Saisons Païennes

 Les fêtes païennes se succèdent au rythme lent de la roue de l’année. Les rites se suivent, de l’éclosion de la Nature à la saison sombre, en passant par la maturité et l’abondance – puis la venue de ce miracle sans cesse répété : le renouveau. Aujourd’hui encore, ces agapes nous parlent des ravages des tempêtes et des frimas, de la peur de la Nuit, de l’émerveillement face à la Vie, de la passion charnelle qui réchauffe les âmes aussi bien que les corps.

Tout le monde connaît les grandes dates du calendrier païen… Mais pas leurs noms réel. Avec ces huit nouvelles et les styles particuliers à chaque auteur, vous en apprendrez beaucoup sur les fêtes se Samain, Beltane, Imbolc et Lugnasad. 
Je me suis laissée emporter par la plume des huit enfants de Walpurgis qui ont puisé dans leur connaissances des traditions anciennes, mais aussi dans leur imagination sans limites pour nous offrir des histoires très différentes, mais toutes originales et prenantes. 

~ Les danses de Samain, Céline Guillaume ~

Une jeune femme est considérée comme une sorcière. Un jour, elle sauve le pieux héritier du comté des griffes de la mort et tombe amoureuse de lui… Jusqu’au jour où celui-ci se marie… Tout bascule pour la jeune fille.
Les danses de Samain est vraiment un texte très poétique. Céline Guillaume est passée maître dans l’art de faire passer un message avec beaucoup de douceur et de finesse. On passe le seuil de l’hiver sans même s’en rendre compte.

~ Noces sanguines au coeur des ténèbres, Marianne Stern ~

Au coeur de la Laponie se prépare une fête pas comme les autres. Jaska, parti pour offrir sa couronne de houx à la dame de son coeur se retrouve plongé dans un cauchemar éveillé. S’en sortira-t-il ?
Un bon texte un peu plus dur que le précédent. La transition est un peu rude, mais cela reste une belle histoire sur les apparences.
~ L’Étincelle en moi, Vanessa Terral ~

Une jeune fille traverse les années tant bien que mal en tant que danseuse de cabaret. Mais tout le temps, quelqu’un la poursuit. En plus, l’ange qui est en elle a de plus en plus de mal à rester tranquille. Car Helena est Nephilim… 
J’ai été intriguée en lisant cette nouvelle de Vanessa Terral, et je pense qu’inconsciemment j’espérais trouver quelque chose de son roman… J’ai eu le nez ! Ce récit se déroule avant le début de L’aube de la guerrière
~ Éclosion, Angélique Ferreira ~

Une jeune femme gravement malade insiste pour revenir chez elle contre l’avis de ses médecins. Sorcière, il lui revient d’accomplir le rituel d’Ostara, l’éveil du printemps. La Déesse la sauvera-t-elle ?
Éclosion est vraiment un texte touchant, peut-être celui véhiculant le plus de sensibilité. Je ne pense pas qu’il soit possible de ne rien ressentir à la lecture de ce texte… 🙂

~ Pour que l’histoire s’achève, Stéphane Soutoul ~

Sellina descend d’une longue lignée de druides. Mais elle a choisi de couper les ponts, de renier son héritage. Mais rien ne va plus dans sa vie depuis un moment. Stérile, elle craint que son compagnon ne s’éloigne d’elle. Cerise sur le gâteau, d’étranges rêves viennent la visiter. Prise d’une impulsion soudaine, elle se retire dans une cabane perdue dans les montagnes, propriété de sa famille. C’est là-bas que, peut-être, se trouve la solution à ses problèmes.
La nouvelle du seule homme du collectif ! L’érotisme s’y mêle au fantastique dans un mélange assez fluide au final. 
~ Solstice fatal, Bettina Nordet ~

D’un côté une sorcière belle comme le jour mais au coeur aussi noir que la nuit. De l’autre, la cible. Céleste, sa cousine. Aveuglée par sa quête de pouvoir, ira-t-elle jusqu’à sacrifier quelqu’un de son sang ? La fin justifie-t-elle toujours les moyens ?
Le lecteur restera impuissant devant tant de cruauté. Mais rassurez-vous, la fin se déroule bien et le texte est plaisant à lire.

~ Ce qui nous lie, Cécile Guillot ~

La veille de son mariage, Dorine, héritière d’une lignée de sorcières rencontre un spectre. Une jeune femme désespérée de ne pouvoir offrir le repos éternel à son bébé. Dorine trouvera-t-elle la solution à ce problème ? Cela mettra-t-il en péril son mariage ?
Comme pour Vanessa Terral, ce texte constitue une “préquelle” au premier tome de la Fille d’Hécate. Une nouvelle bien (trop) courte !

~ L’Offrande de l’été, Ambre Dubois ~

C’est une véritable crise au royaume de la lumière: l’anneau de passation de pouvoir entre la lumière et la nuit a été volée par un humain. En échange, celui-ci réclame comme épouse la sublime suivante de la reine de la lumière. Le Roi des ombres accédera-t-il à sa demande ? 
Une nouvelle fantasy qui termine en beauté ce recueil très bien écrit. Je n’avais jamais lu d’autre ouvrage d’Ambre Dubois, et je pense recommencer dès que possible !

J’ai apprécié ces voyages dans des styles très différents mais toutes suivant le fil rouge donné pour ce recueil très réussi. 

Sohl, L’oeil et le poing – T1


Une arme ancestrale
Une menace en sommeil
Quelle est la raison qui pousse Herlann Oeil-Sombre à lancer un simple barde aux trousses des ravisseurs de sa fille ?
Et qui est Gray, ce mystérieux sorcier qui fait vaciller l’avenir du Royaume de Sohl ?
Entre manipulations, trahisons et faux-semblants, des ruelles sombres de Tiramar au glacial Royaume du Nord, suivez une poignée de héros luttant contre les méandres de leur destin. 


J’ai vu plusieurs fois cette superbe couverture en librairie sans l’acheter. J’ai craqué au salon fantastique lorsque j’en ai entendu parler. J’ai bien fait de me laisser tenter. La trame narrative, si elle peut paraître classique (« la jeune fille d’un riche personnage a été enlevée, allez la chercher ! »), se ramifie en plusieurs récits faisant voyager le lecteur à travers les époques. Sans le perdre dans les froids couloirs du temps malgré tout.
La lecture de l’histoire est tellement fluide et prenante que je suis arrivée au bout du texte sans m’en apercevoir. Je me suis prise dans les aventures de Lorne, Lhèm et les autres personnages au point d’entendre les cliquetis des armures et le bruits des mystérieuses créatures dans les bois.
L’auteur écrit de manière très descriptives, ce qui permet de visualiser de manière près précise les paysages naissant sous sa plume. Néanmoins, je pense que certaines scènes et plusieurs détails auraient qui auraient mérité un plus ample développement se sont trouvés vite éclipsés à peine ébauchés. Je pense par exemple aux mystérieuses créatures appartenant au folklore Sohlien.
L’œil et le poing n’est pas un roman exempt d’humour. Celui-ci est présent par petites touches savamment distillées dans les chapitres. Il s’agit souvent de petits bouts de phrases : des créatures soit-disant fantastiques dans un monde où les dragons sont maîtres par exemple. L’humour donne une aura de réalité au récit. Il est souvent employé pour désamorcer une situation tendue par la peur ou la colère. C’est aussi ce qui rend les personnages plus humains, à mon sens.
On pourra regretter des passages peu clairs où il devient difficile de se repérer. Mais rassurez-vous, c’est rare dans l’histoire. Malgré ce détail, l’auteur a su ménager le suspens et le lecteur parviendra à la fin du texte sans aucun temps-mort dans l’intérêt de l’histoire.
Amateurs de combats, de dragons et de magie, procurez vous L’œil et le poing au plus vite !

Sohl, L’Oeil et le poing (T1).- Julien d’Hem.- Ed Asgard.- 2012

Chiens de guerre


Priam, empereur de la Lumière a arraché l’allégeance de Cellendhyll contre la vie de celle qu’il aime. Ce dernier s’est donc engagé comme Lige pour une durée d’un an. A l’autre bout des plans, une meute d’un genre un peu particulier se reforme : celle des Chiens de Guerre, menée par Vargh Loken. C’est eux que Cellendhyll va devoir traquer : des hommes aussi habiles que lui au combat. Mais tout n’est pas blanc dans l’Empire de la lumière. Priam est-il vraiment sincères dans ses paroles ? Que trouvera Cellendhyll en soulevant plusieurs doutes ?

Quel plaisir de retrouver notre Ange favori dans le septième volet de ses aventures ! On aurait pu craindre qu’arrivées au septième tome, les aventures de Cellendhyll se seraient essoufflées. Que nenni messires et gentes dames !
Suivez donc le quotidien mouvementé de Cellendhyll à travers sa mission toujours aussi périlleuse, mais aussi dans ses relations tumultueuses avec Constance de Winter, la dame de confiance de Priam.
Le lecteur un peu effrayé par la tournure des événements de la fin du tome 6 peut se rassurer : l’action occupe une place toujours aussi importante ! Celle-ci arrive de manière ponctuelle. Certes, on peut parfois s’y attendre, mais les combats sont toujours aussi beaux que leur prévisibilité est toute pardonnée !
L’auteur développe toujours sa sensibilité poétique dans les descriptions, notamment celles des paysages qui n’ont rien à envier à de grands romans. Si vous êtes amateur de grands paysages au cinéma, vous aimerez les descriptions réalisées par Michel Robert !
Un nouveau personnage apparaît et amène dans son sillage de nombreuses questions qui préparent (on l’espère en tout cas) un nouveau tome plein de promesses : Vargh Loken, qui dévoile un lourd secret… Cellendhyll est un personnage qui prend de l’envergure et s’épaissit : de peines de cœur en trahison, l’Ange semble être devenue une personne à part entière, dépassant par là le simple personnage romanesque. Une personne que l’on préfère avoir de son côté bien sûr !
Ce septième tome nous mène toujours plus loin dans l’univers de l’Ange du Chaos et dans ses aventures à la recherche de son passé…

Chiens de guerre.- Michel Robert.- Ed Fleuve Noir.- 2012

Magie Celtique

Lecteur,Magie Celtique te fera plonger dans un monde merveilleux dans lequel la frontière entre la réalité et l’autre monde n’est pas plus épaisse qu’un cheveux. La magie imprègne l’âme de celui qui sera assez sensible pour la percevoir. C’est ce que six auteurs cherchent à faire ressentir à leurs lecteurs.
De la poésie à toutes les pages et une atmosphère tantôt pesante, tantôt enchanteresse ou très douce mais toujours merveilleuse. Un dépaysement garanti à chaque page.

~ In Memoriam ~

Illiam pleure la disparition de celle qui devait devenir la femme de sa vie. Éperdu de chagrin, il s’enfonce à travers la forêt, et fait une découvertre qui va changer sa vie…
Cette nouvelle regorge de nombreuses connaissances mythologiques à propos des celtes : le lecteur y croisera de nombreuses créatures fantastiques et même Lug, le roi des Dieux. La fin est, certes, prévisible: l’orphelin qui retrouve brusquement son père et les péripéties qui s’en suivent pour retrouver sa bien-aimée par-delà la mort.
Cette prévisibilité n’en est pas handicapante pour autant. Cette nouvelle a tout d’un conte et sa chute est magnifique.
~ Mel ~

Mel est un orphelin recueilli par un pêcheur. A la mort de celui-ci, il est entraîné par son oncle dans une chasse à la licorne. Mais une fois arrivé dans le village de Paimpont, une série d’événements étranges se produisent…
J’ai eu la chance de rencontrer l’auteur de cette nouvelle pleine de fraîcheur. La geste arthurienne affleure dans ce texte pour apparaître à la fois de façon détournée, à travers plusieurs personnages, et à la fin où l’on apprend l’identité de Mel … Vraiment un bon texte dont j’aimerais lire une version développée !
~ Marwelna la magicienne ~

Une jeune femme est miraculeusement rescapée d’un raid ayant dévasté son village. Désespérée, elle prie Ayalé, une déesse qui finit par lui venir en aide. Commence alors un périple, un véritable parcours initiatique durant lequel la jeune femme devient Marwelna la magicienne…
Cette nouvelle, un peu compliquée si on la lit un peu vite, recèle de nombreux détails montrant la nature au double-tranchant de l’espèce humaine. C’est un véritable périple initiatique que propose l’auteur à son lecteur, voyage qui l’amènera à réfléchir sur lui-même et sa propre nature. Une lecture intéressante aussi intéressante pour l’histoire en elle-même que pour la réflexion qu’elle propose.
~ Le chaudron des âmes ~ 

Vivianne, Arthur et Merlin n’ont pas disparu. Ils sont devenus Séraphins et Archanges. Mais on les rappelle car la démone Morrigan aidée de Mordred a volé le chaudron sur le site de Carnac.
Je suis mitigée par rapport à cette nouvelle… Si j’apprécie de voir plusieurs artefacts légendaires utilisés dans une époque contemporaine, j’apprécie moins de voir des personnages tout aussi légendaires (Arthur, Viviane, Morgane) représentés en tant qu’anges. Mais c’est surtout mon côté ultra-conservateur qui refait surface…
~ Les oubliés ~

Un brillant chevalier errant, Sven, blesse mortellement le fils du roi de Bretagne. Contraint de fuir, il entre et décide de vivre dans le royaume de Brocéliande, forêt dans laquelle il fait la connaissance d’une elfe dont il va tomber éperdument amoureux…
Que de poésie dans cette nouvelle ! Un Roméo et Juliette revisité avec beaucoup de sensibilité et de poésie. Deux amants ne voulant pas être séparés et qui se retrouvent figés mais ensemble pour l’éternité… Juste une très bonne nouvelle.
~ Uffin ~

Le seul bonheur d’Owen, jeune garçon autiste, est de courir le long du tracé d’Uffin, un légendaire cheval. Lorsqu’un jour, le petit garçon se retrouve sur le dos d’un cheval de craie galopant à travers une forêt millénaire.
Retrouvons les légendaires Ceridwen et Cernunnos, mais aussi Nimue et Merlin. L’atmosphère de cette nouvelle est dans l’ensemble oppressante, à tel point qu’on a hâte de la terminer. Mais une réflexion sur le langage permet de s’évader de cette atmosphère avec une telle facilité que la dernière page apparaît alors qu’on ne s’y attend pas.
~ En bref ~
J’ai d’abord été séduite par la couverture que je trouve très jolie. Ce recueil transportera vraiment très loin un lecteur amateur de littératures de l’imaginaire !

Le conseil de Suak


Tout va mal pour la compagnie des Fiers de Hache. Ils se cachent, car tout le monde les accuse d’avoir délibérément lâché un monstre pendant le grand match de brute-balle de Glargh. Mais ce n’est pas la seule surprise : l’archère est devenue reine ! Devenus membres de l’armée de Folonariel, les aventuriers assistent au conseil de Suak, une assemblée composée de représentants de tous les peuples de la terre de Fangh. S’en suivent une révélation affolante : Gzor, le sorcier maléfique, monte une armée qu’il rendra invincible ! La décision est prise. Il faut sauver la terre de Fangh ! Devinez qui va s’y coller… ?

Retrouvons notre compagnie d’aventuriers préférée (sauf les Gnistes qui préféreront la leur) dans de nouvelles aventures palpitantes. Parlons d’aventure justement : ce roman n’en manque pas ! De forêt en donjon en passant par la case prison, nos aventuriers n’auront pas le temps de s’ennuyer !
Le lecteur non plus d’ailleurs ! Les registre comique est bien entendu mis en valeur, mais les personnages ont acquis une profondeur certaine, ce qui les rend plus attachants. C’est bien sûr du au fait que Le Conseil de Suak soit la cinquième saison du Donjon de Naheulbeuk, mais il ne faut pas oublier que les aventuriers sont de niveau 5 ! Pour preuve, le Barbare est plus intelligent et fait maintenant des phrases complètes, et le Ranger monte au combat sans trop de peur !
Pen Of Chaos a pris un malin plaisir de parsemer son texte de références éminemment « geeks » : le chiffre 42 comme « réponse à tout », la machine pour muscler les elfes, le fameux « trois voies s’offrent à nous »… le tout pour le plus grand plaisir des lecteurs !
Ils retrouveront avec plaisir les fameux bulletins cérébraux des aventuriers, dont un nouveau rêve du nain qui rappelle celui de la Couette de l’oubli.
Le Conseil de Suak est un roman divertissant à lire si vous aimez les aventures et que vous voulez vous détendre ! 

Le conseil de Suak.- John Lang.- Ed J’ai lu.- 2012.- 8€

Le Puits des mémoires T2, Le fils de la lune


Alors qu’ils débarquent sur Woltan après leur fuite éperdue du royaume d’Hélion où leur tête était mise à prix, Olen, Karib et Nils doivent à nouveau fuir. D’auberge en groupe de mercenaires, nos héros cherchent sans relâche des indices sur leur passé et leur identité. A travers les terres gelées, parviendront-ils à mener à bien leur quête ? Sont-ils les vrais meurtriers ? Telles sont les questions qui les taraudent jour et nuit depuis des semaines…

Après plusieurs mois d’attente, voilà enfin le tome 2 de la trilogie du Puits des mémoires ! C’est avec plaisir que j’ai retrouvé Nils, Olen et Karib dans leurs aventures dans un nouveau paysage : le Woltan et ses paysages enneigés, qui ne sont pas sans rappeler le Valbise de notre cher Drizzt.
Attention, ce tome 2 n’est pas une simple suite de leurs aventures ! Le fils de la lune recèle bien des surprises pour ceux qui avaient été intrigués par la fin brutale du premier tome. Si vous avez apprécié la quête d’identité, ou plutôt leur reconquête, alors vous aimerez ce qui vous attend dans ce roman !
En effet, en ouvrant ce livre, attendez vous à un lot de surprises dont l’énormité va en grandissant jusqu’aux toutes dernières lignes. Croyez-moi, vous relirez la page en espérant que la suite apparaisse. Puis vous crierez votre frustration !
Du suspens à chaque fin de chapitre – et souvent dans les chapitres aussi – et beaucoup de sensations qui rendent nos trois héros plus humains, à tel point qu’ils nous semblent aussi familiers que des amis. Doute, joie, tristesse et même effroi, vous ressentirez cela en lisant ce roman aux mille péripéties.
Comme dans le premier tome, l’humour (parfois pinçant) côtoie des combats sanglants, mais aussi des risques immenses qui maintiennent toujours le lecteur en alerte. Gabriel Katz signe ici encore une fois un excellent roman de fantasy !

Vous pouvez voir un autre super avis ici !

Le puits des mémoires, Le fils de la lune (T2).- Gabriel Katz.- Ed. Scrinéo.- 2012.- 16€90

La légende de Drizzt – Le guide


J’en ai beaucoup parlé dans plusieurs articles… Il est temps de vous dire pourquoi je l’aime, non ? 🙂


La Légende de Drizzt détaillée épisode par épisode : tous les lieux, les peuples, les personnages, ainsi que des dessins et cartes inédites ! Ouvrage entièrement illustré par Todd Lockwood et des dizaines d’artistes de grand talent.
~Une mine d’or pour les passionnés des aventures de l’elfe noir~
Ce guide propose d’abord une description de tous les personnages principaux de la Légende de Drizzt : ainsi, le lecteur retrouvera le célèbre elfe noir, guenhwyvar, Catti-Brie, Bruenor, Wulfgar et Régis, mais aussi tous leurs amis et même quelques ennemis. Chaque personnage se verra gratifié d’une magnifique illustration et d’un petit paragraphes sur leurs caractéristiques particulières :

Viennent ensuite une vision d’ensemble de tous les personnages secondaires de la saga : elfes noirs et autres voyous, mais aussi un bestiaire contenant principalement des créatures de l’Outreterre. Un excellent moyen de mieux connaître les petites (et plus grosses) bêtes qui peuplent votre monde favori !
Des cartes et autres plans des cités du royaume de Faerûn améliorent ce guide, produisant une véritable encyclopédie précise et complète pour le bonheur de tous !
~Le côté graphique~
Les amateurs des illustrations de Todd Lockwood et d’autres artistes du genre apprécieront le soin particulier accordé aux représentations des personnages.

De son côté, la mise en page est claire. Le chapitre se divise en chapitres : les personnages, les lieux, les animaux, mais aussi un résumé des treize livres de La Légende de Drizzt. Ainsi, chaque double page s’accompagne d’extraits, d’un résumé, et d’une illustration représentant la couverture du livre.

Ce guide est vraiment agréable à lire, ou à regarder, et les informations sont aisées à trouver. Il est vraiment à mettre entre toutes les mains des rôlistes, amateurs des Royaumes oubliés ou juste amoureux de Drizzt.


~En bref~
Un magnifique ouvrage, tant à la lecture qu’à regarder. On regrette peut-être l’absence de carte indépendante du royaume de Faerûn.
La légende de Drizzt, le guide.- R.A. Salvatore.- Ed. Milady/Wizards of the coast.- 23€5

Le Chant premier : les derniers guerriers du silence

La Confédération des planètes est en paix. Et pourtant…

… Aux confins de l’espace, Sékhem, la jeune amiral de la flotte des six anneaux de Sbarao, braque les senseurs de son vaisseau de guerre sur un étrange artefact suspendu dans le vide.
Dans les splendeurs de Bella Syracusa, Adryan l’aristocrate éprouve les pouvoirs du séduisant Dieu Noir.
Des bas-fonds de Raya aux dunes d’Osgore, Sahel le Vitaguerrier s’éveille aux énergies de l’ancien monde…
Ces destins prêts à basculer deviendront-ils les gardiens ultimes du Chant Premier, à l’origine de toute vie ? Les Derniers Guerriers du Silence ?

Le premier abord de ce roman m’a surprise, et un peu apeurée. Le premier chapitre débute sur une description d’un vaisseau spatial prêt à l’assaut. J’ai très vite craint un roman purement SF à la sauce « stargate SG1 ». Mais cette impression s’évapore après quelques pages : le lecteur déboussolé, dans le bon sens du terme, voguera dans un univers magique, oscillant entre fantasy et monde futuriste. Un space opera qui m’a surprise !
Une fois la première impression passée, je me suis retrouvée confrontée à un florilège de toutes les civilisations de notre propre histoire. Le lecteur passionné d’histoire pourra se promener dans une Égypte antique modernisée, dans la Venise de la Renaissance, et même sur notre Terre, renommée pour l’occasion Terra Mater, berceau de l’espèce humaine.
Ici, pas de créatures fantastiques, mais des êtres aux pouvoirs extraordinaires : des anges, des magiciens, des guerriers… le tout orchestré en un ballet qui frôle la perfection. Ce roman comporte un aspect profondément humaniste : alors qu’une guerre de religion fait rage à l’échelle de l’univers, l’auteur nous offre dans Les derniers guerriers du silence une vision des deux camps, dans lesquels trahison et secrets sont également présents. Rien de totalement noir ou blanc, mais le lecteur verra qu’un but peut induire bien des conduites et des retournements de situation.
Le livre met particulièrement l’accent sur les personnages, leurs liens, et les décisions qu’ils auront à prendre pour se positionner dans cette guerre gigantesque. Le lecteur lui-même aura du mal à déterminer ce que décideront Sékhem, Sahel, Nephtys ou Lyorim. Cette incertitude est pour moi ce qui poussera le lecteur amateur de suspens à tourner les pages, et avaler fiévreusement les chapitres !
Le Chant premier est une bonne découverte et surtout une excellente surprise à laquelle j’étais loin de m’attendre !
Le chant premier, les derniers guerriers du silence.- Yoann Berjaud.- Ed Mnémos.- mai 2012.- 20€50

Le petit “plus” qui fait plaisir, merci les éditions Mnémos !


Druide

Depuis des milliers d’années, tous les royaumes sont réunis autour du Pacte Ancien conçu par les rois de jadis et les druides qui s’évertuent depuis lors à le faire respecter.
Mais de sombres forces œuvrent pour détruire la forêt. C’est ce que découvrira le loup Obrigan : de hideuses créatures massacrent des innocents. N’écoutant que son intuition et la sagesse de son peuple, le vieux druide remonte la piste de ces êtres aidé par un allié des plus inattendus : l’héritier du trône du royaume des glaces en personne ! Une amitié improbable unit alors ces deux hommes dont l’un est régicide. Ensemble, parviendront-ils à défendre la Cité verte, dernier rempart des royaumes contre les Fils du Rôdeur ?


Le roman Druide avait tout pour me plaire : un titre dans lequel résonnent nombre de légendes, un résumé plus qu’alléchant, et un auteur qui ne m’était pas inconnu. Oliver Péru a plusieurs cordes à son arc : dessinateur et scénariste de bande-dessinée, il nous dévoile ici un autre de ses talents, celui d’écrivain.
Comme dévoilé dans le titre, le roman entraîne le lecteur dans une véritable épopée épique impliquant des personnages trop peu connus : des druides. En vous plongeant dans ces pages, attendez-vous à de l’action dans chaque chapitre, préparez-vous à errer dans une forêt menaçante où les Fils du Rôdeur, de mystérieuses créatures voulant dévaster la forêt sacrée.
L’ambiance introduite dans le roman par l’auteur est un savant mélange d’oppression et de liberté, de magnificence et d’horreur est juste fascinante. Les personnages sont merveilleux, hauts en couleur et très bien campés, au point qu’on croirait les connaître depuis toujours. Rares sont les personnages totalement bons ou mauvais, tous comportent une part d’ombre. Cette ambiguïté apporte un peu de réalisme à une histoire fantasy, ce qui n’a pas été pour me déplaire.
Le lecteur attentif notera également l’importance que la nature revêt dans l’histoire (logique me direz-vous, venant de druides…). Mais cela constitue un aspect non négligeable et un tel engagement mérite à mon sens d’être souligné.

Les descriptions sont complètes et totalement immersives et donnent envie de parcourir forêts, plaines et de gravir des sommets. Si vous aimez les combats mêlant magie et acier, des intrigues parfaitement disséminées et un coup de théâtre final, procurez-vous Druide au plus vite !
Peut-être cet excellent roman donnera des idées de scénario à des maîtres du jeu, grâce à l’histoire en elle-même, mais aussi pour l’arrière-plan du roman tout simplement merveilleux !
Druide.- Oliver Péru.- Ed. J’ai lu.- 2012

S’il y avait dix livres… n°1

Premier article du genre, je vous invite à voir les dix plus beaux livres de ma bibliothèque. Inauguration d’un nouveau rendez-vous du mercredi ?

Tout le monde a des livres qu’il préfère dans sa bibliothèque… Mais on parle trop peu de ceux qu’on considère comme étant les plus beaux ! Je vous propose une liste des dix plus beaux livres de ma bibliothèque ! 🙂


La langue des elfes du Seigneur des Anneaux dans  un magnifique livre à la couverture cartonnée.

Des créatures mystérieuses et un superbe grimoire ! Que demande le peuple ?
Une superbe illustration, et même des images en filigrane.  Beau travail de la part de Mnémos !
De magnifiques illustrations de Todd Lockwood

Les couvertures sont tellement plus belles en Angleterre…
Même remarque, mais pour les Etats-Unis !

La majesté faite… walkyrie.

Encore un petit grimoire très bien réalisé !
Une très belle réalisation de Forgesonges.
Pour tout savoir des êtres féeriques
Et vous, quels sont les vôtres ? 🙂