Le Puits des mémoires T2, Le fils de la lune


Alors qu’ils débarquent sur Woltan après leur fuite éperdue du royaume d’Hélion où leur tête était mise à prix, Olen, Karib et Nils doivent à nouveau fuir. D’auberge en groupe de mercenaires, nos héros cherchent sans relâche des indices sur leur passé et leur identité. A travers les terres gelées, parviendront-ils à mener à bien leur quête ? Sont-ils les vrais meurtriers ? Telles sont les questions qui les taraudent jour et nuit depuis des semaines…

Après plusieurs mois d’attente, voilà enfin le tome 2 de la trilogie du Puits des mémoires ! C’est avec plaisir que j’ai retrouvé Nils, Olen et Karib dans leurs aventures dans un nouveau paysage : le Woltan et ses paysages enneigés, qui ne sont pas sans rappeler le Valbise de notre cher Drizzt.
Attention, ce tome 2 n’est pas une simple suite de leurs aventures ! Le fils de la lune recèle bien des surprises pour ceux qui avaient été intrigués par la fin brutale du premier tome. Si vous avez apprécié la quête d’identité, ou plutôt leur reconquête, alors vous aimerez ce qui vous attend dans ce roman !
En effet, en ouvrant ce livre, attendez vous à un lot de surprises dont l’énormité va en grandissant jusqu’aux toutes dernières lignes. Croyez-moi, vous relirez la page en espérant que la suite apparaisse. Puis vous crierez votre frustration !
Du suspens à chaque fin de chapitre – et souvent dans les chapitres aussi – et beaucoup de sensations qui rendent nos trois héros plus humains, à tel point qu’ils nous semblent aussi familiers que des amis. Doute, joie, tristesse et même effroi, vous ressentirez cela en lisant ce roman aux mille péripéties.
Comme dans le premier tome, l’humour (parfois pinçant) côtoie des combats sanglants, mais aussi des risques immenses qui maintiennent toujours le lecteur en alerte. Gabriel Katz signe ici encore une fois un excellent roman de fantasy !

Vous pouvez voir un autre super avis ici !

Le puits des mémoires, Le fils de la lune (T2).- Gabriel Katz.- Ed. Scrinéo.- 2012.- 16€90

Le Chant premier : les derniers guerriers du silence

La Confédération des planètes est en paix. Et pourtant…

… Aux confins de l’espace, Sékhem, la jeune amiral de la flotte des six anneaux de Sbarao, braque les senseurs de son vaisseau de guerre sur un étrange artefact suspendu dans le vide.
Dans les splendeurs de Bella Syracusa, Adryan l’aristocrate éprouve les pouvoirs du séduisant Dieu Noir.
Des bas-fonds de Raya aux dunes d’Osgore, Sahel le Vitaguerrier s’éveille aux énergies de l’ancien monde…
Ces destins prêts à basculer deviendront-ils les gardiens ultimes du Chant Premier, à l’origine de toute vie ? Les Derniers Guerriers du Silence ?

Le premier abord de ce roman m’a surprise, et un peu apeurée. Le premier chapitre débute sur une description d’un vaisseau spatial prêt à l’assaut. J’ai très vite craint un roman purement SF à la sauce « stargate SG1 ». Mais cette impression s’évapore après quelques pages : le lecteur déboussolé, dans le bon sens du terme, voguera dans un univers magique, oscillant entre fantasy et monde futuriste. Un space opera qui m’a surprise !
Une fois la première impression passée, je me suis retrouvée confrontée à un florilège de toutes les civilisations de notre propre histoire. Le lecteur passionné d’histoire pourra se promener dans une Égypte antique modernisée, dans la Venise de la Renaissance, et même sur notre Terre, renommée pour l’occasion Terra Mater, berceau de l’espèce humaine.
Ici, pas de créatures fantastiques, mais des êtres aux pouvoirs extraordinaires : des anges, des magiciens, des guerriers… le tout orchestré en un ballet qui frôle la perfection. Ce roman comporte un aspect profondément humaniste : alors qu’une guerre de religion fait rage à l’échelle de l’univers, l’auteur nous offre dans Les derniers guerriers du silence une vision des deux camps, dans lesquels trahison et secrets sont également présents. Rien de totalement noir ou blanc, mais le lecteur verra qu’un but peut induire bien des conduites et des retournements de situation.
Le livre met particulièrement l’accent sur les personnages, leurs liens, et les décisions qu’ils auront à prendre pour se positionner dans cette guerre gigantesque. Le lecteur lui-même aura du mal à déterminer ce que décideront Sékhem, Sahel, Nephtys ou Lyorim. Cette incertitude est pour moi ce qui poussera le lecteur amateur de suspens à tourner les pages, et avaler fiévreusement les chapitres !
Le Chant premier est une bonne découverte et surtout une excellente surprise à laquelle j’étais loin de m’attendre !
Le chant premier, les derniers guerriers du silence.- Yoann Berjaud.- Ed Mnémos.- mai 2012.- 20€50

Le petit “plus” qui fait plaisir, merci les éditions Mnémos !


Druide

Depuis des milliers d’années, tous les royaumes sont réunis autour du Pacte Ancien conçu par les rois de jadis et les druides qui s’évertuent depuis lors à le faire respecter.
Mais de sombres forces œuvrent pour détruire la forêt. C’est ce que découvrira le loup Obrigan : de hideuses créatures massacrent des innocents. N’écoutant que son intuition et la sagesse de son peuple, le vieux druide remonte la piste de ces êtres aidé par un allié des plus inattendus : l’héritier du trône du royaume des glaces en personne ! Une amitié improbable unit alors ces deux hommes dont l’un est régicide. Ensemble, parviendront-ils à défendre la Cité verte, dernier rempart des royaumes contre les Fils du Rôdeur ?


Le roman Druide avait tout pour me plaire : un titre dans lequel résonnent nombre de légendes, un résumé plus qu’alléchant, et un auteur qui ne m’était pas inconnu. Oliver Péru a plusieurs cordes à son arc : dessinateur et scénariste de bande-dessinée, il nous dévoile ici un autre de ses talents, celui d’écrivain.
Comme dévoilé dans le titre, le roman entraîne le lecteur dans une véritable épopée épique impliquant des personnages trop peu connus : des druides. En vous plongeant dans ces pages, attendez-vous à de l’action dans chaque chapitre, préparez-vous à errer dans une forêt menaçante où les Fils du Rôdeur, de mystérieuses créatures voulant dévaster la forêt sacrée.
L’ambiance introduite dans le roman par l’auteur est un savant mélange d’oppression et de liberté, de magnificence et d’horreur est juste fascinante. Les personnages sont merveilleux, hauts en couleur et très bien campés, au point qu’on croirait les connaître depuis toujours. Rares sont les personnages totalement bons ou mauvais, tous comportent une part d’ombre. Cette ambiguïté apporte un peu de réalisme à une histoire fantasy, ce qui n’a pas été pour me déplaire.
Le lecteur attentif notera également l’importance que la nature revêt dans l’histoire (logique me direz-vous, venant de druides…). Mais cela constitue un aspect non négligeable et un tel engagement mérite à mon sens d’être souligné.

Les descriptions sont complètes et totalement immersives et donnent envie de parcourir forêts, plaines et de gravir des sommets. Si vous aimez les combats mêlant magie et acier, des intrigues parfaitement disséminées et un coup de théâtre final, procurez-vous Druide au plus vite !
Peut-être cet excellent roman donnera des idées de scénario à des maîtres du jeu, grâce à l’histoire en elle-même, mais aussi pour l’arrière-plan du roman tout simplement merveilleux !
Druide.- Oliver Péru.- Ed. J’ai lu.- 2012

Nephilim, Intégrale 1, les déchus

Ils sont sept immortels parcourant la terre depuis la Création. Ce sont les Nephilim, membres de la fraternité de l’Hepta et sont liés aux éléments : eau, terre, feu, air et lune. A présent chacun de leur côté mais liés par leurs pentacles, tous recherchent le but ultime : l’Agartha.

A Paris, la vie de Jennifer, une jeune étudiante, va changer. Aidée par Wag, un homme étrange, elle va devoir survivre aux attaques d’une mystérieuse organisation ayant pour but de détruire les êtres magiques. Pourquoi la visent-ils ?
Budapest, en plein hiver. Ezechiel, la froide chef de la police, doit faire face à une série de meurtres. Elle croise la route d’Azarian, un jeune chanteur de métal. Le jeune homme est-il coupable ? En sait-il plus qu’il ne veut en dire, ou est-il réellement impliqué ?

Je n’avais que de bons pressentiments en commençant ce livre. Rôliste, j’avais bien sûr entendu parler du jeu de rôle éponyme, que je savais de qualité. Le premier tome de Nephilim regroupe les deux premiers volumes publié auparavant de manière séparée.
La chose qui interpelle le plus à la lecture de ce roman est justement la double lecture que l’on peut en faire. Chaque chapitre démarre par des fragments des œuvres (ne serait-ce pas plutôt des mémoires) des différents Nephilim. Cela additionné aux information parsemées dans l’histoire permettra au lecteur de se familiariser avec l’univers complexe dessiné par l’auteur.
Un lecteur attentif notera les multiples références habilement utilisées par l’auteur : les contes bien sûr avec une adaptation surprenante mais brillante de Barbe-Bleue, version démoniaque. La Bible est aussi omniprésente dans l’histoire. Mais quoi de plus logique, lorsqu’on sait que les Nephilim apparaissent dès la Genèse de ce texte !
L’immersion dans l’histoire est vraiment facile, et les personnages, immortels ou non, sont vraiment attachants. C’est du au talent de l’artiste pour la création de caractères vraiment recherchés et approfondis. Vous aurez vite l’impression de faire partie de leur quotidien et de vivre les nombreuses péripéties à leurs côtés.
Peut-être que mes amis rôlistes auraient aimé une petite note à propos du jeu de rôle, mais une petite recherche Internet suffira à régler le souci.
En résumé : Nephilimest un très bon roman (ou le début d’une bonne série) à lire absolument, qu’on soit fan du jeu de rôle ou simplement de fantastique ! Nul besoin d’être connaisseur pour apprécier cette histoire vraiment facile d’abord et très immersive !
Mention spéciale pour la couverture.
Nephilim, intégrale 1, les déchus.- Fabiel Clavel.- Ed Mnémos.- 2012.- 23,5 €

Le puits des mémoires T1


Quelque part, dans le royaume d’Hélion. Trois hommes sont rescapés d’un accident en montagne : le chariot qui convoyait leurs cachots a été renversé, leurs gardes tués. Leur mémoire a été effacée. Une question : pourquoi ? C’est la question qui les taraudera durant toute leur fuite pour échapper aux terribles chevaliers de cristal et à leur chef, le Fils de la Lune.

Ils se sont renommés : Olen, le talentueux guerrier, Karib le mage en quête de sorts et Nils, le lanceur de couteaux taciturne. Leur fuite les mènent dans la capitale du royaume, Sayrs sous les couleurs de laquelle ils s’enrôlent. Mais la donne change et ils décident de s’embarquer pour le mystérieux royaume de Woltan où tout à commencé…




Le Puits des mémoires est le premier roman de Gabriel Katz. Il ouvre une trilogie s’annonçant épique et très inspiré de jeux de rôles. Les descriptions sont nombreuses et précises, ce qui n’est pas sans rappeler celles qu’un Maître du jeu peut faire…
Les personnages quant à eux sont bien campés et possèdent un passé (même si eux ne s’en rappellent plus). Là encore on peut déceler la « compétence » jeux de rôle de l’auteur : les héros appartiennent tous à des classes bien particulières : un mage, un guerrier et un assassin. Leurs caractères disparates en font une équipe à la fois drôle et complémentaire.
Les personnages secondaires ne sont pas en reste. On peut là encore retrouver de précises descriptions, tant physiques que psychologiques : les armures froides des cavaliers de cristal, le visage de mort de leur mystérieux chef, la terreur qu’ils inspirent à la population…
La fuite continuelle des personnages donne son rythme au livre et assure au lecteur des péripéties inédites et dans des décors très différents. Les pérégrinations de nos héros pour fuir leurs ennemis se transforment en une véritable réflexion sur son identité mêlée à une quête de la vérité. L’auteur nous invite également à voir au-delà des apparences… Et si le fugitif assoiffé de sang que décrit le roi était en fait votre compagnon d’armes, ou même votre amant ?

Gabriel Katz nous offre ici de l’héroïc fantasy pure comme on aime. 

Le puits des mémoires.- Gabriel Katz.- Editions Scrinéo.- 2012.- 16€90

Le Pas de Merlin

Au cœur de l’Écosse du VIème siècle, le roi Ryderc réunit tous les chefs Bretons pour résister aux envahisseurs Saxons, Pinces et Gaëls. Parmi eux, Merlin, un jeune barde déjà célèbre, tant pour son art que pour le mystère de ses origines. Ni tout à fait homme ni tout à fait elfe, il n’est pas encore aguerri aux ruses des hommes et aux blessures du cœur. Pourtant, c’est à lui qu’échoit la lourde charge de ramener la paix au pays. Mais Merlin est seul contre tous ceux qui veulent sa perte. Le mythe du magicien prend vie.

Déjà connu pour sa Trilogie des elfes, Jean-Louis Fetjaine est une figure de la littérature imaginaire française. Le pas de Merlinn’est cependant pas un roman fantasy, ou presque.
Partez sur les traces de Merlin en lisant ces lignes où la réalité frôle souvent le pays merveilleux des fées. Vous découvrirez, en plus d’une chronologie précise à propos de l’histoire de Bretagne, les origines de l’enchanteur le plus célèbre de toute la littérature (talonné de près par Gandalf, certes).
L’auteur nous conte un pays froid et rude, ravagé par les guerres sans fin entre les clans. Si Merlin n’est pas présenté comme l’enchanteur que nous connaissons, ses origines ne sont pas moins étranges pour autant. Rejeté et dénigré depuis sa plus tendre enfance, Emrys Myrddin serait le fils du Diable. Ou des fées. Ce n’est qu’à la toute fin de ce volume que vous aurez la réponse…
Le roman alterne entre deux aventures : celles du roi chrétien Ryderc et des siens d’un côté, et de la fuite éperdue de Merlin avec le torque du roi Ambrosius de l’autre. Cette alternance met en lumière les dissensions existant entre les anciennes croyances toujours vivaces et menées par les druides et les bardes, et l’avancée de la chrétienté, que l’on sait inexorable.
Dans les royaumes de Bretagne instables, les fiers Bretons réussiront-ils à surmonter leurs vieilles rancœurs et à s’unir sous la férule du porteur du torque ? Myrddin survivra-t-il à la trahison du roi Ryderc ?
A l’instar de la Trilogie des Elfes, Jeal-Louis Fetjaine a su dessiner un monde fantastique, dans lequel la magie n’est jamais trop présente mais semble malgré tout faire partie du quotidien des personnages, même si ceux-ci la craignent.
Le pas de Merlin est le premier tome d’un dytique narrant la saga de Merlin.
Le pas de Merlin.- Jean-Louis Fetjaine.- 2002.- Ed Belfond (Pocket)

Le livre des choses perdues

David est un garçon sage. Mais sa maman est mourante. Alors, pour l’empêcher de mourir, le petit garçon de douze ans respecte scrupuleusement les rites qu’il a mis en place, parmi lesquels les livres tiennent une place prépondérante. Mais sa mère meurt, et la vie de David va changer du tout au tout. Les livres lui parlent, et il rencontre un homme étrange et biscornu. Pour couronner le tout, le voilà passé dans un monde où plus grandes peurs des enfants prennent vie…

Beaucoup de choses à dire à propos de ce livre. Lorsque je l’ai terminé, j’ai eu du mal à retourner dans le monde actuel. Le livre des choses perdues est un savant mélange de nombreux contes : le Petit chaperon rouge, la Belle au bois dormant, Hansel et Gretel, mais aussi Alice au Pays des merveilles. L’auteur a su prendre le meilleur de chacun d’eux et le mélanger aux autres pour créer ce roman.
Si l’on s’attend au happy end comme dans la plupart des contes, tout ne paraît pas gagné lorsque l’on tourne les pages de ce surprenant roman. Chaque chapitre apporte son lot de péripéties, et l’auteur nous mène du bout de sa plume aux quatre coins de son royaume imaginaire fantastique que l’on visite avec un respect mêlé de crainte.
Les descriptions de ce texte dressent un monde sombre, inquiétant et grouillant de dangers. Il n’en est pas moins fantastique et inexplicablement attirant. John Connolly sait révéler nos peurs enfantines et s’amuse à les égrener au fil du texte. Attendez-vous à revivre les contes comme vous ne les avez jamais vus !
Des chapitres un peu longs peut-être, et des titres qui en révèlent trop sur le contenu. Je préfère généralement un mot bien choisi qui épaissit le mystère autour de son contenu. Malgré tout, ces titres donnent au livre le côté «19ème siècle » des romans d’aventure de l’époque.
Le titre de ce roman, Le livre des choses perdues, est bien choisi : à la fois un élément incontournable de l’histoire, il possède l’extraordinaire pouvoir d’extraire de la mémoire du lecteur toutes ces petites choses d’une enfance plus ou moins lointaine.
Avis aux amateurs de contes pour grands.

Le livre des choses perdues.- John Connolly.- Editions J’ai Lu.- 2010.- 7€60

Sîn le poème de lumière (tome 3)


Le monde de Sîn a basculé dans une guerre sans merci. Quelle sera l’issue de cet ultime affrontement entre le verbe maléfique et le poème de lumière ? L’arbre de la poésie, garant de l’équilibre de Darna et de toutes les poésies qui y vivent, renaîtra-t-il du cœur des batailles? Les destinées de Ransâ, la Banat Nawfal et d’Imrou, le jeune Kindéri sont-elles déjà écrites ?

Le Poème de lumière clos la trilogie de Sîn, de la plus belle des manières. La plume de Noureddine Séoudi n’a rien perdu de sa verve ni de sa poésie. Combats et poésie s’alternent, et parfois se mêlent de la plus belle des façons dans cette histoire qui s’annonce épique dès le premier paragraphe.

Sans aucune fausse note, le lecteur sera confronté à la dernière phase de la guerre de l’arbre. Mais tout ne tient qu’à un fil. Comme dans le second tome, Imrou est séparé de ses amis et des Ningizidis. C’est le fil rouge de l’histoire. L’auteur sait manier le suspense qui tient le lecteur en haleine à chaque chapitre.
Si les personnages sont les mêmes, le lecteur les découvrira sous un autre jour : de fiers guerriers n’hésitant pas à mettre leur vie en péril pour sauvegarder l’équilibre du monde face à la Poésie Noire.
Ceux-ci transmettent par leurs actes et leurs paroles d’importantes valeurs : l’amitié, le courage, la volonté de suivre ses croyances malgré tout, la ténacité, et bien d’autres encore. Cet aspect didactique de la trilogie de Sîn me semble aussi présente qu’elle n’est qu’en filigrane.
Les descriptions sont délicates et de chaque personnage émane une poésie particulière qui crée une harmonie et une facilité de lecture. Le tout pour une lecture (trop) rapide de cet épique et palpitant dernier tome de cette trilogie.
Sîn le poème de lumière (T3).- Noureddine Séoudi.- Editions Atria.- 2012 (septembre).- 20€

Maintenant qu’il fait tout le temps nuit sur toi

Mathias est un jeune homme triste. Sa mère vient de décéder à l’hôpital. Quand il rentre chez lui avec sa famille, les ombres ont tout envahi, et essaient même de rentrer dans leurs cœurs.

Mais sur le parking de l’hôpital, Mathias fait une découverte qui va changer sa vie : un mystérieux géant qui va l’aider à supporter les ombres, et surtout l’absence de sa mère. Mais cet espoir de retrouver sa mère dans le monde du géant est-il vraiment sans danger ?
Maintenant qu’il fait tout le temps nuit sur toi est le premier roman de Mathias Malzieu, surtout connu pour être le chanteur du groupe français Dionysos. Les amateurs de ce groupe retrouverons d’ailleurs dans ce roman le style décalé propre à l’auteur.
A travers la tristesse de son histoire, l’auteur réussit à nous emmener dans son univers irréel et presque absurde, digne des films de Tim Burton. Des personnages ordinaires se mêlent à d’improbables alliés, comme le fameux Giant Jack (que l’on retrouve dans l’un de ses albums).
Plusieurs thèmes présents dans ce roman comme la mort, le deuil mais aussi l’amitié, sont traités avec sérieux mais dans une tonalité éminemment fantastique. Cela permet sans aucun doute d’apporter une vision moins abrupte de la réalité et d’aborder ces graves sujets avec un recul donné par la présence de ces petites touches décalées.
Si l’histoire est prenante, le style d’écriture est quant à lui court et incisif, et parfois absurde. Chaque mot écrit est comme un coup asséné par l’auteur dans l’esprit du lecteur. C’est comme un cri de désespoir sorti de la plume de Mathias Malzieu.
Le lecteur attentif pourra également ressentir une peur enfantine cachée derrière ces phrases courtes : celle de la disparition d’un parent proche et de l’inconnu qui arrive forcément après elle. Cette peur se retrouve tout au long du texte, par des tournures de phrases plus longues que les autres, ce qui pour moi accentue l’effet poignant de la lecture de ce roman.
La lecture de ce roman apporte beaucoup plus au lecteur qu’un long discours sur la mort de ceux que l’on aime et les meilleurs conseils pour l’appréhender.
Maintenant qu’il fait tout le temps nuit sur toi est un roman qui s’inscrit dans la digne lignée d’un Alice au pays des merveilles ou d’un film de Tim Burton. Mathias Malzieu mérite à être connu aussi pour son travail d’auteur.
Extrait :
« J’ai encore du mal à convoquer les beaux souvenirs, les autres me tombe dessus sans crier gare. (…) Les ombres continuent leur travail de sape. Elles me piquent les yeux et déversent des litres et des livres de souvenirs bien récents – les pires. »

Maintenant qu’il fait tout le temps nuit sur toi.- Mathias Malzieu.- Flammarion.- 2005.- 15€

Le bouclier obscur


Uther est un homme des plus ordinaires : informaticien, enseignant et agnostique convaincu. Il partage sa vie entre ses cours, la lecture de romans fantastiques et les jeux vidéos. Jusqu’au jour où il se retrouve confronté à un étrange virus informatique qui diffuse des images de plus en plus atroces.

Uther alors se retrouve embarqué dans des aventures plongeant de plus en plus profond dans un univers digne des romans fantastiques les plus sombres.


Qui ne connaît pas John Lang, le créateur du fameux univers de Naheulbeuk ? L’auteur nous dévoile dans Le Bouclier obscurune autre facette du chaos dont il a tiré son nom de plume.
Si vous vous attendiez à de l’humour, ce roman n’est pas pour vous. Sauf si vous l’appréciez noir et piquant, peut-être.
L’histoire s’enchaîne rapidement, et comporte quelques « interludes » coupant les actions les plus palpitantes. Deux avantages à cela selon moi : garder le suspens à la manière d’une page de publicité (en bien plus passionnant je vous rassure) et éclairer le lecteur petit à petit sur la suite de l’histoire.
La trame de fond semble si cohérente qu’on aurait presque envie de croire que cela pourrait arriver. Tout est mis en scène dans ce sens : le virus informatique, les confréries secrètes, des meurtres que les autorités font passer pour des actes terroristes… John Lang a vraiment pensé à tout.
Ce rôliste invétéré a su dans son roman dresser des descriptions précises de scènes variées, mais aussi de rituels. De la même manière, les dialogues sont naturels sans superflu, ce qui facilite la lecture et l’immersion du lecteur dans l’histoire.
Celui-ci aura d’ailleurs l’impression de sentir l’odeur des cadavres et d’entendre les gémissements de douleur des suppliciés.
Le Bouclier obscur est un roman à mettre entre les mains de lecteurs éclairés – et avertis. 

Le bouclier obscur.- John Lang.- 244 pages.- Editions Physalis.- 2012