La Sagesse de la Comté


Noble Smith sait depuis longtemps qu’il y a beaucoup à apprendre de la détermination de Frodon, du sens du bien-être de Bilbo, de la fidélité de Sam et de l’amour de Merry et Pippin pour la bonne nourriture. Avec La Sagesse de la Comté, il explique comment appliquer à nos vies de tous les jours les coutumes des Hobbits. De la meilleure façon de co-hobbiter jusqu’à nos relations avec nos Gollums personnels, Noble Smith sait que nous avons tous un Anneau Unique à porter. Ce guide amusant et plein de clairvoyance est tout ce dont vous avez besoin pour accomplir la quête de votre vie et jeter vos soucis dans les feux du Mordor !

Traiter de l’œuvre de J.R.R. Tolkien est toujours un véritable défi à relever. Je me méfie toujours des ouvrages traitant de l’auteur ou de son univers et me renseigne souvent sur leurs auteurs avant de me les procurer. Mais je dois dire que la quatrième de couverture et le thème de cet ouvrage ont attiré mon attention.

Loin de ces manuels de développement personnel qui fleurissent sur les étagères des librairies, Noble Smith nous fait prendre conscience qu’il est possible de changer de vie en adoptant certaines caractéristiques d’une race chère au professeur John Tolkien, les Hobbits.

Il ne s’agit pas de conseils irréalistes d’un illuminé fan de l’auteur qui nous conseille de vivre dans un monde imaginaire sans le confort moderne. Ses extrapolations sont au contraire très intéressantes et facilement applicables. Il s’agit en grande partie de changer quelque peu son mode de vie et porter son attention sur des choses plus simples : de la bonne et simple chère, des amis fidèles et un foyer chaleureux.

Rien d’insurmontable en somme : Noble Smith réussit à nous donner l’envie de revoir notre mode de vie et de l’adapter pour prendre le temps de vivre mieux. Le thème central est ce que l’on souhaite tous au fond de soi. Et les conseils de Noble Smith ont de quoi séduire tous les lecteurs sensibles à un bonheur des plus simples.

Notons également la présence d’anecdotes appartenant aux romans de J.R.R. Tolkien qui montrent la connaissance de Noble Smith à propos de l’œuvre. Certaines concernent également la façon de vivre de J.R.R. Tolkien, mais aussi ses aspirations. Il va même jusqu’à affirmer que l’auteur serait un Hobbit dans l’âme ! Alors, pourquoi pas vous ? 🙂

La Sagesse de la Comté.- Noble Smith.- Ed. Fleuve Noir.- 2013

Jules Verne, La géographie de l’imaginaire

Les Voyages extraordinaires de Jules Verne (1828-1905) sont des romans géographiques, appellation déjà revendiquée par l’écrivain lui-même en son temps. Jules Verne, dont les relations avec la géographie de la fin du XIXe siècle sont ici précisées et approfondies, a toujours eu soin d’articuler ses récits autour du passage entre une géographie scientifique, du réel, et une géographie plus imaginaire, décalée dans l’espace et dans le temps. La transition de l’une à l’autre se fait grâce à un récit de type merveilleux par l’intermédiaire duquel le romancier peut évoquer un autre monde, d’autres rapports entre l’homme et la terre.
À la croisée de la littérature et de la géographie, cette analyse nous conduit à repenser autrement les modalités de transmission du savoir géographique à une époque où la géographie, en tant que discipline universitaire, éprouve une certaine difficulté à susciter l’intérêt du public. Il apparaît ainsi de plus en plus nécessaire à la géographie de revenir vers la littérature et l’imaginaire, des territoires capables de produire une autre géographie.

Que dire de cet essai traitant à la fois de l’imaginaire vernien dans son œuvre en général ? Déjà que c’est très instructif. Il est vrai que rares sont les essais littéraires à propos des littératures de l’imaginaire, et La Géographie et l’imaginairesemble être le seul à traiter de ce sujet si spécifique et pourtant tellement vaste.
Je ne m’attarderai pas sur l’écriture très formelle de cet essai, l’exercice ne portant évidemment pas sur le style littéraire de l’auteur. Ce livre fourmille de détails et d’explications s’appuyant sur des sources solides. De quoi ravir les amateurs de Jules Verne qui souhaitent approfondir leurs connaissances sur l’attrait que l’imaginaire exerçait sur l’auteur.
Cet essai reprend également une réflexion plus large sur les littératures de l’imaginaire, et une analyse poussée du concept de « merveilleux », qui est toujours utile de se remémorer de temps en temps.

Moi qui ne suis pas une grande connaisseuse de Verne, j’ai été ravie de lire ce livre au final assez bref, 141 pages d’analyse exactement. Si vous souhaitez en savoir plus sur l’imaginaire géographique de Jules Verne ou que vous soyez simplement un amateur de littérature curieux, je vous conseille cet essai qui vous donnera envie de vous plonger dans l’univers de cet auteur.

Jules Verne, La géographie de l’imaginaire.- Lionel Dupuy.- Ed La Clef d’argent.- 2013