Lettres à un jeune auteur

Couverture Lettres à un jeune auteur

Délaissant – momentanément – la fiction, Colum McCann nous livre un petit livre original et fort utile, sorte de guide pour tout aspirant auteur et, plus généralement, pour tout lecteur intéressé par l’écriture. Sans oublier les fans de l’écriture sublime de l’auteur des Saisons de la nuit et de Et que le vaste monde poursuive sa course folle.

« Pour toi, jeune auteur, ce mot donc, non dénué d’amour et de respect : écris ! »

Continuer la lecture de « Lettres à un jeune auteur »

Lire !

Couverture Lire !
Bernard Pivot, lecteur professionnel («Apostrophes», Lire, JDD) et sa fille Cécile, ardente lectrice amateur, confrontent leurs raisons, plaisirs et manières de lire, leur usage des livres, dans des textes très personnels, joliment illustrés, où le public des librairies et des bibliothèques retrouvera ses émotions, et celui qui n’ose pas en pousser les portes découvrira stimulations et conseils.

Un tonique et savoureux éloge des écrivains, des livres et de la lecture.

Continuer la lecture de « Lire ! »

[Chrono-critique] Rouvrir le roman

 



Avoir une passion, c’est bien. Mais quand celle-ci ne suffit plus, on peut aller au-delà et s’interroger sur sa légitimité, la place qu’elle occupe dans notre société ou encore son avenir. 

Exactement ce que fait Sophie Divry avec cet essai Rouvrir le roman !

Continuer la lecture de « [Chrono-critique] Rouvrir le roman »

Point lecture !

Une autre semaine se termine, pleine de lectures pour ma part. J’espère que ce week-end a été des plus reposant/amusant/sportif… Choisissez le terme qui vous convient le plus ! Pour ma part, je l’ai passé à lire et à découvrir un nouvel univers vraiment intéressant et rafraîchissant.

Bref, voilà où j’en suis actuellement dans mes lectures !
Continuer la lecture de « Point lecture ! »

[TAG] Utilisons quelques sorts dans notre bibliothèque…

Comme quelques personnes sur le web et ailleurs, je suis une grande fan de l’univers de Harry Potter créé par J.K. Rowling. Ce monde magique où tout ou presque est possible. Combien de fois il m’a fait rêver, le chenapan ! Alors propageons la magie avec…

Un Harry Potter tag !

Continuer la lecture de « [TAG] Utilisons quelques sorts dans notre bibliothèque… »

[TOP] Dix livres dont je ne me séparerais pour rien au monde

Aujourd’hui, nous sommes samedi. La semaine de travail s’achève et il est largement le moment de se détendre avec un petit top qui va bien. Voilà un long moment que je n’en avais pas proposé sur le blog et il me semble important de réparer ce préjudice. Et puis, cette semaine, la thématique du « Top ten tuesday » m’intéresse. Mais comme d’habitude, je n’ai fait que m’en inspirer ! Aujourd’hui,

Les dix livres dont je ne me séparerais pour rien au monde !



Question imaginaire

Afficher l'image d'origine  Afficher l'image d'origine 
Afficher l'image d'origine  Afficher l'image d'origine

Autres genres littéraires


Couverture Dans les forêts de sibérie  Afficher l'image d'origine
Couverture Comme un roman 
Quels sont les vôtres ? En avons-nous en commun ? Dites-moi tout !

La Cour des miracles

Couverture La cour des miracles

Prenez le Pouvoir ! N’attendez pas que les miracles se produisent. Réalisez-les !

Le Prix Mille Saisons inaugure avec La Cour des Miracles la première collection interactive des littératures de l’imaginaire. Nous vous proposons de choisir l’univers, l’auteur et l’illustrateur de nos prochaines publications. 


#Principe du recueil

Voilà à quoi vous attendre avec ce recueil pas tout à fait comme les autres. La Cour des miracles agit un peu comme un comité de lecture qui doit choisir un auteur plutôt qu’un banal recueil présentant des nouvelles reliées par un même thème. 

Je crois qu’il est vraiment indispensable de garder ceci en tête pour pouvoir appréhender correctement ces textes. A la fin du livre, vous disposez d’un code à entrer sur le site Internet du Grimoire pour choisir l’auteur et l’illustrateur les plus prometteurs qui seront ensuite publiés dans la collection Mille Saisons. 

Ce livre constitue à mon sens un pari plutôt risqué, puisque les éditions du Grimoire tablent sur l’adhésion financière et la participation des lecteurs à ce fonctionnement. Mais il s’agit d’une initiative très originale qui mérite d’être soulignée. J’ai trouvé l’implication des lecteurs dans le processus de sélection du prochain auteur et ce choix via Internet plutôt novateur. 
Bien entendu, il y a de quoi être inquiet pour la qualité future du livre, car ce n’est pas l’éditeur qui fera le choix (quoi que…), mais bien les lecteurs. J’espère tout de même qu’il s’agira d’un roman et que les nouvelles sont là pour donner un aperçu de ce dont l’auteur est capable !

#Et les nouvelles alors ?


La Cour des miracles est un recueil de vingt nouvelles de longueurs, d’univers et de qualité inégales. Certaines sortent clairement du lot car leurs auteurs ont réussi à dépasser la thématique de la « gueuserie » de la cour des miracles de Paris au XVIIe siècle. D’autres en revanche se sont cantonnés à cela et j’ai trouvé cela dommage.

On côtoie plusieurs univers. De l’historique à la science-fiction en passant par le fantastique et la fantasy, La Cour des Miracles est le moyen de découvrir différentes façons de voir la cour des miracles. Au total, ce sont vingt mondes qui s’esquissent et j’avoue avoir plusieurs fois eu l’envie de voir se prolonger l’aventure.

C’est le cas avec la nouvelle de Marion Poinsot, qui est pour moi la meilleure. Elle nous propose un univers far-west médiéval avec une pointe de fantasy et même un savant fou ! Je ne la connaissais qu’à travers ses illustrations des livres et bandes-dessinées de Pen of Chaos (Le Donjon de Naheulbeuk) et je pense qu’il s’agit d’un auteur vraiment prometteur. J’espère qu’elle sera sélectionnée !

On peut choisir l’auteur, mais également l’illustrateur. Ici, mon choix est plus difficile car aucun dessin n’a été un coup de cœur pour moi… Rassurez-vous, il y en a tout de même des très beaux.

Dans l’ensemble, les auteurs possèdent une bonne maîtrise du genre de la nouvelle. Celles-ci sont bien rythmées et possèdent une fin claire qui bien souvent n’a rien de brutal. Même si leur univers ne m’a pas forcément entraînée, il faut reconnaître leur maîtrise de la forme de la nouvelle !

#En Bref


La Cour des miracles est un ouvrage intéressant à plusieurs titres. Il s’agit d’un moyen de sélectionner le futur auteur publié dans la collection Mille saisons. Mais il propose également de nombreux univers de qualité diverses il est vrai, dont certains textes valent le détour. Votre chois sera difficile si vous décidez de tenter l’aventure ! Je vous conseille la nouvelle de Marion Poinsot que j’ai adoré !
Alors, prêts à faire un tour par la Cour des miracles ?

La Cour des miracles.- Collectif.- Coll. Mille Saisons.- Ed. Le Grimoire.- 25€

La Sagesse de la Comté


Noble Smith sait depuis longtemps qu’il y a beaucoup à apprendre de la détermination de Frodon, du sens du bien-être de Bilbo, de la fidélité de Sam et de l’amour de Merry et Pippin pour la bonne nourriture. Avec La Sagesse de la Comté, il explique comment appliquer à nos vies de tous les jours les coutumes des Hobbits. De la meilleure façon de co-hobbiter jusqu’à nos relations avec nos Gollums personnels, Noble Smith sait que nous avons tous un Anneau Unique à porter. Ce guide amusant et plein de clairvoyance est tout ce dont vous avez besoin pour accomplir la quête de votre vie et jeter vos soucis dans les feux du Mordor !

Traiter de l’œuvre de J.R.R. Tolkien est toujours un véritable défi à relever. Je me méfie toujours des ouvrages traitant de l’auteur ou de son univers et me renseigne souvent sur leurs auteurs avant de me les procurer. Mais je dois dire que la quatrième de couverture et le thème de cet ouvrage ont attiré mon attention.

Loin de ces manuels de développement personnel qui fleurissent sur les étagères des librairies, Noble Smith nous fait prendre conscience qu’il est possible de changer de vie en adoptant certaines caractéristiques d’une race chère au professeur John Tolkien, les Hobbits.

Il ne s’agit pas de conseils irréalistes d’un illuminé fan de l’auteur qui nous conseille de vivre dans un monde imaginaire sans le confort moderne. Ses extrapolations sont au contraire très intéressantes et facilement applicables. Il s’agit en grande partie de changer quelque peu son mode de vie et porter son attention sur des choses plus simples : de la bonne et simple chère, des amis fidèles et un foyer chaleureux.

Rien d’insurmontable en somme : Noble Smith réussit à nous donner l’envie de revoir notre mode de vie et de l’adapter pour prendre le temps de vivre mieux. Le thème central est ce que l’on souhaite tous au fond de soi. Et les conseils de Noble Smith ont de quoi séduire tous les lecteurs sensibles à un bonheur des plus simples.

Notons également la présence d’anecdotes appartenant aux romans de J.R.R. Tolkien qui montrent la connaissance de Noble Smith à propos de l’œuvre. Certaines concernent également la façon de vivre de J.R.R. Tolkien, mais aussi ses aspirations. Il va même jusqu’à affirmer que l’auteur serait un Hobbit dans l’âme ! Alors, pourquoi pas vous ? 🙂

La Sagesse de la Comté.- Noble Smith.- Ed. Fleuve Noir.- 2013

Jules Verne, La géographie de l’imaginaire

Les Voyages extraordinaires de Jules Verne (1828-1905) sont des romans géographiques, appellation déjà revendiquée par l’écrivain lui-même en son temps. Jules Verne, dont les relations avec la géographie de la fin du XIXe siècle sont ici précisées et approfondies, a toujours eu soin d’articuler ses récits autour du passage entre une géographie scientifique, du réel, et une géographie plus imaginaire, décalée dans l’espace et dans le temps. La transition de l’une à l’autre se fait grâce à un récit de type merveilleux par l’intermédiaire duquel le romancier peut évoquer un autre monde, d’autres rapports entre l’homme et la terre.
À la croisée de la littérature et de la géographie, cette analyse nous conduit à repenser autrement les modalités de transmission du savoir géographique à une époque où la géographie, en tant que discipline universitaire, éprouve une certaine difficulté à susciter l’intérêt du public. Il apparaît ainsi de plus en plus nécessaire à la géographie de revenir vers la littérature et l’imaginaire, des territoires capables de produire une autre géographie.

Que dire de cet essai traitant à la fois de l’imaginaire vernien dans son œuvre en général ? Déjà que c’est très instructif. Il est vrai que rares sont les essais littéraires à propos des littératures de l’imaginaire, et La Géographie et l’imaginairesemble être le seul à traiter de ce sujet si spécifique et pourtant tellement vaste.
Je ne m’attarderai pas sur l’écriture très formelle de cet essai, l’exercice ne portant évidemment pas sur le style littéraire de l’auteur. Ce livre fourmille de détails et d’explications s’appuyant sur des sources solides. De quoi ravir les amateurs de Jules Verne qui souhaitent approfondir leurs connaissances sur l’attrait que l’imaginaire exerçait sur l’auteur.
Cet essai reprend également une réflexion plus large sur les littératures de l’imaginaire, et une analyse poussée du concept de « merveilleux », qui est toujours utile de se remémorer de temps en temps.

Moi qui ne suis pas une grande connaisseuse de Verne, j’ai été ravie de lire ce livre au final assez bref, 141 pages d’analyse exactement. Si vous souhaitez en savoir plus sur l’imaginaire géographique de Jules Verne ou que vous soyez simplement un amateur de littérature curieux, je vous conseille cet essai qui vous donnera envie de vous plonger dans l’univers de cet auteur.

Jules Verne, La géographie de l’imaginaire.- Lionel Dupuy.- Ed La Clef d’argent.- 2013