Chemins de fer et de mort

Ce recueil de textes contemporains d’angoisse ferroviaire renoue avec les anthologies que donnèrent en leur temps Dany de Laet (Histoires de trains fantastiques, 1980), Jean-Baptiste Baronian (Trains rouges, 1990) ou plus récemment Philippe Gontier (Trains de cauchemar, 2012). Au gré des pages, vous y trouverez un tunnel habité par une créature monstrueuse, une gare presque désaffectée ou franchement improbable, un contrôleur particulièrement zélé, un tueur en série traqué… Jouant sur toutes les nuances des littératures de l’imaginaire – fantastique, science-fiction, horreur, steampunk – cette anthologie vous propose d’embarquer sur des trains roulant à travers les espaces désertiques d’autres mondes, des trains futuristes sous-marins, ou plus sournoisement, sur des trains d’apparence banale où le temps et l’espace sont pourtant soumis à d’autres règles.
Mais voici le signal du départ… 

En voiture pour un voyage dont vous avez hélas peu de chance de revenir…


#Comment ce livre m’est-il tombé entre les mains ?

Chemins de fer et de mort est un service de presse que m’a envoyé Philippe Gindre, éditeur à la Clef d’Argent. Rien de plus simple donc. Je ne m’y attendais pas et ç’a vraiment été une excellente surprise et une bonne lecture.

#Calme et ambiance étrange

L’ambiance est peut-être ce qui est tellement important lorsqu’on parle d’un recueil de nouvelles disparates. En plus de la thématique bien évidemment, c’est ce qui lie les textes entre eux. Eh bien l’ambiance de Chemins de fer et de mort est saisissante. On y entre et on en ressort… un peu différent. Ce n’est sans doute pas très bien expliqué mais c’est l’impression que ça donne. Un peu d’onirisme peut-être

La richesse d’un recueil, c’est aussi la diversité des écritures et des atmosphères de nouvelles. Ici, on retrouve certes du fantastique, mais aussi de l’anticipation, de la critique sociale, des fantômes, de l’horreur… Les histoires se mêlent et on échappe de justesse au danger de l’une pour monter dans un train qui nous emporte dans d’autres époques. Passé ou présent, qu’importe.

Chaque lecteur aura sa nouvelle favorite. La mienne, c’est Le Train des ouvriers de Jean-Pierre Favard. D’un départ très classique à partir duquel on ne sait pas où on va. Mais après quelques pages, l’horreur est la plus totale. Et j’avoue avoir savouré les ces quelques pages en frissonnant. L’histoire était tellement prégnante que je me suis laissée emporter sans même m’en apercevoir. Jean-Pierre Favard possède la capacité de transmettre au lecteur les émotions qui traversent les personnages dès qu’on touche les pages. Et ça, c’est fort, avouez-le !

Mais ce recueil est plus profond que cela. S’en dégage une réflexion intéressante sur le temps, la vie et l’évolution de l’Homme. Pourquoi bougeons-nous, pourquoi faisons-nous certains choix plutôt que d’autres. Plus qu’un voyage en train, il s’agit d’un véritable voyage dans la vie des hommes que nous propose Chemins de fer et de mort. Et moi qui aime les récits de voyage, quels qu’ils soient, j’ai beaucoup aimé, vous vous en doutez sûrement !

On suit plusieurs personnages. Pas le temps de s’attacher à eux (quoi que), mais leur personnalité s’efface devant leur devenir et cette évolution est pour moi le gros point fort de ce recueil.

#En Bref

J’ai bien aimé cette lecture. La Clef d’Argent propose des textes qui sortent de l’ordinaire par leur écriture, leur histoire, mais aussi – et surtout, par leur profondeur, souvent inattendue. Si vous appréciez de plonger dans des histoires comme vous entrez dans un rêve, alors foncez.

La France Steampunk

Couverture La France steampunk : 1871 La Grande machine

Une rumeur court depuis longtemps…
Un livre circulerait sous le manteau, un livre racontant la France steampunk du XIXe siècle, un livre qui aurait inspiré la communauté française d’aujourd’hui. 
Que s’est-il passé en 1871 ? Quelle est cette Grande Machine que les puissances européennes convoitent ? Quelle est cette France devenue étrangement vaporiste ?
Étienne Barillier et Arthur Morgan, les deux meilleurs spécialistes du steampunk français, se sont lancés à corps perdu dans cette enquête! Ils retranscrivent ici le cœur des documents retrouvés. Accompagnés du photographe Nicolas Meunier, ils ont sillonné l’Hexagone à la rencontre des factions vaporistes. Car elles seules détiennent le fin mot de l’histoire !

EN BRETAGNE : Embarquez dans le dirigeable de Victor Sierra !
À PARIS : Montez sur les barricades de la Commune avec Louise Michel !
DANS LE NORD : Fuyez le terrible agent de l’Empire, Gaspard de Belleville !
À LYON : Découvrez les Neuf, qui président à la destinée de chacun…
À TOULOUSE : Retrouvez l’inventeur de la Grande Machine !
À MARSEILLE : Battez-vous auprès d’Oriya dans les calanques !

Après plusieurs mois d’attente après ma lecture du Guide Steampunk, j’ai enfin l’occasion de découvrir ce beau livre. En le découvrant, j’ai été très surprise par cette couverture rigide et le grand format de ce livre. Cela m’a un peu surprise, mais surtout car je crains de l’abîmer durant un transport et dois donc redoubler d’attention. Mais cette tranche protège les pages intérieures et c’est le principal, non ?

Continuons sur l’objet en lui-même. Il s’agit d’un beau livre, littéralement. Une attention extrême est portée aux détails typographique, à la mise en page intérieure et aux images. Rien n’est laissé au hasard, jusqu’au texte qui est rédigée sur plusieurs colonnes, rappelant un journal. Ce soin extrême de la mise en page ainsi que cette esthétique font de La France Steampunk un vraiment bel objet ainsi qu’une lecture très agréable. Chapeau à Mnémos pour cette réussite !

Les photographies sont réussies et les modèles prennent place plutôt naturellement dans des décors bien choisis. Le lien entre texte et image est très fort et les deux se complètent sans tomber dans l’écueil de la simple juxtaposition. Images d’ailleurs vraiment très réussies qui donnent envie et des idées pour se créer un joli costume. On se rend d’ailleurs compte à quel point les costumes peuvent être variés. Et surtout qu’il y en a pour tous les goûts et toutes les bourses. 

Mais le texte occupe une place aussi importante que l’image dans ce beau livre. Les écritures des deux auteurs se mêlent dans un roadtrip intense à travers les diverses communautés vaporistes françaises de la Bretagne à Marseille en passant par Lille et le nord de la France. Les aventures que vivent nos deux protagonistes sont palpitantes, on continue la lecture pour en connaître la suite. Dommage que le format du livre ne soit pas adapté au transport à cause de sa taille !

C’est une histoire comme je les aime, un récit de voyage, de l’uchronie et du steampunk. L’intrigue est bien documentée et le lien entre histoire et fiction est si proche que l’on pourrait se dire : on pourrait se dire : et si la Commune s’était vraiment déroulée ainsi ? L’histoire se relance au bon moment et découvre de nouveaux mystères pour relancer l’intérêt du lecteur : la Grande Machine et les aléas du périple des protagonistes…

#En Bref

La France Steampunk est un très beau livre. Mais il ne se limite pas à cela : l’intrigue est passionnante, les péripéties pimentent la lecture et le mélange entre fiction et histoire est savamment dosé. Que demande le peuple ? Si vous aimez l’esthétique steampunk, n’hésitez plus !

La France Steampunk.- Etienne Barillier & Arthur Morgan.- Ed. Mnémos

Lecture de moi : mai 2015 !


Un mois se termine de nouveau, et il a été plutôt bien rempli en termes de lectures ! Sept romans lus en tout, sans compter les innombrables lectures effectuées pour le travail. Que voulez-vous, c’est une passion ! De plus, j’ai désormais une petite PàL avec les derniers achats sur la table de chevet. Elle semble me regarder de travers lorsque j’achète un nouveau livre et que je la fais grandir. Étrange. 
Parmi les septs livres lus, lequel a eu ma préférence ?

en revenir aux fees
Je n’ai pas hésité une seule seconde pour choisir ma lecture du mois. J’ai mis du temps avant de commencer ce livre, et encore plus à me demander si j’allais vous en parler. Il est des histoires qu’on a envie de garder pour soi pour en conserver toute la magie. Mais il faut que je vous fasse partager ce coup de cœur !

~ De quoi ça parle ? ~

Le monde va très mal. L’Homme a détruit la Terre qui l’a créé et qui lui permet de vivre. Les gens sont confinés chez eux. Et le monde des Fées agonise également. Mais c’est sans compter sur le courage d’une petite fée nommée Folette qui tente de sauver ce qui peut encore l’être. Grâce au poète avec lequel elle vit, elle va littéralement remuer ciel et terre pour sauver sa planète. Quant à savoir si elle réussira… je vous laisse découvrir le récit…

~ Pourquoi ce livre ? ~

Parce que Nathalie Dau. C’est toujours un vrai bonheur de lire les textes de cet auteur que j’aime énormément. Parce que j’attends toujours avec impatience la sortie de ses romans. Sa plume fait vivre des univers où la féerie n’est jamais loin. Elle nous fait entrevoir ici un monde meilleur, un univers où la réalité est un peu plus riche que celle que l’on voit. Elle nous emmène dans un monde dans lequel j’aimerais bien rester plus longtemps. 

Ce texte fait moins de 200 pages, mais il est plus riche que d’autres romans paraissant aujourd’hui qui en font le double ou le triple. Toute en sensibilité, elle dissémine dans un univers noir de petites touches de magie et de lumière qui finiront par s’assembler pour créer un nouveau monde. 

Si vous aimez la féerie, une écriture mêlant contemplation, effroi et espoir, En revenir aux fées est vraiment LE livre fait pour vous. En plus, l’été approche. Fêtez dignement le retour des beaux jours avec cette magnifique histoire !

~ Un mois avec les livres…

  • Je suis allée dans un futur pas vraiment sympathique avec Le Visiteur du futur,
  • Je me suis promenée dans la Bretagne du XVIIe siècle et j’ai traversé plusieurs portes menant au Sidh, l’outre-monde,
  • J’ai visité la ville de Dole à travers son histoire,
  • Je suis plongée sous la Brume en compagnie d’Immortels,
  • J’ai plongé dans les Etats-Unis des années 20 avec Call of Chtulhu
Et vous, quelle(s) vie(s) avez-vous vécu en mai ?

La Saga des neuf mondes

Couverture Sagas des Neuf Mondes, intégrale
Au cœur de notre vaste univers se dresse un majestueux frêne au tronc solide et aux branches vigoureuses sur lesquelles reposent neuf royaumes. Son nom : Yggdrasil.
Ami, prenez place ! En cette froide nuit d’hiver, Bjarni Steingrim, le scalde vagabond du Nord, a fait halte à notre porte pour nous conter l’histoire de ces mondes merveilleux où vivent de puissants dieux, de courageux mortels et d’étranges créatures.
Tremblez devant la colère de Thór ! Indignez-vous des fourberies de Loki ! Partagez la douleur de Freyja… Mais n’oubliez pas : côtoyer les dieux peut s’avérer dangereux.


Au vu de la couverture et des noms du pitch, vous êtes prévenus. En avant pour une plongée dans les mythes et légendes nordiques ! A la manière d’un conteur, l’auteur nous fait voyager entre Midgard, Asgard, Jotunheim. Sa plume nous emporte à travers ces histoires, nous fait côtoyer les dieux.

Pierre Efratas réussit à faire passer toutes les émotions ressenties par les protagonistes de l’histoire. Les contes ménagent du suspens et de l’action. Je me suis laissée entraîner dans cette ambiance si particulière de la veillée au coin du feu. Pas besoin de se concentrer beaucoup pour être réceptif aux émotions d’autant plus fortes qu’elles sont bien décrites : amour, tristesse, haine ou révolte.

Ces émotions sont rendues plus intenses du fait que les protagonistes sont souvent des Dieux. Créatures divinement supérieures à l’homme, mais qui se révèle tellement humaines par moments. Mais après tout ces contes sont racontés par un humble être humain… Dans tous les cas, on ne peut rester de marbre devant la détresse de Freya ou adorer détester le malicieux Loki !

Avec La Saga des neuf mondes, Pierre Efratas rend un véritable hommage aux Eddas poétiques par sa plume pleine de sensibilité et de finesse, tant dans ses descriptions que dans la narration. Ce court recueil de nouvelles, c’est du Snorri Sturluson remis au goût du jour, en gardant la beauté du texte et des légendes nordiques !

Et si on parlait du livre en lui-même pour terminer ? Il s’agit d’un très bel objet à la couverture cartonnée. Et le must réside dans les magnifiques illustrations signées Catherine Nodet

#En Bref

La Saga des neuf mondes est un véritable voyage dans l’espace et le temps sur les traces des Ases, des Géants de glace et des humains de Midgard ainsi qu’un hommage à Snorri Sturluson. Le tout magnifiquement illustré. 
Qu’attendez-vous ?! Je vous le conseille !

Je remercie Babelio et les éditions Flammèche  pour m’avoir permis de découvrir ce livre !


Ce livre entre dans le challenge 1 mois, 1 consigne 2015 !

La Saga des neuf mondes, intégrale.- Pierre Efratas.- Ed. Flammèche.- 2014

Assassin’s Creed : Renaissance


Florence, quinzième siècle. Ezio Auditore est un jeune homme, bravache et insouciant et le second fils d’un banquier réputé de Florence. S’il est appelé un jour à prendre la succession de son père, il passe pour le moment ses journées à courir les rues, et surtout les filles. Mais il se trouve à la veille d’un terrible drame qui va toucher sa famille. Désormais seul à pouvoir venger la mort des siens, Ezio réussira-t-il à accomplir la mission qu’il s’est fixée? Ceux qui ont tué sa famille sont-ils isolés ou appartiennent-ils à une organisation de plus grande ampleur ?

J’ai toujours regardé les adaptations littéraires de jeux vidéos avec perplexité : quel besoin ont les gamers d’avoir des livres de leurs jeux, et à l’inverse, quel plaisir peuvent avoir les lecteurs en lisant une adaptation ? Je lisais déjà des adaptations romanesques de jeux de rôle papier. Cela ne fait pas une trop grande différence, me direz-vous. Mais comme seuls sont imbéciles ceux qui ne changent pas d’avis, je me suis lancée avec Assassin’s Creed Renaissance.
Mais j’ai été agréablement surprise par la narration de ce roman. Après consultation avec un joueur passionné par ce jeu, il se trouve que cet histoire est la copie conforme de sa version vidéo ludique. Ce qui peut être un point négatif pour certains amateurs est positif pour moi : cela me permet de découvrir une histoire que beaucoup de joueurs ont trouvé passionnante dans sa version originale.
L’auteur a même su rendre les passage de tutoriels dans le roman en les transformant en défis que le héros, Ezio, doit relever. Un point pour la transcription des étapes du jeu au roman : les quêtes données passent (presque) inaperçues et ne gênent pas la fluidité de l’histoire, qui l’est peut-être plus que dans le jeu vidéo car le lecteur n’a pas à subir les passages entre les cinématiques et le jeu en tant que tel.

L’univers est animé par des personnages hauts en couleur et animé de leur caractère propre, ce qui rend d’autant plus vivante cette histoire. L’humour disséminé à travers les dialogues vous feront sourire et surtout passer un excellent moment !
Ce n’est pas un secret, je suis vraiment attirée par les univers médiévaux. Avec cette histoire, j’ai fait un petit bond dans le temps jusqu’à une période historique qui m’a franchement intéressée : la renaissance italienne, avec ses artistes et ses stratèges. En effet lecteur, tu auras l’occasion de côtoyer des personnages comme Léonard de Vinci et le fameux Machiavel, personnages cachant bien des secrets.
L’auteur, et à travers lui les concepteurs de l’univers Assassin’s Creedont réalisé un magnifique travail de mélange entre fiction et réalité. Ce qui me pousse à me demander même après avoir refermé ce livre : et si le combat entre Assassins et Templiers faisait encore rage aujourd’hui… ?

La seule chose que je reprocherais à cette histoire est l’intervention tardive (peut-être trop…) d’éléments fantastiques. Cette dimension qui crée une menace pour le monde aurait pu être disséminée dans toute l’histoire… Mais il est vrai que, placée là, elle crée l’envie de lire le second tome !

Assassin’s Creed : Renaissance possède le « page-turning » d’un Da Vinci Code, mais aussi une véritable capacité à vous faire plonger dans la Renaissance Italienne avec une facilité déconcertante.

Assassin’s Creed : Renaissance.- Oliver Bowden.- Ed Milady.- 2010

L’extravagant voyage du jeune et talentueux T.S. Spivet

Tecumesh Sansonnet (TS pour les intimes) Spivet est surdoué. A tel point que le Smithonian, intéressé par ses travaux, le convoquent à Washington pour recevoir le prestigieux prix Baird récompensant nombreux dessins et cartes. Tout va bien dans le meilleur des mondes donc.
Mais TS Spivet est confronté à un problème majeur pour recevoir son prix. Il n’a que douze ans ! Passionné par la cartographie, il dessine et recense tout ce qu’il voit, jusqu’au schéma d’un épis de maïs en train d’être décortiqué par sa sœur.

Méticuleux, observateur, TS Spivet semble être un enfant calme et réfléchit. Au grand désespoir de ses parents et surtout de son père qui ignorent sa double vie scientifique. Car oui, personne n’est au courant de l’immense talent de T.S, bafoué par son professeur. Son seul appui provient d’un ami de sa mère qui l’aide à développer ses talents.

Après un refus, T.S Spivet décide de tenter sa chance. Le voilà embarqué dans un périple à travers les États-Unis dans un train de marchandises où il fait de d’étonnantes rencontres et fait de surprenantes découverte sur la vie « nomade ». Mais ce périple n’est qu’une étape, il devra ensuite affronter des situations qui paraîtront cocasses au lecteur : l’étonnement des responsables du Smithonianpar exemple…



La couverture de ce livre avait retenu mon attention : colorée et emplie de dessins. Cela donne une première idée de ce que le lecteur trouvera dedans. Un beau travail des éditions du Livre de Poche il faut l’avouer. Le titre lui-même « résonne exotique » comme un récit de voyage de la fin du 19ème siècle. Une annonce au dépaysement donc.

L’histoire est réellement à la hauteur de cette attente : la plus grande partie du récit est dédiée au voyage. La narration à la première personne montre à quel point le monde peut être grand, surtout du point de vue d’un enfant. C’est donc un véritable récit initiatique qui se dessine sous le stylo du narrateur, pour le plus grand plaisir des amateurs du genre.
A l’instar de la tendance du narrateur à la précision, tout est décrit avec minutie : les paysages, les gens et jusqu’à leurs propos, ce qui pourrait gêner certains lecteur amateurs de textes presque épurés de descriptions.

Certes, la fin est un peu attendue… le contraire eut été étonnant. Mais cette chute passe relativement inaperçue face à l’intensité du livre en lui même.

Ce qui a été le plus significatif pour moi se retrouve dans la mise en page de cet ouvrage : la présence d’un important paratexte. Tous les blancs de chaque page sont copieusement remplis de schémas et d’annotations du texte principal. Cela renforce l’aspect « carnet de voyage » qui est des plus réussis.
Dernier fait original : l’encre utilisée est marron. C’est un détail, mais j’ai trouvé la lecture beaucoup plus agréable avec cette beaucoup plus douce.
Un livre que je recommande vivement aux amateurs de récits de voyage ! C’est un livre qui me tient particulièrement à coeur et que je relis toujours avec plaisir

L’extravagant voyage du jeune et talentueux T.S. Spivet.- Reif LARSEN.- Ed Livre de Poche.- Juin 2011.- 7€60