Point lecture

Hello ! Encore une nouvelle semaine commence (la dernière du mois de mai, ça sent la lecture du mois !) et avec elle plein de nouvelles lectures ! Eh oui, j’ai terminé toutes celles que j’avais en cours et/ou annoncé la semaine dernière.

Eh oui, peut-être que comme moi, vous avez beaucoup lu !

Continuer la lecture de « Point lecture »

Point lecture

Peut-être que pour vous non, mais pour moi, le week-end n’est pas tout à fait terminé… Merci le lundi de Pentecôte ! Pas que de la lecture (malheureusement), mais quand même. J’ai pu terminer un roman, en continuer un autre et en prévoir un troisième !
 

En bref, voici mon point lecture !

Continuer la lecture de « Point lecture »

Chronique du soupir

Couverture Chronique du Soupir
Lilas, une naine flamboyante, a choisi, depuis la disparition de Frêne, son époux, de prendre sa retraite de Chef de la garde du palais de la Haute Fée pour ouvrir une auberge au bord de la mer, à l’endroit même où Frêne s’est “ancré” pour l’éternité. Entourée de quelques amis et d’Errence, un elfe qui est aussi son amant, elle mène une existence un peu trop paisible à son goût.
Alors qu’elle s’interroge avec angoisse sur son devenir, son fils Saule, pourchassé par un groupe de miliciens au service de la Haute Fée, fait irruption dans l’auberge. Il serre dans ses bras une adolescente de 16 ans, Brune, qui est à l’agonie.
Après quelques heures d’hésitation, et bien que pressentant l’immense danger qui émane de façon indicible de la personnalité de Brune, Lilas décide de les protéger envers et contre tous.




J’entretiens un rapport très étrange avec ce roman. J’ai tenté de le lire plusieurs fois, en vain. Il me tombait des mains à chaque fois. Mais il faut croire que c’était le bon moment puisque non seulement je n’ai pas lâché cette lecture, mais je l’ai au final plutôt appréciée ! Il était temps que Chronique du soupir sorte de ma PàL… il stagnait là depuis plusieurs années ! C’est un peu ça, la magie de la lecture.
Ne vous attendez pas à de l’action à toutes les pages. Pour moi, Mathieu Gaborit pêche un peu sur ce point car les péripéties qui d’ordinaire rythment le récit sont chaotiques et brouillonnes. À tel point que j’ai du les relire pour bien saisir et comprendre précisément de quoi il retournait.
Chronique du soupir est un récit axé sur la psychologie des personnages. Sur ce point, l’auteur a réalisé un très bon travail. La psyché des protagonistes est finement ciselée et on retrouve au fil du texte de nombreuses plongées introspectives plutôt réussies et très naturelles. Ce sont elles, plus que les actions, qui font véritablement avancer l’intrigue. Cet aspect psychologique est legros point fort de cette histoire.
L’intrigue quant à elle est véritablement complexe et bien structurée. Certes, le peu d’explications à propos du background a de quoi égarer, mais un peu d’attention suffit pour se maintenir à flot. Malgré tout, celui-ci semble très riche et développé et les simples évocations présentes dans le texte tendent à montrer l’installation de l’univers de Mathieu Gaborit pour les connaisseurs. Néanmoins, peut-être qu’un petit addenda sur le fonctionnement du monde pourrait éclairer les novices.
Le système de souffle, les fées et leur magie ainsi que tout ce système de lignes très complexe confère à Chronique du soupir une teinte spirituelle à cette histoire et renforce la présence du genre fantasy. On pourrait même inventer un nouveau terme : spiritual fantasy.
Le début du récit esquisse une intrigue dont la portée bouleversera l’univers. L’auteur réussit à atteindre son but sans prendre le chemin qui semble le plus visible. Mais on semble s’en éloigner en changeant totalement de protagonistes. Et pourtant… tout finit par se rejoindre. Je n’ai pas pu m’empêcher de noter cette qualité du récit et la maîtrise de son auteur qui sait mener son lecteur par le bout du nez. Avec talent bien entendu. Et loin de minimiser la portée quasi-mythique du récit, la focalisation sur des personnages a priori anodins et leurs actions lui donnent une touche humaine. Enfin…naine.
Un dernier mot quand même à propos de cette couverture que je trouve juste magnifique.

#En Bref



J’ai eu du mal à rédiger cet avis au final plutôt descriptif. Mais j’ai apprécié Chronique du soupir. Ce livre restera dans ma mémoire grâce à son histoire, mais aussi car il conforte la théorie selon laquelle il existe des livres destinés à un moment précis de la vie.


Et oui, je vous le conseille.

Chronique du soupir.- Mathieu Gaborit.- Ed. France Loisirs (Pré au clercs)

Le Grand livre des esprits de la maison

Afficher l'image d'origine 
Certains esprits se sont rapprochés des hommes. Des gnomes, auxiliaires précieux des fermes, rentrent le foin et prennent soin des bêtes. Des elfes, esprits bienveillants ou croquemitaines, attachés aux maisons, se terrent dans les coins sombres, surveillant les faits et gestes de leurs habitants. Des fées et lutins s’amusent à jouer mille tours aux enfants, aux parents et grands-parents, chipant vos clés,déplaçant les objets avant de vous aider à les retrouver. Parmi toutes ces créatures du foyer, il y a encore les gardiens, les esprits des ancêtres, les survivances d’anciens propriétaires des lieux.Lares, Leprechauns, Brownies, Banshees, Servans, Fantômes… Anciens dieux et nouveaux venus hantent les couloirs, greniers, caves et salons de nos demeures. Le Grand Livre des Esprits de la Maison vous invite maintenant à découvrir tout ce Petit Monde caché dans vos murs, meubles, malles et planchers. Un livre secret qui met en lumière ceux qui se cachent dans l’ombre de votre habitation !

 

 En premier lieu, je remercie Richard Ély, l’auteur du texte, qui a eu la gentillesse de me proposer ce beau livre. Ce n’est certes pas sa seule qualité, mais cet ouvrage sort de l’ordinaire. De grande taille, la couverture est très jolie. Typographie et illustrations se mêlent parfaitement et forment un ensemble visuel très cohérent et homogène.
Il est maintenant temps d’ouvrir l’ouvrage. On tombe sur de nombreuses images qui semblent fraîchement peintes tant les couleurs sont chatoyantes. Je ne suis pas particulièrement amatrice de ce genre d’illustration, mais je dois avouer que le choix des couleurs est simplement magnifique. Et c’est sans compter l’étroit lien entre texte et image : l’auteur et l’illustratrice travaillent bien ensemble, et ça se voit. Rien n’est laissé au hasard sur le plan pictural dans ce livre, chaque détail est là pour renforcer, souligner ou éclaircir le texte. En plus de l’illustrer bien entendu.
Je n’ai pas lu d’une traite ce Grand livre. Il faut dire qu’il s’agit pour moi d’un ouvrage dans lequel on papillonne au gré de ses envies et/ou de ses besoins. On peut allègrement sauter des chapitres pour y revenir plus tard, le format de l’encyclopédie s’y prêtant totalement. Et j’ai apprécié aller et venir au fil de ces pages à ma guise.
J’ignore si ces créatures existent réellement ou non. Néanmoins, je pense qu’il est nécessaire d’avoir l’esprit plutôt ouvert et rêveur pour pouvoir appréhender totalement le contenu de cet ouvrage. Dans tous les cas, la plume de l’auteur invite à laisser vagabonder son esprit, à rêvasser ou à frissonner après la lecture de chaque entrée, le livre posé sur les genoux.
Richard Ély propose différentes manières d’introduire les créatures : un témoignage, un morceau d’histoire, une entrée plus classique… J’avoue avoir été un peu désorientée au début, mais on s’y fait rapidement, rassurez-vous.
Bien entendu, on en apprend beaucoup sur les mythes et légendes qui entourent les créatures féériques. Leur background est d’ailleurs bien plus vaste que ce qu’on peut imaginer… Vous serez surpris ! Je suis de nature plutôt curieuse et j’aime apprendre des choses nouvelles. Si vous êtes comme moi, vous apprécierez sûrement ce livre qui ne se borne pas à la description “physique” des petites créatures mais qui va plus loin. M’est avis que vous ne savez pas tout des chats ou des brownies !

#En Bref

Si vous êtes curieux, ouvert d’esprit, amateur de créatures féeriques et que vous voulez vous faire un beau cadeau, Le Grand livre des esprits de la maison est fait pour vous ! Vous y trouverez moult détails sur vos créatures préférées. Que demander de mieux ? Je vous le conseille. 🙂
Richard Ély & Frédérique Devos.- Le Grand livre des esprits de la maison.- Ed. Vega

Point lecture

Bonjour tout le monde. J’espère que ces quelques jours de repos se sont bien passés pour vous, qu’il s’agisse de repos, de diverses activités, voire de lecture ! Pour moi, la fin du semestre arrive à grands pas, et je sens bien qu’il s’agit de mon dernier week-end de tranquillité avant deux semaines d’examens. Bientôt la fin !

Mais en attendant ces échéances… Où en suis-je dans mes lectures ?


Afficher l'image d'origine
Ma lecture “maison”, dirons-nous… Etant donné la taille du livre, difficile de le glisser dans un sac ! À l’heure actuelle, je touche à sa fin… Chronique mercredi ! 🙂

Il me fallait un livre à lire dans les transports en commun… Eh bien je me plonge dans la suite de La Geste du sixième royaume d’Adrien Tomas. À cette heure, j’atteins les cent pages et je vous affirme que le livre ne me déçois pas. 


C’est tout pour moi en ce moment. Quelles sont vos lectures à vous ?

La Prophétie de Viviane

Couverture La Légende de Kaelig Morvan, tome 1 : La Prophétie de Viviane
Lorsque le druide Delienn vient interrompre le deuil du seigneur Kaelig Morvan, ce dernier est loin d’imaginer que sa fille est condamnée à un sort funeste par une mystérieuse secte religieuse. En effet, une prophétie désigne Aela Morvan comme la descendante de la fée Viviane. Dans une Bretagne du XVIIème siècle, Kaelig va devoir laisser resurgir les démons enfouis au plus profond de son être pour tenter de déjouer les plans du baron Claude de Lessac.
Aidé par trois amis déterminés à offrir leurs vies pour sauver Aela, il va découvrir les mondes imaginaires du Sidh et tenter de dérober la flèche de Steor, seule arme capable de terrasser le baron.
Mais une question demeure : Kaelig Morvan parviendra-t-il à ne pas sombrer dans cette violence sanguinaire que sa défunte épouse était parvenue à contrôler ?


Ce premier tome de La Légende de Kaelig Morvan est assurément un roman étonnant, ce à plusieurs aspects. De petite taille, moins de 200 pages, il nous emmène à travers l’Histoire baignée par la féerie propre à la Bretagne. Romain Godest, l’auteur, est amoureux de sa région, et ça se voit.

C’est une histoire originale que l’auteur nous offre ici. Lorsqu’on parle de la Bretagne et du cycle Arthurien, on lit souvent des textes se déroulant dans un univers médiéval fantastique. Ici, l’époque a de quoi surprendre : le XVIIe siècle. Quant au voile féerique, il est bien présent. Mais en filigrane, comme une rumeur à peine évoquée. Ce voile confère au texte une sensibilité particulière que j’ai beaucoup appréciée. 

On retrouve des éléments de l’imaginaire celte et breton que j’apprécie particulièrement : le Sidhe, les druides et des éléments de la légende Arthurienne. Celle-ci est exploitée sous un angle nouveau : on ne s’intéresse pas au roi Arthur et à ses chevaliers mais plutôt à Viviane et sa descendance. Car la fée en a eu une et il importe de la protéger envers et contre tout. 

La plume directe et simple de l’auteur alliée à l’intrigue créent une atmosphère particulière où la sensation d’urgence est omniprésente. Cela passe par les héros harcelés par un ennemi (presque) sans visage, mais aussi par la rapidité des actions décrites. Ici, j’ai peu apprécié l’économie de détails que réalise l’auteur dans les scènes d’action. Qu’il résume une nuit de voyage en une ou deux phrases passe encore, mais les scènes d’action sont trop vite passées.

De la même manière, les personnages se montrent peu attachants, mis à part le barde Caerwyn et la petite Aela. Les autres protagonistes m’ont semblé un peu superficiels dans leurs réactions et leur construction. Kaelig Morvan quant à lui est un personnage intéressant dans les relations qu’il entretient avec sa fille et son rapport à sa famille disparu. L’auteur nous propose un héros dur et tourmenté mais touchant à sa manière. Une bonne réussite donc sur trois des personnages, tant pis pour le reste. 

#En Bref

J’ai plutôt apprécié la lecture de La Prophétie de Viviane malgré sa brièveté et la trop grande concision de l’écriture. Quelques personnages ont su me séduire et j’ai été enchantée par le mélange entre l’Histoire et la féerie dans ce texte. Surtout par la féerie. 🙂

La Légende de Kaelig Morvan T1 – La Prophétie de Viviane.- Romain Godest.- Ed. Ouest France

Point lecture !

Hello tout le monde ! J’espère que vous allez bien et que votre week-end ensoleillé s’est bien passé ! Et comme d’habitude, que vous avez fait ce que vous aimez le plus pour vous détendre… J’ai beaucoup travaillé hier, ce qui explique la parution un peu tardive de cet article. A deux heures du matin, je n’ai pas eu la force de l’écrire. ^^ 

Où en suis-je dans mes lectures ? 


#L’intégrale du Cygne de Patricia Mc Killip

J’en suis à peu près à la moitié de ce gros livre. J’ai parfois du mal à suivre l’histoire tant elle mélange réalité et rêve, passé et présent. Mais je n’ai pas à m’accrocher de trop pour suivre cette lecture qui me plaît toujours autant. L’écriture est une porte ouverte au voyage et je suis heureuse d’avoir eu l’occasion de connaître cet auteur que je ne connaissais pas.

#Le Royaume de l’été de James A. Hetley

J’ai commencé ce livre trouvé sur une brocante. L’histoire est intéressante et mêle mythologie celtique, légendes arthuriennes à la froideur du Maine (USA). L’intrigue traîne un peu en longueur dans le récit, mais c’est une lecture plaisante que j’apprécie.

Et vous, où en êtes-vous dans vos lectures ? 🙂

Le point lecture de la semaine dernière est par ici !

Lecture de moi : mai 2015 !


Un mois se termine de nouveau, et il a été plutôt bien rempli en termes de lectures ! Sept romans lus en tout, sans compter les innombrables lectures effectuées pour le travail. Que voulez-vous, c’est une passion ! De plus, j’ai désormais une petite PàL avec les derniers achats sur la table de chevet. Elle semble me regarder de travers lorsque j’achète un nouveau livre et que je la fais grandir. Étrange. 
Parmi les septs livres lus, lequel a eu ma préférence ?

en revenir aux fees
Je n’ai pas hésité une seule seconde pour choisir ma lecture du mois. J’ai mis du temps avant de commencer ce livre, et encore plus à me demander si j’allais vous en parler. Il est des histoires qu’on a envie de garder pour soi pour en conserver toute la magie. Mais il faut que je vous fasse partager ce coup de cœur !

~ De quoi ça parle ? ~

Le monde va très mal. L’Homme a détruit la Terre qui l’a créé et qui lui permet de vivre. Les gens sont confinés chez eux. Et le monde des Fées agonise également. Mais c’est sans compter sur le courage d’une petite fée nommée Folette qui tente de sauver ce qui peut encore l’être. Grâce au poète avec lequel elle vit, elle va littéralement remuer ciel et terre pour sauver sa planète. Quant à savoir si elle réussira… je vous laisse découvrir le récit…

~ Pourquoi ce livre ? ~

Parce que Nathalie Dau. C’est toujours un vrai bonheur de lire les textes de cet auteur que j’aime énormément. Parce que j’attends toujours avec impatience la sortie de ses romans. Sa plume fait vivre des univers où la féerie n’est jamais loin. Elle nous fait entrevoir ici un monde meilleur, un univers où la réalité est un peu plus riche que celle que l’on voit. Elle nous emmène dans un monde dans lequel j’aimerais bien rester plus longtemps. 

Ce texte fait moins de 200 pages, mais il est plus riche que d’autres romans paraissant aujourd’hui qui en font le double ou le triple. Toute en sensibilité, elle dissémine dans un univers noir de petites touches de magie et de lumière qui finiront par s’assembler pour créer un nouveau monde. 

Si vous aimez la féerie, une écriture mêlant contemplation, effroi et espoir, En revenir aux fées est vraiment LE livre fait pour vous. En plus, l’été approche. Fêtez dignement le retour des beaux jours avec cette magnifique histoire !

~ Un mois avec les livres…

  • Je suis allée dans un futur pas vraiment sympathique avec Le Visiteur du futur,
  • Je me suis promenée dans la Bretagne du XVIIe siècle et j’ai traversé plusieurs portes menant au Sidh, l’outre-monde,
  • J’ai visité la ville de Dole à travers son histoire,
  • Je suis plongée sous la Brume en compagnie d’Immortels,
  • J’ai plongé dans les Etats-Unis des années 20 avec Call of Chtulhu
Et vous, quelle(s) vie(s) avez-vous vécu en mai ?