Point lecture !

Encore une nouvelle semaine qui commence ! Je ne sais pas pour vous, mais je lis énormément ces derniers temps. Je découvre donc plein de nouvelles histoires qui valent sérieusement le coup. Et ça fait plutôt du bien, je dois l’avouer, de tomber sur de belles surprises !

Voilà où j’en suis dans mes lectures !

Continuer la lecture de « Point lecture ! »

[Autour d’une oeuvre] La Légende de Drizzt

Afficher l'image d'origine

Peut-être le savez-vous maintenant, je suis une amoureuse inconditionnelle de la fantasy. Si vous ne le savez pas… Bienvenue sur La plume ou la vie, un site dédié aux littératures de l’imaginaire ! L’imaginaire m’apporte de manière générale une immense évasion, des émotions. Et à l’instar du jeu de rôle qui se passe souvent dans les mêmes univers, il est possible d’exprimer, de véhiculer des valeurs de manière totalement différente.

La Légende de Drizzt en est le parfait exemple

Continuer la lecture de « [Autour d’une oeuvre] La Légende de Drizzt »

Lecture du mois : Mai 2016 !

Le joli mois de mai s’achève et avec elle de nombreuses lectures. D’autant plus étrange que d’habitude je n’ai pas beaucoup de temps pour lire à cette période ! Ce sont en tout neuf livres et revues qui sont passé entre mes mains avides de nouveauté. Du fantastique, de la SF, de la fantasy… 3274 pages ! Autant vous dire que question évasion, ça se pose là !

Mais parmi toutes ces lectures… L’une d’elles a eu ma préférence.

Voici laquelle !

Continuer la lecture de « Lecture du mois : Mai 2016 ! »

[Autour d’une oeuvre] L’Agent des ombres

Afficher l'image d'origine
Ce n’est peut-être pas une série mondialement connue, mais elle gagnerait totalement à l’être. On y suit les aventures d’un être d’exception, de personnages hauts en couleurs dans des décors aux dimensions mythiques. 
Je parle bien entendu de l’Agent des Ombres et de Cellendhyll de Corvatar.

Un coup de foudre littéraire.



Aux origines


Je devais avoir 19 ou 20 ans quand j’ai lu le premier tome de l’Agent des Ombres. À l’époque, je ne connaissais de la fantasy que les classiques et je dévorais les romans d’Anne Rice (qui appartient au genre fantastique, je sais). Puis je suis tombée sur Michel Robert au sens littéraire bien entendu. Ce nom évoquait pour moi d’abord un cavalier avant l’auteur. Dans un premier temps bien entendu. Maintenant, il est synonyme de fantasy de qualité et j’attends chacun de ses romans avec une grande impatience !

Une écriture efficace et acérée

Si Michel Robert revient souvent dans mes tops, ce n’est pas pour rien, vous en conviendrez. Je la trouve à la fois efficace, acérée et terriblement évocatrice. En quelques mots à peine, bien choisis et dosés, il réussit à dresser un portrait ou à esquisser un paysage. On sent le froid glacial des montagnes ou la sécheresse des déserts. Les personnages semblent étonnamment vivants dans les textes de Michel Robert.

Ce que cette série m’a apportée


Du rêve. Oh, pas lorsque je lisais les épreuves difficiles que traversait le protagoniste bien entendu, mais plutôt l’envie de parcourir les paysages et les contrées naissant sous la plume de Michel Robert. Ça m’a fait un peu le même effet que lorsque je lis Le Seigneur des Anneaux. J’ai envie d’y être !

Et puis il y a les personnages. Des caractères forgés au gré des aléas (plus des bas que des hauts) de la vie. Terriblement charismatiques mais peu fréquentables, il faut l’avouer. Je ne suis pas du genre à tomber amoureuse de personnages fictifs. Mais là… J’aimerais bien avoir Cellendhyll comme maître d’armes !

Parce que c’est ça pour moi, l’immense point fort de la série L’Agent des Ombres. Tout y est si visuel qu’imaginer les combats est très facile. Et c’est un véritable spectacle pour l’esprit. Et pour ceux qui aiment les duels et autres affrontements à l’épée, la dague ou le coutelas…

Assister aux épreuves de Cellendhyll et le voir les surmonter envers et contre tout et surtout être témoin de la force avec laquelle il le fait donne du courage. Et à côté de ses « légers » soucis, ceux qui peuvent arriver dans notre vie de tous les jours, semblent bien petits. Certes, l’héroïsme des protagonistes est un peu exagéré, mais leur charisme et leurs aventures palpitantes font clairement passer outre cela !

La série se divise en deux saisons. Ma préférée est la première, bien que la seconde ouvre sur de nouvelles possibilités. J’aimais quand Cellendhyll possédait un but, une arme qui lui dictait la voie à suivre. Je me suis sentie un peu perdue à l’orée de la deuxième saison. Mais qu’à cela ne tienne, la qualité du récit m’a donné hâte d’en savoir toujours plus !

L’univers de Michel Robert est une source inépuisable d’inspiration. Pour des textes, mais aussi du jeu de rôle ! D’ailleurs… j’ai hâte de tester celui qui est en cours de préparation ! Que voulez-vous. Quand un univers est aussi riche et bien construit que celui-ci, je ne peux qu’adhérer !

#En Bref


Aventures, héroïsme, combats épiques, personnages charismatiques. L’Agent des Ombres est clairement un coup de coeur. Et je pense que vous avez bien compris que l’écriture de Michel Robert n’y était pas pour rien non plus… 

What’s up in 2015 ?

2015 se termine. Encore une année passée à bloguer ! L’année a été forte en émotions et en lectures. Nous sommes le 1er janvier, l’heure est donc venue de dresser un petit bilan de cette année passée !

C’est parti !



Et de trois !

Trois années à bloguer. C’est que ça commence à faire beaucoup ! Je n’arrête pas d’écrire. Ce blog bien entendu, mais aussi sur un autre site spécialisé dans le jeu de rôle grandeur nature. J’ai appris à m’organiser pour réussir à gérer les deux plateformes, les publications hebdomadaires et la gestion des réseaux sociaux en plus de mes activités annexes.

Grâce à mes études et à quelques sites bien utiles sur le blogging, j’ai réussi à améliorer la présence de mes sites sur les réseaux sociaux et le référencement des sites sur les moteurs de recherche.

Je rempile donc pour une nouvelle année aux commandes de La plume ou la vie avec des chroniques qui, j’espère, vous plairont toujours autant et vous donneront surtout PLEIN d’envies de lectures !

Et pour les lectures ?

Passons un peu aux chiffres maintenant. En 2015, j’ai lu 83 livres. Quelques titres de littérature blanche grâce notamment à ma participation au Jury des étudiants de Télérama qui m’a permis de découvrir de nombreux auteurs. Mais comme d’habitude, c’est surtout les littératures de l’imaginaire que j’ai le plus lu, bien évidement. C’est ma grande passion comme vous le savez ! 

Afficher l'image d'origine

Au total, c’est 102 articles qui ont été écrits sur La plume ou la vie. Des points lectures, des critiques, mais aussi des Tops, des Tags et quelques articles de fond ! En moyenne, trois articles par semaine. Parfois plus lorsque j’avais du temps et de l’inspiration, parfois moins quand j’étais surchargée de travail. Mais je pense avoir maintenu le cap. Et de toute façon, sur-publier n’est pas très bon non plus… Difficile de faire du contenu de qualité en publiant tous les jours !


La lecture du mois de décembre

Qui dit fin du mois dit lecture préférée ! Je ferai court ce mois-ci. J’ai lu de très bons textes. Mais s’il ne fallait en choisir qu’un, ça serait :

Couverture Feuillets de cuivre
Il s’agit d’un feuilleton policier dans lequel on suit les aventures de Ragon, un inspecteur féru de littérature. C’est aussi une escapade littéraire parfaitement maîtrisée et écrite que nous offre l’auteur qui connaît décidément très bien son sujet. 

Je me suis laissée happer par cette lecture, à tel point que j’avais beaucoup de mal à m’en défaire. Chaque nouveau titre lu de Fabien Clavel me conforte dans mon idée qu’il est un auteur incontournable des littératures de l’imaginaires françaises. 

Lisez cet auteur !

Et sinon en 2016 ?

Pour La plume ou la vie

  • Continuer à vous proposer de nouvelles critiques argumentées sur de nombreux livres en premier lieu, c’est un peu l’intérêt principal de ce blog après tout.
  • Essayer d’être plus présente sur Twitter, car il s’y passe des choses vraiment sympathiques
  • Poster trois articles par semaine : soit être un peu plus régulière sur la publication de vendredi
  • Proposer de la littérature, mais aussi un peu plus de jdr sur le blog
  • Épingler mes lectures 2016 sur mon profil Pinterest
D’un point de vue personnel
  • Continuer à rédiger, rédiger et rédiger
  • Obtenir mon M2
  • Organiser une super convention des Croisades d’Unnord
  • Participer à plein de GN !

A votre tour de me faire un petit bilan de l’année écoulée ! Et dites-moi aussi quelles sont vos résolutions en 2016 !

Lecture du mois : Août 2015 !

Nous arrivons déjà à la mi-septembre. Effectivement, je pense qu’il est temps de désigner quelle a été la lecture que j’ai préférée parmi les nombreux livres lus : 13 romans soit 3681 pages ! De tous les genres : de la SF, de la fantasy, de la (très bonne) littérature blanche, des classiques de la littérature, du polar… Août a été le mois de la diversité et des tests !


Couverture Player One
Contrairement au mois dernier, choisir quelle a été ma lecture préférée a été compliqué, car trois livres étaient au coude à coude. Mais j’ai choisi celui-ci car à aucun moment il ne m’est tombé des mains. 
#De quoi ça parle ?

En 2045, le monde est au bord de la ruine : les guerres font rage, les crises succèdent aux crises et les gens se réfugient dans l’OASIS, un jeu vidéo qui a dépassé les limites des consoles pour proposer un véritable monde virtuel. Mais lorsque le créateur de cet univers décède, il laisse une énigme qui offrira d’immenses richesses à celui qui percera les énigmes de son œuf de Pâques (définition sur le lien).
Wade Watts, voyant là un moyen de se sortir de la misère, met tout en oeuvre pour le découvrir. Pour cela, il engrange des informations sur la culture « geek » des années 80. 

Quant à savoir s’il trouvera ce fameux œuf de Pâques, je vous laisse le découvrir par vous-même !
#Pourquoi ce livre?

Ce roman m’a captivé du début de ma lecture à la fin. Je l’ai lu en deux jours presque sans interruption, c’est dire. Vivre par procuration cette expérience de réalité virtuelle m’a plu, de même que la quête (au sens propre) de Wade pour parvenir à ses fins. 

N’ayant pas grandi dans les années 1980, je ne possédais pas toutes les clés pour saisir les références. Mais l’auteur a pensé à tous les lecteurs dans mon cas et a pris le temps de les expliciter de manière à donner envie de les découvrir par nous-même. Ernest Cline explore des univers que j’apprécie particulièrement : le jeu de rôle, et l’imaginaire de manière plus générale. 

J’ai enfin apprécié le message humaniste qui se dégage de cette histoire. Cette lutte contre les grandes organisations mondiales qui tentent d’établir leur hégémonie par le biais d’un monopole, l’importance de la connaissance pour résoudre les difficultés qui se dressent devant nous… Bref, tout un ensemble de messages qui font aller plus loin que le simple plaisir de la fiction. 

#Un petit Bémol


Sur la biographie de l’auteur. L’éditeur n’a pas pris la peine d’aller au-delà de son côté « geek ». Ne vous y arrêtez pas, surtout.


#Et sinon, durant ce mois…


  • J’ai découvert des classiques de la littérature américaine 
  • J’ai voyagé dans une Germanie un peu particulière
  • Je suis restée confinée dans un Silo en compagnie de ce qui reste de l’humanité
Et vous alors ? Qu’avez-vous lu durant ce mois d’août ?


Player one.- Ernest Cline.- Ed. Michel Lafont.

Lecture de moi : mai 2015 !


Un mois se termine de nouveau, et il a été plutôt bien rempli en termes de lectures ! Sept romans lus en tout, sans compter les innombrables lectures effectuées pour le travail. Que voulez-vous, c’est une passion ! De plus, j’ai désormais une petite PàL avec les derniers achats sur la table de chevet. Elle semble me regarder de travers lorsque j’achète un nouveau livre et que je la fais grandir. Étrange. 
Parmi les septs livres lus, lequel a eu ma préférence ?

en revenir aux fees
Je n’ai pas hésité une seule seconde pour choisir ma lecture du mois. J’ai mis du temps avant de commencer ce livre, et encore plus à me demander si j’allais vous en parler. Il est des histoires qu’on a envie de garder pour soi pour en conserver toute la magie. Mais il faut que je vous fasse partager ce coup de cœur !

~ De quoi ça parle ? ~

Le monde va très mal. L’Homme a détruit la Terre qui l’a créé et qui lui permet de vivre. Les gens sont confinés chez eux. Et le monde des Fées agonise également. Mais c’est sans compter sur le courage d’une petite fée nommée Folette qui tente de sauver ce qui peut encore l’être. Grâce au poète avec lequel elle vit, elle va littéralement remuer ciel et terre pour sauver sa planète. Quant à savoir si elle réussira… je vous laisse découvrir le récit…

~ Pourquoi ce livre ? ~

Parce que Nathalie Dau. C’est toujours un vrai bonheur de lire les textes de cet auteur que j’aime énormément. Parce que j’attends toujours avec impatience la sortie de ses romans. Sa plume fait vivre des univers où la féerie n’est jamais loin. Elle nous fait entrevoir ici un monde meilleur, un univers où la réalité est un peu plus riche que celle que l’on voit. Elle nous emmène dans un monde dans lequel j’aimerais bien rester plus longtemps. 

Ce texte fait moins de 200 pages, mais il est plus riche que d’autres romans paraissant aujourd’hui qui en font le double ou le triple. Toute en sensibilité, elle dissémine dans un univers noir de petites touches de magie et de lumière qui finiront par s’assembler pour créer un nouveau monde. 

Si vous aimez la féerie, une écriture mêlant contemplation, effroi et espoir, En revenir aux fées est vraiment LE livre fait pour vous. En plus, l’été approche. Fêtez dignement le retour des beaux jours avec cette magnifique histoire !

~ Un mois avec les livres…

  • Je suis allée dans un futur pas vraiment sympathique avec Le Visiteur du futur,
  • Je me suis promenée dans la Bretagne du XVIIe siècle et j’ai traversé plusieurs portes menant au Sidh, l’outre-monde,
  • J’ai visité la ville de Dole à travers son histoire,
  • Je suis plongée sous la Brume en compagnie d’Immortels,
  • J’ai plongé dans les Etats-Unis des années 20 avec Call of Chtulhu
Et vous, quelle(s) vie(s) avez-vous vécu en mai ?

Le Manuel des investigateurs

Le manuel des investigateur n’est pas un livre de règles à proprement parler. Cela ne signifie pas qu’il soit inutile pour autant ! Call of Cthulhu est un univers pouvant vous mener au paroxysme de l’angoisse, mais les scénarii se déroulent dans un cadre très réaliste, et ce quelle que soit l’époque. Et pour un jeu réaliste, il faut que joueurs et maître du jeu soient au fait de nombreux détails concernant l’époque dans laquelle il s’apprêtent à jouer…

Voilà l’utilité de ce Manuel des investigateurs. Il détaille toutes les occupations, les classes sociales et les grands événements survenus dans les années 1920. Le but est de fournir au investigateurs, comprenez les joueurs, une base complète et presque exhaustive pour leur permettre de construire leur personnage

La première partie du livre concerne la création d’un personnage, du pré-tiré à la création avancée. Comment calculer les valeurs des caractéristiques, définir ses motivations, ses occupations, l’origine du protagoniste… Tout y est expliqué et mène pas à pas le joueur vers un personnage complet et prêt pour l’enquête.

La suite du manuel détaille plusieurs grandes occupations possibles pour vos investigateurs. Chacune est divisée en plusieurs métiers. Par exemple, la « classe » artiste regroupe des occupations aussi différentes que l’architecte, l’illusionniste ou l’écrivain. Il est important de bien se renseigner avant de choisir une occupation, car c’est elle qui motivera votre personnage et pourra définir en partie son caractère. 

Le Manuel des investigateurs est une mine d’information historiques, sociales et même culturelle sur les Etats-Unis des années 1920. L’ensemble est présenté de manière claire, compréhensible et précise et donne une vision globale à la fois globale et précise d’une thématique. Tout est fait pour donner le maximum d’éléments pour permettre aux joueurs de bien faire le choix pour créer l’investigateur qu’il veulent. Cela sert également d’information pour le roleplay. Il serait dommage, avec autant d’informations, de faire un contre-sens ou un anachronisme… 

C’est aussi un vrai plaisir de lecture car l’accent est mis sur la fluidité. Pas de pavé, mais de courts chapitres agrémentées de fiches techniques et récapitulatives. Des photographies d’époque viennent illustrer les propos, permettant une immersion encore plus grande dans l’Amérique de 1920. Et histoire de vous immerger un peu plus, vous trouverez des articles de journaux relatifs à la thématique. Si avez cela vous ne trouvez pas investigateur à votre pied…

#En Bref

Le Manuel de l’investigateur est un livre destiné aussi bien aux joueurs qu’au maître du jeu. Les premiers y trouveront de quoi créer leur personnage, tandis que le MJ pourra s’en servir comme mine d’idées pour imaginer des scénarii bien construits et s’inscrivant bel et bien dans l’Histoire pour y introduire l’Horreur…
L’ensemble se révèle à la fois complet et très facile d’accès à tous types de joueurs. 
Je vous le conseille !

Point lecture !

Hello tout le monde ! Comment s’est passé votre looooong week-end ? J’espère que vous avez pu vous reposer, prendre du temps pour vous et lire quelques pages ! J’ai beaucoup travaillé pour mon mémoire de stage, et j’ai terminé la lecture d’un roman, le tome 2 de Varii Sensus de Victor Nicollet. 
Plusieurs choix de lectures s’offrent maintenant à moi, mais lesquelles ? 🙂


#En revenir aux fées de Nathalie Dau
J’ai lu quelques pages déjà de ce court livre, et je sens que je vais le dévorer ! J’ai pu m’imprégner de l’écriture tellement poétique et à fleur de peau de Nathalie Dau, et je sais déjà que cette lecture sera un réel plaisir !

#Le Fantôme du mur de Jean-Pierre Favard
Le court récit d’un auteur dont j’ai pu déjà lire le roman Sex, drugs & Rock’n’Dole. J’avais apprécié cette histoire, et j’espère qu’il en sera de même pour Le Fantôme

#Le Manuel de l’investigateur, L’Appel de Chtulhu
Un peu de jeu de rôle enfin avec cette introduction au jeu de rôle si connu. De belles heures de lecture en perspective ! Le manuel fait près de 400 pages après tout !

#Et après ?
Comme ces romans sont assez courts, je prévois une lecture en plus. L’anthologie La Cour des miracles des éditions du Grimoire !

Et vous, vous en êtes où dans vos lectures ? Quelles sont vos nouvelles découvertes littéraires ? Dites-moi tout !

Dearg épisodes 1 et 2

 
Depuis quatre ans l’univers médiéval horrifique des Ombres d’Esteren séduit les joueurs à travers le monde entier. Oui, car le jeu a été exporté jusqu’aux Etats-Unis ! Après plusieurs livres décrivant le système de règles ainsi que l’univers, les auteurs ont enfin décidé de publier la campagne tant attendue de Dearg ! 

Focus sur les deux premiers tomes.


A quoi ça ressemble ?

Comme d’habitude, rien à redire sur l’esthétique des livres. Certes, leur couverture n’est pas cartonnée (ils ont l’aspect du prologue), mais les illustrations extérieures et la mise en page intérieure est franchement magnifique. En un mot, ils ne déparent pas de la collection, bien au contraire. 
On trouve dans le premier tome des descriptions complète des hauts-lieux du val de Dearg, là où se déroulera la campagne. Tout est passé au crible de manière claire pour permettre au meneur de jeu de faire entrer ses joueurs dans l’ambiance du jeu. Durant cette description, des idées de courts scénarii sont même données pour ceux qui n’auraient pas encore trouvé les joueurs pour une campagne longue.
On y trouve également toute la partie technique remplie de conseils et d’aides permettant de saisir toutes les particularités du fonctionnement de la campagne. Le but est d’aider les meneurs de jeu débutants comme confirmés à s’approprier le mieux possible, avec plusieurs « niveau de difficulté ». Ainsi, les meneurs confirmés disposeront d’outils supplémentaires pour personnaliser encore plus leurs parties.  
La campagne commence à la fin du premier volume, vous n’aurez pas à attendre l’épisode 2 pour lancer vos joueurs dans l’aventure !

Le second volume quant à lui est presque exclusivement consacré au déroulement de la campagne, mis à part les vingt premières pages qui vous donneront encore quelques petits conseils. Je ne vous en dirai pas plus sur l’intrigue des scénarii, ce serait tout vous spoiler ! Pour les connaître, je vous invite à vous plonger dans la lecture des deux premiers épisodes, bande de petits curieux !


Du nouveau : les arcs narratifs

Avec Dearg, Les Ombres d’Esteren ont choisi d’impliquer encore plus les personnages dans l’Histoire. Les joueurs se verront donc proposer des « feuilles de personnages avancées » les liant davantage à l’intrigue. Ce lien porte le nom d’arc narratif. Il s’agit d’un but supplémentaire : « une histoire qui va concerner un personnage particulier, tout en s’articulant avec l’intrigue générale. » 

Il y a plusieurs arcs narratifs, dont chacun sera le but d’une campagne. Dearg reprendra celui de l’Amour. Si toutefois vous ne vous sentez pas le roleplay romantique, d’autres sont bien entendu disponibles : l’éthique, la culpabilité, la vengeance, les origines…
Chaque arc oriente d’une certaine manière la façon de jouer le personnage, mais aussi une partie de son passé. Et si jamais votre personnage venait à mourir, votre nouvelle création devra posséder le même, pour la cohérence de la campagne. 

Mais aussi…


Vous en avez assez de l’habituelle question de vos joueurs : « comment on se connaît » ? Avec la campagne Dearg, le système de jeu s’enrichit de telle sorte que vos personnages aient des liens. Ils doivent en premier lieu être originaires du val de Dearg, ils peuvent aussi être amis ou amants, ou avoir vécu leur enfance ensemble… Tout est possible, tout est envisageable !


Quelques conseils pour une ambiance sereine sont également donnés. Comme dans le Prologue, chaque scénario est agrémenté d’idées musicales pour l’ambiance et de toutes les précisions nécessaires à une partie inoubliable. 


# En Bref


Dearg est une campagne prometteuse au gameplay (vous me permettrez cet abus de langage) intéressant. Les arcs narratifs sont certes un peu complexes à aborder, mais se révèlent attractifs et promettent un roleplay étoffé. 
A essayer si vous souhaiter passer et faire passer de bons moments en Tri-Kazel !