La Servante écarlate

Couverture La servante écarlate
Dans un futur peut-être proche, dans des lieux qui semblent familiers, l’Ordre a été restauré. L’État, avec le soutien de sa milice d’Anges noirs, applique à la lettre les préceptes d’un Évangile revisité. Dans cette société régie par l’oppression, sous couvert de protéger les femmes, la maternité est réservée à la caste des Servantes, tout de rouge vêtues. L’une d’elle raconte son quotidien de douleur, d’angoisse et de soumission. Son seul refuge, ce sont les souvenirs d’une vie révolue, d’un temps où elle était libre, où elle avait encore un nom.

Continuer la lecture de « La Servante écarlate »

Paris-Capitale

Couverture Paris-Capitale

Il est dit que maintenant, à Paris, les tours Cuprifères grimpent jusqu’aux cieux. Que la ville flotte pour moitié dans le vent, portée par des ballons de verre. Que les morts reviennent à la vie. Il est dit que maintenant, à Paris, les savants d’antan conversent avec les savants d’aujourd’hui. Que les artistes, les penseurs, les ingénieurs de tous les temps travaillent à construire le monde de demain. Il est dit que maintenant, à Paris, des messagers d’argile soufflent la parole des anciens avant de tomber en poussière.

Les rumeurs volent, depuis les cercles polaires jusqu’aux sables libyens… 

Mais qui, en vérité, pourra vous dire ce qui se trame à Paris-Capitale ?

Continuer la lecture de « Paris-Capitale »

Point lecture

Bonne année 2018 ! Puisse-t-elle être pleine de lectures, de joie, de nouvelles découvertes et de prospérité. Je n’ai pas eu beaucoup de temps pour moi durant la semaine écoulée… Mais j’ai eu toutefois le temps de tourner quelques pages ! C’est parti pour…
 

le premier point lecture de cette nouvelle année !

Continuer la lecture de « Point lecture »

Lecture du mois : juillet 2016

Enfin, j’ai réussi à lire un peu plus que prévu ! Un long mois de juillet se termine. Il fut bien rempli, c’est le moins qu’on puisse dire. Néanmoins, j’ai trouvé un peu de temps pour lire. En tout, j’ai dévoré 1 691 pages. Du très bon, du surprenant, mais aussi une déception… Il faut de tout pour faire un monde !
 

Et le meilleur du mois de juillet est…

Continuer la lecture de « Lecture du mois : juillet 2016 »

Anti-glace

L’anti-glace est une matière au potentiel hautement énergétique. Inerte à basse température, elle atteint son rendement optimal sous l’effet de la chaleur. Depuis sa découverte par une expédition anglaise dans les neiges du pôle Sud, elle a donné à la Couronne britannique le leadership mondial en cette seconde moitié du XIXe siècle. Un leadership qui ne fait qu’exacerber les tensions entre le Royaume-Uni, la France et la Prusse…
Jeune diplomate en mal d’aventures, Ned Vicars est à Ostende dans le but de contempler l’avènement d’une de ces merveilles scientifiques qu’autorise l’anti-glace. Mais il se retrouve bientôt bloqué, lui et une poignée d’autres infortunés, à bord du Phaeton, engin prodigieux qui quitte l’atmosphère terrestre en direction de la Lune.

L’équipée fantastique commence…

Continuer la lecture de « Anti-glace »

IL est de retour

Couverture Il est de retour
A Berlin, en 2011. Soixante-six ans après sa disparition, Hitler se réveille dans un terrain vague de Berlin. Et il n’est pas content : quoi, plus personne ne fait le salut nazi ? L’Allemagne ne rayonne plus sur l’Europe ? Tous ces Turcs qui ont pignon sur rue sont venus de leur plein gré ? Et, surtout, c’est une FEMME qui dirige le pays ? Il est temps d’agir. Le Führer est de retour et va remettre le pays dans le droit chemin. Et pour ça, il lui faut une tribune. Ca tombe bien, une équipe de télé, par l’odeur du bon filon alléchée, est toute prête à la lui fournir. La machine médiatique s’emballe et bientôt, le pays ne parle plus que de ça. Pensez-vous, cet homme ne dit pas que des âneries ! En voilà un au moins qui ne mâche pas ses mots. Et ça fait du bien, en ces temps de crise… Hitler est ravi qui n’en demandait pas tant. Il le sent, le pays est prêt. 

Reste pour lui à porter l’estocade qui lui permettra d’accomplir enfin ce qu’il n’avait pu achever…



#Comment ce livre est-il tombé entre mes mains ?

Un peu par hasard, comme beaucoup de titres en fait. J’ai été attirée par cette couverture. Il faut dire que l’idée du graphiste est juste géniale. Aussi peu de mot qui en disent autant grâce à la mise en page de la couverture.
Bref. Hitler qui revient à la vie au XXIe siècle est une thématique intéressante et j’ai profité de sa sortie en format poche pour craquer et le lire.

#Un récit glaçant

On le sait maintenant, Hitler possédait apparemment un grand charisme. Il savait manier les mots pour faire avaler n’importe quelle couleuvre au peuple qui ne pouvait qu’acquiescer devant autant de bon sens. Et il réussit à nouveau cet exploit dans sa seconde vie… en utilisant les moyens de communication moderne.
Et cet ancrage dans une époque contemporaine est d’autant plus important que cela montre l’impact que pourra(it) avoir un tel orateur dans une société comme la nôtre. Sans trop spoiler, ça se passe ainsi : les allemands apprennent à refaire confiance à Adolf Hitler, malgré le passé, malgré les horreurs commises par le régime nazi. Et cette réalité, certes alternative, glace le sang.

C’est la réflexion qui se dégage de ce « Et si Hitler revenait et usait des médias traditionnels pour asseoir à nouveau son pouvoir » qui est tellement intéressante. L’histoire questionne également sur le rôle qu’ont les médias dans la diffusion de l’information et des idées des personnes politiques. À quel point est-on manipulé par la télévision, les journaux, la radio et même internet ?

J’ai souvent été frustrée en lisant ce texte : comment font les personnages qui côtoient Hitler pour ne pas voir la dangerosité de son discours ? J’avais envie de leur mettre de grandes claques à tour de bras tant j’étais effarée par leur passivité. Clairement, ce n’est pas un texte qui pousse à aimer le genre humain. On retrouve de nombreuses catégories de personnes : les hypocrites prêts à tout pour gagner une once de pouvoir, ceux qui adhèrent corps et âme au point de vue d’Hitler par conviction et ceux qui laissent faire pour diverses raisons (cupidité, flemmardise…). Et cette capacité à oublier le passé et ses horreurs… Pas très optimiste tout ça.

Après, dire que je n’ai pas rit en lisant ces lignes serait faux. Timur Vermes sait faire preuve d’un humour noir foncé tellement il est grinçant. La froideur du ton et le décalage avec le rocambolesque des situations est pour moi le principal atout de ce texte.

La plume de l’auteur est plutôt classique. Mis à part ce ton très mordant qui me plaît, la plume est de bonne facture, mais sans plus. Timur Vermes revient trop souvent sur les capacités d’analyse froide et implacable d’Hitler. À tel point que s’en est presque dérangeant. Vraiment. C’est d’ailleurs la principale faiblesse de ce texte.

#En Bref

J’ai apprécié ce texte pour la profondeur de sa réflexion. Certes, il ne rend pas vraiment philanthrope, mais il apporte une critique sur les discours actuels que l’on entend de plus en plus souvent. Notamment la xénophobie (l’hostilité envers les étrangers pour ceux qui dorment au fond) qui semble être la cause de tous les maux pour certaines personnes. L’humour de l’auteur de ce texte m’a également beaucoup plu. Si je vous le conseille ? Pourquoi pas !

Il est de retour.- Timur Vermes.- Ed. 10/18.- Disponible

Point lecture

Hello tout le monde ! J’espère que tout va bien pour vous et que votre week-end a été reposant ! Le mien a été plutôt actif et consacré au livre plus qu’à la lecture… C’était les Halliennales samedi et j’ai passé une grande partie de la journée à discuter avec des auteurs et des éditeurs… Un plaisir pour moi !



En ce moment, je suis plongée dans : 

Couverture Le demi-monde, tome 1 : Hiver
J’avais déjà été attirée par ce titre à l’époque de sa sortie en grand format. Mais j’avais décidé d’attendre sa sortie en format poche. C’est chose faite et j’adore cette histoire vraiment bien construite et pleine de rebondissements ! J’ai du mal à sortir de ce roman à chaque fois que j’y plonge.
En bref, je vous conseille de vous plongée dans le Demi-Monde, un univers rude où les protagonistes les plus fous de l’Histoire gouvernent… Un monde où je n’aimerais pas me retrouver !

Et vous, que lisez-vous en ce moment ? 

La France Steampunk

Couverture La France steampunk : 1871 La Grande machine

Une rumeur court depuis longtemps…
Un livre circulerait sous le manteau, un livre racontant la France steampunk du XIXe siècle, un livre qui aurait inspiré la communauté française d’aujourd’hui. 
Que s’est-il passé en 1871 ? Quelle est cette Grande Machine que les puissances européennes convoitent ? Quelle est cette France devenue étrangement vaporiste ?
Étienne Barillier et Arthur Morgan, les deux meilleurs spécialistes du steampunk français, se sont lancés à corps perdu dans cette enquête! Ils retranscrivent ici le cœur des documents retrouvés. Accompagnés du photographe Nicolas Meunier, ils ont sillonné l’Hexagone à la rencontre des factions vaporistes. Car elles seules détiennent le fin mot de l’histoire !

EN BRETAGNE : Embarquez dans le dirigeable de Victor Sierra !
À PARIS : Montez sur les barricades de la Commune avec Louise Michel !
DANS LE NORD : Fuyez le terrible agent de l’Empire, Gaspard de Belleville !
À LYON : Découvrez les Neuf, qui président à la destinée de chacun…
À TOULOUSE : Retrouvez l’inventeur de la Grande Machine !
À MARSEILLE : Battez-vous auprès d’Oriya dans les calanques !

Après plusieurs mois d’attente après ma lecture du Guide Steampunk, j’ai enfin l’occasion de découvrir ce beau livre. En le découvrant, j’ai été très surprise par cette couverture rigide et le grand format de ce livre. Cela m’a un peu surprise, mais surtout car je crains de l’abîmer durant un transport et dois donc redoubler d’attention. Mais cette tranche protège les pages intérieures et c’est le principal, non ?

Continuons sur l’objet en lui-même. Il s’agit d’un beau livre, littéralement. Une attention extrême est portée aux détails typographique, à la mise en page intérieure et aux images. Rien n’est laissé au hasard, jusqu’au texte qui est rédigée sur plusieurs colonnes, rappelant un journal. Ce soin extrême de la mise en page ainsi que cette esthétique font de La France Steampunk un vraiment bel objet ainsi qu’une lecture très agréable. Chapeau à Mnémos pour cette réussite !

Les photographies sont réussies et les modèles prennent place plutôt naturellement dans des décors bien choisis. Le lien entre texte et image est très fort et les deux se complètent sans tomber dans l’écueil de la simple juxtaposition. Images d’ailleurs vraiment très réussies qui donnent envie et des idées pour se créer un joli costume. On se rend d’ailleurs compte à quel point les costumes peuvent être variés. Et surtout qu’il y en a pour tous les goûts et toutes les bourses. 

Mais le texte occupe une place aussi importante que l’image dans ce beau livre. Les écritures des deux auteurs se mêlent dans un roadtrip intense à travers les diverses communautés vaporistes françaises de la Bretagne à Marseille en passant par Lille et le nord de la France. Les aventures que vivent nos deux protagonistes sont palpitantes, on continue la lecture pour en connaître la suite. Dommage que le format du livre ne soit pas adapté au transport à cause de sa taille !

C’est une histoire comme je les aime, un récit de voyage, de l’uchronie et du steampunk. L’intrigue est bien documentée et le lien entre histoire et fiction est si proche que l’on pourrait se dire : on pourrait se dire : et si la Commune s’était vraiment déroulée ainsi ? L’histoire se relance au bon moment et découvre de nouveaux mystères pour relancer l’intérêt du lecteur : la Grande Machine et les aléas du périple des protagonistes…

#En Bref

La France Steampunk est un très beau livre. Mais il ne se limite pas à cela : l’intrigue est passionnante, les péripéties pimentent la lecture et le mélange entre fiction et histoire est savamment dosé. Que demande le peuple ? Si vous aimez l’esthétique steampunk, n’hésitez plus !

La France Steampunk.- Etienne Barillier & Arthur Morgan.- Ed. Mnémos

Smog of Germania

Couverture Smog of Germania
Germania, début des années 1900, capitale du Reich.
À sa tête, le Kaiser Wilhem, qui se préoccupe davantage de transformer sa cité en quelque chose de grandiose plutôt que de se pencher sur la guerre grondant le long de la frontière française – et pour cause : on dit qu’il n’a plus tous ses esprits. Un smog noir a envahi les rues suite à une industrialisation massive, au sein duquel les assassins sont à l’oeuvre.
Une poursuite infernale s’engage dans les rues et les cieux de Germania le jour où la fille du Kaiser échappe de peu à une tentative de meurtre. Objectif : retrouver les commanditaires. La chose serait bien plus aisée s’il ne s’agissait pas en réalité d’un gigantesque complot, qui se développe dans l’ombre depuis trop longtemps.

J’ai vite été attirée par cette superbe couverture aux couleurs bien choisies et appelant à la lecture et à la plongée dans le smog conférant à cette cité une aura de mystère.

C’est une histoire vraiment bien structurée et pensée que nous propose Marianne Stern. D’abord, elle ne se focalise pas uniquement sur les états d’âme d’une princesse obligée de se cacher qui découvre que la vie est plus dure en dehors des murs du palais impérial. Le suspens est maintenu et les rebondissements présents jusque dans les dernières pages où le dénouement est amené de manière fluide, évitant l’écueil classique de la fin brutalement annoncée. Les chapitres plutôt courts de ce roman dynamisent un peu plus (s’il en était besoin) cette lecture et créent un rythme plaisant. 

L’écriture, de la même manière que l’intrigue, est soignée. Aucun mot n’est employé à la légère et sert l’histoire de manière optimale. J’ai toutefois eu un peu de mal à accrocher avec cette écriture au début du roman… Mais après quelques chapitres posant les bases de l’histoire, j’ai dévoré la suite jusqu’au dernier mot. 

Les descriptions sont évocatrices d’une ville à deux vitesses où les riches vivent dans de hauts palais perçant ce brouillard polluant et où les pauvres sont condamnés à vivres dans les ténèbres puantes et nocives du smog. Les plongées dans la ville sont l’occasion pour Marianne Stern de donner la pleine mesure des horreurs odorantes et du danger de ces ruelles mal famées. 
Et de l’autre côté, l’auteur nous décrit le palais suffocant d’obséquiosité envers un Kaiser devenu fou au point de mettre en péril ce qui reste de sa famille pour un motif de déclaration de guerre à la France. 

Cette dualité d’une société n’est pas très éloignée de ce qui se passait effectivement dans les pays européens à la fin du XIXe siècle, époque dans laquelle se déroule notre histoire. Et le lien entre les deux assuré par les protagonistes qui permettent de comparer ces deux modes de vie totalement éloignés permet de mettre en évidence les (trop) fortes disparités. Ce même à travers le prisme de la fiction. Car Smog of Germania revisite une réelle période historique à travers sur histoire : la période de tensions précédant la Première Guerre mondiale. De façon légèrement différente bien entendu. 

Marianne Stern a fourni un gros travail sur la psychologie de ses personnages, en particulier sur leur évolution psychologique. J’ai personnellement eu l’impression de les côtoyer comme je côtoierais quelqu’un : en apprenant à le connaître petit à petit au fil des événements. Les modifications de l’état d’esprit de Viktoria, la fille du Kaiser, ainsi que de ses réactions sont appréciables. Même si elle mériterait plusieurs fois des claques pour ses jugements hâtifs. Mais qui n’en a jamais eu ?

L’esthétique steampunk est bien présente dans l’histoire, mais sa discrétion est appréciable comparé à d’autres sagas qui l’utilisent à outrance. Certes, on échappe pas aux zeppelins et autres aérostats au dessus de la ville, mais Marianne Stern a développé le concept d’orfèvrerie au rang d’art presque occulte. Et les créations évoquées laissent rêveurs : des sculptures magnifiques, des artefacts faits de métal et de rouages presque vivantes et même des hommes faits en partie de rouages remplaçant des parties de leur corps. 

#En Bref


Smog of Germania, qui m’avait déjà attiré par sa couverture, a continué à me passionner durant ma lecture par son univers et son intrigue bien construits. J’ai vraiment apprécié cette lecture et serais curieuse de lire les futurs livres de l’auteur. Je vous conseille cette lecture.


Smog of Germania.- Marianne Stern.- Ed. Le Chat noir