

  • Que je n’ai pas réussi à terminer
  • Que je ne veux pas lire :
Et tous les autres livres du genre…
  • Classique, mais que j’adore :
Voilà pour moi. J’espère que cela vous aura aidé à connaître (un peu) mes goûts littéraires ! 🙂

Le Pas de Merlin

Au cœur de l’Écosse du VIème siècle, le roi Ryderc réunit tous les chefs Bretons pour résister aux envahisseurs Saxons, Pinces et Gaëls. Parmi eux, Merlin, un jeune barde déjà célèbre, tant pour son art que pour le mystère de ses origines. Ni tout à fait homme ni tout à fait elfe, il n’est pas encore aguerri aux ruses des hommes et aux blessures du cœur. Pourtant, c’est à lui qu’échoit la lourde charge de ramener la paix au pays. Mais Merlin est seul contre tous ceux qui veulent sa perte. Le mythe du magicien prend vie.

Déjà connu pour sa Trilogie des elfes, Jean-Louis Fetjaine est une figure de la littérature imaginaire française. Le pas de Merlinn’est cependant pas un roman fantasy, ou presque.
Partez sur les traces de Merlin en lisant ces lignes où la réalité frôle souvent le pays merveilleux des fées. Vous découvrirez, en plus d’une chronologie précise à propos de l’histoire de Bretagne, les origines de l’enchanteur le plus célèbre de toute la littérature (talonné de près par Gandalf, certes).
L’auteur nous conte un pays froid et rude, ravagé par les guerres sans fin entre les clans. Si Merlin n’est pas présenté comme l’enchanteur que nous connaissons, ses origines ne sont pas moins étranges pour autant. Rejeté et dénigré depuis sa plus tendre enfance, Emrys Myrddin serait le fils du Diable. Ou des fées. Ce n’est qu’à la toute fin de ce volume que vous aurez la réponse…
Le roman alterne entre deux aventures : celles du roi chrétien Ryderc et des siens d’un côté, et de la fuite éperdue de Merlin avec le torque du roi Ambrosius de l’autre. Cette alternance met en lumière les dissensions existant entre les anciennes croyances toujours vivaces et menées par les druides et les bardes, et l’avancée de la chrétienté, que l’on sait inexorable.
Dans les royaumes de Bretagne instables, les fiers Bretons réussiront-ils à surmonter leurs vieilles rancœurs et à s’unir sous la férule du porteur du torque ? Myrddin survivra-t-il à la trahison du roi Ryderc ?
A l’instar de la Trilogie des Elfes, Jeal-Louis Fetjaine a su dessiner un monde fantastique, dans lequel la magie n’est jamais trop présente mais semble malgré tout faire partie du quotidien des personnages, même si ceux-ci la craignent.
Le pas de Merlin est le premier tome d’un dytique narrant la saga de Merlin.
Le pas de Merlin.- Jean-Louis Fetjaine.- 2002.- Ed Belfond (Pocket)

Le livre des choses perdues

David est un garçon sage. Mais sa maman est mourante. Alors, pour l’empêcher de mourir, le petit garçon de douze ans respecte scrupuleusement les rites qu’il a mis en place, parmi lesquels les livres tiennent une place prépondérante. Mais sa mère meurt, et la vie de David va changer du tout au tout. Les livres lui parlent, et il rencontre un homme étrange et biscornu. Pour couronner le tout, le voilà passé dans un monde où plus grandes peurs des enfants prennent vie…

Beaucoup de choses à dire à propos de ce livre. Lorsque je l’ai terminé, j’ai eu du mal à retourner dans le monde actuel. Le livre des choses perdues est un savant mélange de nombreux contes : le Petit chaperon rouge, la Belle au bois dormant, Hansel et Gretel, mais aussi Alice au Pays des merveilles. L’auteur a su prendre le meilleur de chacun d’eux et le mélanger aux autres pour créer ce roman.
Si l’on s’attend au happy end comme dans la plupart des contes, tout ne paraît pas gagné lorsque l’on tourne les pages de ce surprenant roman. Chaque chapitre apporte son lot de péripéties, et l’auteur nous mène du bout de sa plume aux quatre coins de son royaume imaginaire fantastique que l’on visite avec un respect mêlé de crainte.
Les descriptions de ce texte dressent un monde sombre, inquiétant et grouillant de dangers. Il n’en est pas moins fantastique et inexplicablement attirant. John Connolly sait révéler nos peurs enfantines et s’amuse à les égrener au fil du texte. Attendez-vous à revivre les contes comme vous ne les avez jamais vus !
Des chapitres un peu longs peut-être, et des titres qui en révèlent trop sur le contenu. Je préfère généralement un mot bien choisi qui épaissit le mystère autour de son contenu. Malgré tout, ces titres donnent au livre le côté «19ème siècle » des romans d’aventure de l’époque.
Le titre de ce roman, Le livre des choses perdues, est bien choisi : à la fois un élément incontournable de l’histoire, il possède l’extraordinaire pouvoir d’extraire de la mémoire du lecteur toutes ces petites choses d’une enfance plus ou moins lointaine.
Avis aux amateurs de contes pour grands.

Le livre des choses perdues.- John Connolly.- Editions J’ai Lu.- 2010.- 7€60

C’est la rentrée ! (littéraire)

Tous les ans, en septembre, les tables des librairies croulent sous les nouveautés. Difficile de faire un choix, quel que soit le genre. C’est pourquoi votre humble chroniqueuse vous propose un panel des nouveautés des mois d’août et de septembre pour vous permettre d’organiser vos achats et vos lectures !





Dans le domaine de la fantasy, genre qui me tient particulièrement à cœur, de nombreuses nouveautés sont à prévoir. Des intégrales, des suites mais aussi des premiers tomes traduits par Bragelonne, comme Odalisque, le premier tome de la saga intitulée Percheron écrite par Fiona McIntosh.
Le troisième tome de Sîn publié aux éditions Atria, dont vous pouvez trouver un avis sur ce blog, était LE livre que j’attendais avec le plus d’impatience. Si vous avez suivi les aventures d’Imrou et ses amis, assistez à l’apothéose de cette trilogie palpitante.
Dans la même veine (mais dans un monde différent) le second tome de la trilogie du Puits des mémoires, intitulé Le fils de la Lune, de Gabriel Katz aux éditions Scrinéo. Il s’agit d’un roman d’heroic-fantasy où chaque page recèle une nouvelle péripétie pour notre trio à la recherche de leurs souvenirs.





Les éditions Mnémos ne sont pas en reste pour cette rentrée littéraire : j’ai choisi de retenir en particulier deux de leurs livres, à savoir Ki&Vandien de Megan Lindholm et Nephilim de Fabien Clavel.


Ki&Vandien, presque un classique de la littérature fantasy. Un lecteur amateur du genre retrouvera tous les ingrédients indispensables au genre : une quête, des créatures féeriques (ou cauchemardesques) et des péripéties à la pelle, les quatre tomes réunis en un unique volume.





Tiré du jeu de rôle éponyme, Nephilim est le premier tome d’une série fantastique palpitante ouvrant sur d’autres aspects d’un monde qui est le nôtre. Ce livre, certes déjà sorti, n’en reste pas moins un très bon recueil.
Les éditions Pygmalion ne seront pas en reste dans le domaine de la fantasy avec la sortie de différentes intégrales de la série à succès du « trône de fer ».

Il me semble important de noter la sortie du tome 14 de la saga intitulé Les Dragons de Meereen, mais aussi le premier tome de l’intégrale existant déjà aux éditions J’ai lu.

Mais le Trône de Fer n’est pas la seule saga à être rééditée en version « intégrales ». Ainsi, le troisième tome de la série du Soldat Chamane sera publié sous cette version. De quoi ravir les « accros » de ces deux séries !
Comme vous pouvez le voir, la rentrée littéraire de l’imaginaire s’annonce chargée. Il y en aura pour tous les goûts et toutes les « fantasies ».